Partager

Economie de la France en un coup d’œil

Perspectives économiques (décembre 2020)

L’activité économique devrait se contracter de 9.1 % en 2020, avant de rebondir en enregistrant une croissance de 6.0 % en 2021 et de 3.3 % en 2022. À l’issue du second confinement national imposé à la fin de 2020, le scénario retenu comme hypothèse est celui d’une lente amélioration de la situation sanitaire. Malgré des apparitions intermittentes de foyers épidémiques locaux, l’assouplissement des mesures d’endiguement et la perspective de la diffusion d’un vaccin efficace devraient permettre une réduction progressive de l’épargne de précaution et, in fine, un rattrapage dans les secteurs les plus touchés (tourisme et services de loisirs). La demande extérieure et l’investissement repartiront à la hausse parallèlement à la reprise de l’activité sur les marchés d’exportation. Le taux de chômage atteindra un point haut vers la fin de 2021 et restera supérieur à son niveau d’avant la crise en 2022. La dette publique devrait augmenter pour s’établir à près de 120 % du PIB à la fin de 2022.

Les mesures d’urgence temporaires et le plan de relance à moyen terme apportent un soutien budgétaire considérable à l’économie, en assurant un équilibre des mesures entre l’offre et la demande. L’extinction progressive des dispositifs d’activité partielle et des programmes de prêt destinés aux entreprises favoriseront le redéploiement des ressources entre les entreprises. Pour assurer une reprise progressive, le gouvernement devrait continuer de cibler les nouvelles mesures d’accompagnement sur les entreprises directement touchées par des restrictions nationales et locales temporaires. La définition de priorités et l’accélération des procédures en matière de dépistage contribueraient également à permettre d’identifier et d’isoler les personnes infectées plus rapidement, ce qui contribuerait à juguler l’épidémie et à dynamiser l’activité économique.

Les effets conjugués des prix de l’énergie et de la taxe carbone sur la performance économique et environnementale des entreprises françaises du secteur manufacturier

Cette étude estime l'effet des prix de l'énergie et de la taxation du carbone sur la performance environnementale et économique des entreprises. L'analyse utilise des données sur 8 000 entreprises représentatives du secteur manufacturier français et observées sur la période 2001-2016. Le papier mesure également l'impact causal de la taxe carbone sur la période 2014-2018 et simule l'effet d'augmentation supplémentaire de son taux de 45 € à 86 € par tonne de CO2.

Lire le Document de travail 

Lire le blog: Taxe carbone : quel impact environnemental et économique dans le secteur manufacturier français ?

Priorités de Réforme (juillet 2019)

Étude économique de la France

La croissance française a ralenti après une reprise progressive. La conjoncture mondiale, la politique monétaire et des réformes structurelles ont soutenu les exportations et l’investissement ces dernières années. Cependant, les incertitudes mondiales et les effets des mouvements sociaux ont pesé sur l’activité en 2018. Les taux d’emploi restent faibles et la situation des finances publiques ne s’est pas redressée. La progression des salaires réels et les gains de productivité n’ont pas retrouvé leurs niveaux d’avant la crise, malgré un léger rebond en 2017-18.

Résumé de l'étude

 

Présentation