Bannière de la présidence portugaise du Conseil de l'Union européenne sur le bâtiment Justus Lipsius à Bruxelles. © PP Photos / Shutterstock.com

En pratique

Le Portugal met à profit sa présidence de l'Union européenne pour faire converger les approches en matière de développement

Messages clés

L’approche fructueuse adoptée par le Portugal lors de sa présidence de l’Union européenne en 2021 a permis d'établir des positions communes sur des questions difficiles, tels que les partenariats avec les pays à revenu intermédiaire et la promotion du développement humain. Grâce à la définition de priorités claires, à sa bonne connaissance des enjeux politiques, à sa souplesse et à sa réputation d’intermédiaire honnête, le Portugal est parvenu à concilier les intérêts divergents des États membres.

Défi

Mot-clésInstitutions multilatérales, Partenariats, Stratégie et orientations

Partenaire cléPortugal

Dernière mise à jour08 février 2022

Télécharger PDF

Collectivement, l’Union européenne (UE) et ses États membres sont les premiers fournisseurs d’aide publique au développement (APD) au monde. Présider le Conseil de l’UE est l’occasion pour les États membres de favoriser une compréhension commune des problématiques clés de la coopération pour le développement et de promouvoir une approche harmonisée de l’UE en la matière. Mais la recherche de consensus entre les différents membres de l’UE est souvent une tâche ardue qui nécessite des efforts considérables, rendue encore plus complexe du fait de la courte durée de la présidence (six mois).

Approche

L’approche adoptée par le Portugal dans le cadre de sa présidence de l’UE en 2021 a associé plusieurs éléments :

  • Une collaboration étroite avec les présidences précédente et suivante (système dit « de trio »), pour assurer une continuité.

  • Une forte ouverture à tous les États membres de l’UE pour écouter et comprendre leurs intérêts et leurs positions, associée à un niveau élevé de transparence et de fiabilité et à une volonté avérée d’inclusion.

  • La définition de priorités claires pour l’axe du développement, en combinant les intérêts de nombreux États membres, les dynamiques et tendances actuelles (telle la pandémie de COVID-19), ainsi que l'expérience et les intérêts propres du Portugal.

  • Un personnel très expérimenté à la tête de la présidence, ayant une connaissance approfondie à la fois du développement et des processus de l’UE.

  • Des partenariats avec d’autres institutions, telles que le Centre européen de gestion des politiques de développement (ECDPM) pour des analyses techniques portant sur des questions politiques, la plateforme d’ONG portugaises œuvrant en faveur du développement pour des contributions au débat politique et la Banque européenne d’investissement pour les investissements en Afrique.

Résultats

Le Portugal a ainsi été en mesure de faire progresser le dialogue au sein de l’UE et de parvenir à des positions communes, sous la forme de conclusions du Conseil, sur un certain nombre de questions difficiles, telles que :

  • La définition des partenariats de l’UE avec les pays à revenu intermédiaire (PRI) : il n’existait auparavant aucun accord sur la manière dont les les PRI devaient fare partie de la coopération de l’UE, ni dans quelle mesure. Les conclusions plaident en faveur d'une approche différenciée, soulignant que les partenariats avec les PRI dans des domaines comme la lutte contre les inégalités, le commerce et les biens publics mondiaux peuvent favoriser le développement mondial en s’appuyant sur différents outils stratégiques et de coopération.

  • La réinscription du développement humain à l'ordre du jour de l’UE et l’adoption de l’approche de l’« Équipe Europe » (Team Europe) en la matière : la présidence portugaise a su mettre à profit la dynamique créée par la pandémie de COVID-19. Dans le but d’éclairer la nouvelle programmation de l’UE, les conclusions du Conseil soulignent la nécessité d’investir dans le développement humain en insistant sur l’intérêt qu’il présente d’un point de vue politique et sur ses liens avec d’autres priorités.

  • Le renforcement du caractère inclusif de l’architecture européenne de financement du développement : l’approche du Portugal a renforcé la compréhension du fait que tous les États membres de l’UE, y compris ceux dotés de systèmes de coopération pour le développement de moindre envergure, disposent d’atouts et d’une expertise qu'ils peuvent et devraient mobiliser pour contribuer aux efforts communs de l’UE.

  • La promotion de l’action et des principes humanitaire dans le cadre d’une approche intégrée : les conclusions du Conseil soulignent la nécessité, pour les divers acteurs, d'apporter des réponses coordonnées aux crises, tout en respectant pleinement les principes humanitaires lorsqu’ils apportent une assistance humanitaire.

Enseignements tirés

  • Se forger une réputation d’intermédiaire honnête. Le Portugal a su montrer que les priorités de la Présidence revêtaient une importance cruciale pour l’UE en tant que groupe, et qu'elles n'étaient pas seulement au service de son propre intérêt national. Fort également de son expérience en tant que (petit) partenaire traditionnel, il a pu jouer le rôle d’intermédiaire efficace et favoriser le consensus entre les États membres disposant de programmes de coopération pour le développement bien établis ou plus récents.

  • Avoir une bonne connaissance des enjeux politiques et faire preuve de souplesse. Le Portugal a su saisir des occasions, réagir rapidement aux problématiques émergentes et à la dynamique de la lutte contre la pandémie. Le pays s'est appuyé pour cela sur son fort engagement auprès de l’UE dans les années précédant l’exercice de la présidence.

  • Créer des partenariats et impliquer les parties prenantes. Les partenariats avec la société civile, les think tanks et les instituts de recherche peuvent contribuer à nourrir le débat politique, que ce soit au sein des États membres ou au niveau international avec leurs partenaires de la coopération pour le développement. Ce type de collaboration avec les parties prenantes peut également s'avérer intéressant pour de futures inititaives en matière de diplomatie du développement.

Informations supplémentaires

Présidence portugaise du Conseil de l’Union européenne, https://www.2021portugal.eu/fr.

ECDPM (2021), Connecting the pieces of the puzzle: The EU’s implementation of the humanitarian-development-peace nexus, https://ecdpm.org/wp-content/uploads/Connecting-Pieces-Puzzle-EU-Implementation-Humanitarian-Development-Peace-Nexus-ECDPM-Discussion-Paper-301-2021.pdf.

ECDPM (2021), Fostering inclusiveness in a Team Europe approach, https://ecdpm.org/publications/fostering-inclusiveness-team-europe-approach.

ECDPM (2021), Reinvigorating human development in EU external action, https://ecdpm.org/publications/reinvigorating-human-development-eu-external-action.

Ressources de l’OCDE

OCDE (2022), Examens de l'OCDE sur la coopération pour le développement : Portugal 2022, https://doi.org/10.1787/657fbe73-fr.

OCDE (2018), Examens de l’OCDE sur la coopération pour le développement : Union européenne 2018, https://doi.org/10.1787/9789264309517-fr.

OCDE, Transition Finance Toolkit (page web), https://www.oecd.org/dac/transition-finance-toolkit.

Pour en savoir plus sur la coopération pour le développement du Portugal, voir :

OCDE (2021), « Portugal », dans Les profils de coopération au développement, https://doi.org/10.1787/12c61cf7-en.

TwitterFacebookLinkedInEmail