OECD Climate Change

Programme international pour l’action sur le climat

Le Programme international pour l’action sur le climat (IPAC) soutient les pays dans la réalisation des objectifs fixés dans l’Accord de Paris, en évaluant les mesures prises à l’échelle nationale et internationale pour atteindre la neutralité en gaz à effet de serre d’ici à 2050, en prodiguant des conseils sur l’action à mener et en mettant en commun les meilleures pratiques établies.

La coopération internationale est la clé pour relever ensemble le défi climatique et préserver nos moyens d’existence.

Comment l’IPAC soutient les pays

L’IPAC offre aux pays participants un nouvel instrument de pilotage qui complète la CCNUCC et l’Accord de Paris tout en s’inscrivant dans leur continuité. Il permet en effet de mesurer le chemin parcouru vers la réalisation de la neutralité en gaz à effet de serre et l’instauration d’une économie plus résiliente à l’horizon 2050 en proposant une évaluation précise des politiques nationale et internationales, des conseils ciblés et les meilleures pratiques partagées.

Mis en route en mai 2021, l’IPAC bénéficie de l’expérience pluridisciplinaire hors pair que l’OCDE a accumulée dans la réalisation d'analyses factuelles, de même qu'il peut s'appuyer sur les données, indicateurs, instruments d’action, avis et orientations que produisent les différentes instances de l’OCDE, notamment l’Agence internationale de l’énergie (AIE), le Forum international des transports (FIT) et l’Agence pour l’énergie nucléaire (AEN). Face à l’urgence de la tâche, il est essentiel de disposer de robustes moyens de suivi et d'évaluation pour vérifier que les mesures prises permettent réellement de tenir les engagements contractés.

Un groupe d’experts techniques pour guider les travaux

Le Groupe d’experts techniques (GET) de l’IPAC, créé le 26 mai 2021, est chargé de définir le petit nombre d’indicateurs qui composeront le tableau de bord et serviront à l’élaboration de l’Observateur annuel de l’action climatique, ainsi que l’ensemble plus vaste d'indicateurs liés au climat qui complètera l’analyse et enrichira les notes par pays. Sa tâche consistera également à recenser les indicateurs qui nécessiteraient un travail supplémentaire de mesure et de méthodologie, ainsi qu’à formuler des orientations à cet effet.

Le GET est composé de spécialistes des questions climatiques provenant des pays participants, qu’ils soient ou non membres de l’OCDE, ainsi que d’experts de l’AIE, du FIT, de l’AEN, de l’OCDE, mais aussi du FMI, de la CEE-ONU, de la Division de statistique de l’ONU, de la CCNUCC et de Climate Transparency. Les participants du GET apporteront une vaste palette de compétences liées aux outils de mesure (données, comptes, indicateurs) et à leur application dans l’analyse et l’élaboration des politiques. La deuxième réunion du Groupe aura lieu le 6 juillet 2021.

L’IPAC est financé par les contributions volontaires des pays Membres de l’OCDE et des économies participantes. Dans une première phase (2021-22), l’IPAC fera partie intégrante du projet horizontal sur la résilience climatique et économique.

Composition et gouvernance

L’IPAC est né sous l’impulsion de la France, avec l’appui vigoureux de son président, M. Emmanuel Macron, qui s’est exprimé dans ce sens à l’occasion du 60e anniversaire de l’OCDE, en décembre 2020.

Son caractère participatif est un élément essentiel dans la mesure où l'action face au changement climatique constitue une entreprise par nature mondiale.

L’adhésion à l’IPAC est ouverte aux Membres de l’OCDE ainsi qu’à certains pays : les Partenaires clés, à savoir l’Afrique du Sud, la Chine (République populaire de), l’Inde et l’Indonésie, les candidats à l’adhésion à l’OCDE et les autres pays du G20.

"La France a lancé une initiative importante à l’OCDE : je souhaite que nous ayons à notre disposition un outil de mesure supplémentaire de nos engagements pour le climat, et qui nous donne à chacun des recommandations pour atteindre la neutralité carbone, d’une façon qui soutienne aussi l'emploi et la prospérité collective, et en protégeant les plus vulnérables."

Emmanuel Macron, Président de la République française

Nous contacter

N’hésitez pas à contacter le Secrétariat de l’IPAC en écrivant à Mme Nathalie Girouard, Cheffe de la Division des performances et de l’information environnementales, Direction de l'environnement de l’OCDE.

Print