Partager

Latest Documents


  • 28-juin-2018

    Français

    Edition du génome: Applications dans l'agriculture

    28-29 juin 2018 - La Conférence explorera les considérations réglementaires soulevées par les produits génétiquement modifiés afin de favoriser une approche politique cohérente pour faciliter l'innovation impliquant l'édition du génome chercheurs, gouvernements et autres parties prenantes. Voir le programme et les intervenants.

    Documents connexes
    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 319A : Détermination de la clairance intrinsèque in vitro sur des hépatocytes de truite arc en ciel (rt-hep) cryoconservés

    La présente Ligne directrice (LD) décrit l’utilisation d’hépatocytes de truite arc-en-ciel Oncorhynchus mykiss (RT-HEP) cryoconservés afin de déterminer la clairance intrinsèque in vitro (CL, IN VITRO, INT) du produit chimique testé, par une approche fondée sur la déplétion du substrat. La réaction est déclenchée par l’addition du produit chimique testé à la suspension. Pour collecter des échantillons à différents points dans le temps, on arrête la réaction en transférant des aliquotes de la suspension dans une solution d’arrêt. La diminution de la concentration de produit chimique testé dans les échantillons provenant du flacon d’incubation est mesurée par une méthode analytique validée, et utilisée pour déterminer la CL IN VITRO, INT. La valeur obtenue peut alors être utilisée pour améliorer les prédictions in silico de la bioaccumulation du produit chimique chez le poisson.
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 319B : Détermination de la clairance intrinsèque in vitro sur la fraction subcellulaire S9 du foie de truite arc-en-ciel (RT-S9)

    La présente Ligne directrice (LD) décrit l’utilisation de la fraction subcellulaire S9 du foie de truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss) (RT-S9) afin de déterminer la clairance intrinsèque in vitro (CL IN VITRO, INT) du produit chimique testé, par une approche fondée sur la déplétion du substrat. La réaction est déclenchée par l’addition du produit chimique testé dans le milieu d’incubation contenant le RT-S9. Pour collecter des échantillons à différents points dans le temps, on arrête la réaction en transférant des aliquotes du milieu d’incubation dans une solution d’arrêt. La diminution de la concentration de produit chimique testé dans les échantillons provenant du flacon d’incubation est mesurée par une méthode analytique validée, et utilisée pour déterminer la CL IN VITRO, INT. La valeur obtenue peut alors être utilisée pour améliorer les prédictions in silico de la bioaccumulation du produit chimique chez le poisson.
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 492 : Méthode d'essai sur modèle d'épithélium cornéen humain reconstitué (echr) pour l'identification de produits chimiques ne nécessitant aucune classification ni étiquetage pour irritation oculaire ou lésions oculaires graves

    La présente Ligne directrice décrit une procédure in vitro permettant l’identification de produits chimiques (substances et mélanges) ne relevant d’aucune classification pour l’irritation oculaire ou les lésions oculaires graves, conformément au SGH de l’ONU. Un modèle d’épithélium cornéen humain reconstitué (EChR) est utilisé, qui reproduit fidèlement les propriétés histologiques, morphologiques, biochimiques et physiologiques de l’épithélium cornéen humain. Le test évalue le danger potentiel qu’un produit chimique testé présente pour l’œil en se fondant sur sa capacité à provoquer une cytotoxicité sur un modèle tissulaire d’EChR, mesurée avec le test MTT. Les produits chimiques colorés et ceux qui interfèrent avec le MTT peuvent également être testés par procédure HPLC.La viabilité du tissu d’EChR après exposition à un produit chimique testé est déterminée par comparaison avec celle de tissus traités avec la substance servant de témoin négatif (% de viabilité) puis utilisée pour prédire le danger potentiel du produit chimique testé pour les yeux. Les produits chimiques qui ne relèvent d’aucune classification dans le SGH de l’ONU sont ceux qui ne provoquent pas une diminution de la viabilité tissulaire en deçà d’un seuil défini (à savoir, viabilité tissulaire > 60 % pour le classement « sans catégorie » du SGH de l’ONU).
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 412 : Toxicité subaigüe par inhalation : étude sur 28 jours

