Partager

Politiques scientifiques, technologiques et d'innovation

Principaux indicateurs de la science et de la technologie

 

Dernière mise à jour : mars 2021
Prochaine mise à jour : août 2021

Lien direct vers la base de données PIST

Adresse courte de cette page : http://oe.cd/pist 


Cette page expose les dernières tendances en matière de dépenses de R-D, sur la base des données PIST de mars 2021. 

Téléchargez la note de synthèse (en anglais) 

 

ESTIMATIONS OFFICIELLES DES DÉPENSES DE R-D EN 2019

Les dernières statistiques officielles sur la recherche-développement (R-D) indiquent qu’avant le début de la pandémie de COVID-19, les dépenses de R-D dans la zone OCDE ont augmenté en termes réels de 4% en 2019. Selon les dernières données de l’OCDE publiées le 18 mars dans les "Principaux indicateurs de la science et de la technologie", l’intensité de R-D – dépenses de recherche-développement (R-D) en pourcentage du Produit Intérieur Brut (PIB) – dans la zone OCDE est passée de 2.4% en 2018 à presque 2.5% en 2019. Comme cela avait aussi été observé en 2018 et 2017, cette hausse est le résultat d’une croissance réelle des dépenses de R-D (+4%) supérieure à celle du PIB (+1.6%). Après avoir stagnée entre 2013 et 2016, l'intensité de R-D dans la zone OCDE a depuis augmenté de manière régulière. La zone OCDE n'a pas connu une telle croissance cumulée sur trois années depuis le milieu des années 1980.

L’augmentation de l'intensité de R-D en 2019 a été observée dans la majorité des pays de l'OCDE. Les États-Unis, le Japon, l’Allemagne et la Corée ont le plus fortement contribué à la hausse de la zone OCDE. Israël et la Corée se maintiennent aux deux premières places de l’OCDE, avec des intensités de R-D de 4.9% and 4.6% respectivement. Aux États-Unis, l'intensité de R-D a dépassé pour la première fois les 3%, tandis qu’en Chine, elle est passée de 2,1% à 2,2%. La zone UE27 a quant à elle connu une augmentation plus modeste et atteint 2,1% en 2019.

 

Intensité de R-D dans les pays de l’OCDE ainsi qu’une sélection de pays non-membres

 

En 2019, la hausse du volume des dépenses de R-D dans l’OCDE provient principalement du secteur des entreprises. Représentant 71% des dépenses de R-D de la zone OCDE, les entreprises ont vu leurs dépenses de R&D croître de 4.6% (en termes réels) en 2019. Les dépenses de R&D dans le secteur de l’enseignement supérieur ont augmenté de 2.4%. Au sein des institutions gouvernementales, elles ont crû de 3.4%, confirmant ainsi une inflexion par rapport aux années antérieures où elles perdaient de leur importance en comparaison aux autres secteurs.   

 

Dépenses intérieures brutes de R-D par secteur de performance

Indice 2007 = 100 (USD PPA à prix constants)

 

En 2019, les pays de l'OCDE réalisant le plus de R-D étaient les États-Unis, le Japon, l’Allemagne, la Corée et la France. En parité de pouvoir d'achat (PPA), la Chine la situe au deuxième rang mondial, avec un volume de R-D atteignant 80% de celui des États-Unis en 2019, alors que ce ratio n’était que de 26% en 2005. 

 

Dépenses intérieures brutes de R-D, 1998-2019

 

QUE SAVONS-NOUS DES DÉPENSES DE R-D EN 2020?

Dans la plupart des économies, les acteurs de la R-D ont commencé la clôture de leurs comptes 2020 durant les premiers mois de 2021. De ce fait, les collectes de données sur la R-D réalisée en 2020, via les enquêtes nationales officielles, ne pourront débuter qu’à l’issue de ces processus comptables. Les résultats statistiques de la plupart des pays ne seront donc disponibles qu'à partir du troisième trimestre 2021. Alors que ces efforts de collecte sont en cours, l'OCDE a développé et examiné différents indicateurs avancés afin de fournir plus rapidement, aux gouvernements et aux utilisateurs de données en général, un aperçu de l'état actuel de l’investissement en R-D.