    Cette Ligne directrice  révisée  a été conçue afin de caractériser pleinement la toxicité par inhalation de l’article d’essai, suite à une exposition répétée sur une période de temps limitée (28 jours), et de fournir des données pour l’évaluation quantitative des risques liés à l’inhalation. Elle a été mise à jour en 2017 afin de permettre de tester et caractériser les effets des nanomatériaux. Des groupes de rongeurs (5 mâles et 5 femelles) sont exposés 6 heures par jour pendant une période de 90 jours a) à la substance d’essai à trois niveaux de concentration ou plus, b) à de l’air filtré (témoin négatif), et/ou c) au véhicule (groupe témoin du véhicule). Les animaux sont exposés en général 5 jours par semaine, mais il est aussi permis de les exposer 7 jours par semaine. Des mâles et des femelles sont toujours utilisés, mais peuvent être exposés à des niveaux de concentration différents si l’un des sexes est connu pour être plus sensible à une substance d’essai donnée. Les résultats de l’étude incluent des mesures et des observations quotidiennes détaillées (hématologie et chimie clinique) ainsi qu’une autopsie générale, le poids des organes et de l’histopathologie. Afin de mieux caractériser la toxicité de la substance d’essai, la Ligne directrice laisse la possibilité d’inclure des groupes satellites (réversibilité), des lavages broncho-alvéolaires, la mesure de la charge pulmonaire pour les particules, des tests neurologiques et des évaluations histopathologiques ou de pathologie clinique supplémentaires.
    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 442E: Sensibilisation cutanée in vitro - Essai de sensibilisation cutanée in vitro portant sur l'événement clé relatif à l'activation des cellules dendritiques dans la voie toxicologique impliquée dans les effets indésirables pour la sensibilisation cutanée

    La présente Ligne directrice (LD) pour les essais de produits chimiques fondée sur les événements clés porte sur le danger de sensibilisation cutanée pour la santé humaine faisant suite à une exposition avec un produit chimique. Elle porte plus particulièrement sur l’activation des cellules dendritiques, qui est un événement clé de la voie toxicologique impliquée dans les effets indésirables (AOP) pour la sensibilisation cutanée. La sensibilisation cutanée se réfère à une réponse allergique faisant suite à un contact avec la peau, selon la définition du Système général harmonisé de classification et d'étiquetage des produits chimiques (SGH) des Nations Unies. La présente LD décrit trois méthodes in vitro portant sur le même événement clé : (i) le test d’activation de la lignée cellulaire humaine (h-CLAT), (ii) le test d’activation de la lignée cellulaire U937 (U-SENS) et (iii) l’essai par gène rapporteur de l’interleukine 8 (essai IL‑8 Luc). Ils sont tous utilisés pour aider à distinguer les sensibilisants des non-sensibilisants cutanés, selon le SGH. Les méthodes décrites dans la présente LD permettent de quantifier soit les variations d’expression de marqueurs de surface associés au processus d’activation des monocytes et des DC suite à l’exposition à un sensibilisant (CD54 et CD86, par exemple), soit les changements d’expression de l’IL‑8, une cytokine associée à l’activation des DC. Dans les essais h-CLAT et U-SENS, la variation d’expression des marqueurs de surface est mesurée par cytométrie en flux après coloration cellulaire avec des anticorps marqués par fluorochrome. Dans l’essai IL-8 Luc, la variation d’expression de IL-8 est mesurée de façon indirecte via l’activité du gène de la luciférase qui se trouve sous contrôle du promoteur IL-8. L’intensité relative de fluorescence ou luminescence des cellules traitées, comparée à celle du témoin de solvant/véhicule, est calculée et utilisée dans un modèle prédictif, pour aider à distinguer les sensibilisants des non-sensibilisants.
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 413 : Toxicité subchronique par inhalation : 90 jours

    Cette Ligne directrice révisée a été conçue afin de caractériser pleinement la toxicité par inhalation du produit chimique testé suite à une exposition subchronique (90 jours), et de fournir des données fiables pour l’évaluation quantitative des risques liés à l’inhalation. Elle a été mise à jour en 2017 afin de permettre de tester et caractériser les effets des nanomatériaux. Des groupes de rongeurs (10 mâles et 10 femelles) sont exposés 6 heures par jour pendant une période de 90 jours a) à la substance d’essai à trois niveaux de concentration ou plus, b) à de l’air filtré (témoin négatif), et/ou c) au véhicule (groupe témoin du véhicule). Les animaux sont exposés en général 5 jours par semaine, mais il est aussi permis de les exposer 7 jours par semaine. Des mâles et des femelles sont toujours utilisés, mais peuvent être exposés à des niveaux de concentration différents si l’un des sexes est connu pour être plus sensible à une substance d’essai donnée. Les résultats de l’étude incluent des mesures et des observations quotidiennes détaillées (hématologie et chimie clinique) ainsi qu’une autopsie générale, de l’ophtalmologie, le poids des organes et de l’histopathologie. Afin de mieux caractériser la toxicité de la substance d’essai, la Ligne directrice laisse la possibilité d’inclure des groupes satellites (étude de réversibilité), des sacrifices en cours d’essai, des lavages broncho-alvéolaires, la mesure de la charge pulmonaire pour les particules, des tests neurologiques et des évaluations histopathologiques ou de pathologie clinique supplémentaires.
    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai no. 433: Toxicité Aiguë par Inhalation : Méthode de la Concentration Prédéterminée

    Cette méthode fournit des informations sur le danger pour la santé humaine résultant de l’exposition à court terme à un produit chimique.   Le principe de la méthode est que, dans l'étude principale, seules des concentrations modérément toxiques sont employées, et l'administration des concentrations supposées mortelles devrait être évitée. Des groupes d'animaux d'un même sexe sont exposés pendant une courte période au produit chimique d'essai suivant une procédure séquentielle, avec les concentrations prédéterminées appropriées pour les vapeurs, les poussières/brouillards (aérosols) ou gaz. D'autres groupes d'animaux peuvent être testés à des concentrations supérieures si aucun signe de toxicité manifeste n'est observé à une concentration moindre. Ce mode opératoire est poursuivi jusqu'à ce que soit atteinte une concentration qui provoque une toxicité manifeste ou la mort/l'état moribond d'un seul animal, lorsqu'aucun effet n'est observé à la concentration maximale, ou encore si des morts/états moribonds sont observés à la concentration la plus basse. Un total de cinq animaux d'un seul sexe est normalement employé pour chaque niveau de concentration étudié. Les résultats de cette étude incluent une pesée au moins une fois par semaine et des observations quotidiennes détaillées, de même qu’une autopsie générale. La méthode fournit des informations sur les propriétés dangereuses et permet à la substance d'être classée pour la toxicité aiguë selon le Système Général Harmonisé de Classification et d'Étiquetage des Produits Chimiques.
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 442D: Sensibilisation cutanée in vitro - Méthode d'essai ARE-Nrf2 luciférase

    La présente Ligne directrice porte sur le danger de sensibilisation cutanée pour la santé humaine faisant suite à une exposition avec un produit chimique. La sensibilisation cutanée se réfère à une réponse allergique faisant suite à un contact avec la peau, selon la définition du Système général harmonisé de classification et d'étiquetage des produits chimiques (SGH) des Nations Unies. La méthode in vitro décrite dans la présente Ligne directrice (LD) pour les essais de produits chimiques (méthode d'essai ARE-Nrf2 luciférase) doit aider à distinguer les sensibilisants des non-sensibilisants cutanés, selon le SGH. Le deuxième événement clé sur la voie toxicologique menant à des effets indésirable de sensibilisation cutanée se déroule dans les kératinocytes. Cet événement comprend des réponses inflammatoires et des phénomènes d'expression génique, liés à des voies de signalisation cellulaire spécifiques telles que les voies dépendant de l'élément de réponse antioxydant/électrophile (ARE, Antioxidant Response Element). La méthode d'essai décrite dans la présente Ligne directrice (méthode d'essai ARE-Nrf2 luciférase) est proposée pour l'étude de cette deuxième étape. La lignée cellulaire employée contient le gène de la luciférase sous le contrôle transcriptionnel d'un promoteur constitutif fusionné à un élément ARE d'un gène connu pour l’intensification de son expression sous l’effet de sensibilisants cutanés. Le signal de la luciférase reflète l'activation par les sensibilisants de gènes endogènes dépendants du facteur Nrf2. Cela permet la mesure quantitative (par détection de luminescence) de l'induction du gène de la luciférase, grâce à l'utilisation de substrats de luciférase produisant une luminescence satisfaisante, comme indicateur de l'activité du facteur de transcription Nrf2 dans les cellules après exposition à des substances chimiques d’essai électrophiles. A l'heure actuelle, la ligne directrice comprend deux méthodes d’essai : la méthode KeratinoSensTM et la méthode LuSens.
  • 26-juin-2018

    Français

    Actes du Conseil de l’OCDE relatifs aux produits chimiques

    Les travaux de l’OCDE sont supervisés par plusieurs organes administratifs. Le Conseil de l’OCDE, organe suprême de l’Organisation, est composé des ambassadeurs de tous les pays Membres.

    Documents connexes
  • << < 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 > >>