En 2020, l'OCDE a initié un projet de suivi des rapports et comptes trimestriels d’un panel de grandes entreprises investissant fortement dans la R-D. Ce suivi comprend en particulier la collecte de leurs chiffres de dépenses de R-D publiquement déclarés. Cet exercice, à la fois indépendant et complémentaire aux statistiques officielles de PIST, implique l'inspection manuelle des rapports trimestriels publiés par les entreprises identifiées comme grands investisseurs en R-D. L'analyse de ces données suggère que les investissements en R-D des entreprises ont continué de croître en 2020, bien qu'à un rythme nettement inférieur à celui de 2019, et de manière hétérogène selon les industries. La plupart des grands investisseurs en R-D dans les secteurs des technologies de l'information et de la communication (TIC) et des sciences de la vie ont affiché une croissance robuste, tandis que les entreprises d'autres secteurs, notamment celui du matériel de transport, ont eu tendance à diminuer leurs investissements en R&D. Si les données officielles venaient à le confirmer, il s'agirait de la première crise économique mondiale de l'histoire de l'OCDE durant laquelle les dépenses de R-D des entreprises n'ont pas dans l’ensemble diminué.

Les données budgétaires représentent les montants de crédits publics alloués à la R-D par les gouvernements, plutôt que les dépenses comptabilisées par les exécutants de R-D. Au-delà des indications qu’elles apportent sur les intentions des gouvernements, ces données fournissent un aperçu des performances de R-D dans les secteurs dépendant fortement de l'aide publique, tels que l'enseignement supérieur et les instituts de recherche publics. On estime que les budgets de R-D des gouvernements de l'OCDE ont augmenté en 2020 de 6,2% en termes réels – estimation faite en mars 2021 sur la base des données des pays ayant déjà divulgué leurs budgets de R&D à l'OCDE. Ce chiffre représente une nette augmentation par rapport à 2019 (et 2018) où les budgets de R&D avaient augmenté de 3,2% (5.6% respectivement). Cela semble refléter à la fois l’impact des plans de financement mis en place avant la pandémie, ainsi que le soutien d'urgence pour accélérer la R-D liée au développement des vaccins et traitements en réponse à la pandémie de COVID-19.

 

Crédits budgétaires publics de R-D

Indice 2007 = 100 (USD PPA à prix constants)

 

À PROPOS DE PIST

La base de données PIST présente un jeu d'indicateurs reflétant le niveau et la structure des efforts menés dans les domaines de la science et de la technologie, par les pays de l'OCDE et par sept économies non-membres : Afrique du Sud, Argentine, Chine, Fédération de Russie, Roumanie, Singapour et Taipei chinois. Il s'agit de résultats définitifs ou provisoires, et d’estimations fournies par les agences statistiques nationales. Les indicateurs couvrent plus particulièrement les ressources consacrées aux activités de recherche-développement, les familles de brevets et le commerce international dans les industries intensives en R-D.


Les indicateurs sur les dépenses, les budgets et le personnel consacrés à la R-D sont calculés à partir des données de la base de l’OCDE sur les Statistiques de la Recherche et Développement (SRD). Cette dernière est basée sur les données fournies à l’OCDE et Eurostat dans le cadre de la collecte commune OCDE/Eurostat sur les ressources consacrées à la R-D.


Les sources des autres indicateurs incluent les bases de données sur les Brevets et le commerce bilatéral des biens par industrie et catégorie d'utilisation finale (BTDIxE).

 

ACCÈS AUX DONNÉES

Les indicateurs PIST peuvent être visualisés via la plateforme STI.Scoreboard de l’OCDE, où ils peuvent également être mis en relation avec d’autres indicateurs de STI.

La version électronique est disponible via le service de diffusion des données de l'OCDE. Une fois sur OECD.stat, il est possible de télécharger les tables MSTI en Excel en cliquant sur “exportez” puis “fichiers connexes”. La base PIST est aussi disponible sur OECDiLibrary.

La base de données des Sources et Méthodes sur la R-D et les CBPRD de l'OCDE contient les métadonnées nécessaires à l’interprétation des séries présentées dans PIST et SRD.

 

LIENS UTILES

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)