Allemagne: le choc PISA

Le Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves (PISA) a aidé les autorités allemandes à mettre en œuvre des réformes éducatives essentielles.

Quels enjeux ?

Les premiers résultats des tests du PISA, publiés en 2000, ont eu l’effet d’un électrochoc en Allemagne. Parmi les 31 pays participants, les résultats des élèves allemands en compréhension écrite, en mathématiques et en sciences étaient inférieurs à la moyenne de l’OCDE.

Ces résultats étaient non seulement en contradiction avec la perception qu’avait le public du système éducatif, mais ils constituaient également un sérieux avertissement pour ce grand pays exportateur, qui, pour conserver son avantage concurrentiel et sa valeur ajoutée, repose sur les compétences de sa population. Les résultats ont montré que les performances étaient largement liées au milieu socioéconomique d’origine des élèves : ceux issus de l’immigration ayant des résultats plus faibles que les autres.

Ce qui a été appelé par la suite le « choc PISA » a suscité l’indignation générale et alimenté le débat public autour de la politique éducative pendant des mois dans les médias nationaux, avant d’engendrer des réformes profondes.

Quelles solutions ?

L’enquête PISA a montré que des améliorations étaient possibles et a donné l’élan nécessaire pour approfondir les changements. L’Allemagne a quasiment doublé ses dépenses fédérales d’éducation au début des années 2000.

Des normes éducatives nationales ont progressivement été mises en place dans les établissements scolaires au cours des vingt dernières années, ce qui était difficile à imaginer dans un pays où l’autonomie des Länder était érigée en principe intangible.

L’accompagnement des élèves défavorisés a été très largement renforcé, notamment pour les jeunes issus de l’immigration. L’accès aux services d’accueil des jeunes enfants a également été massivement élargi pendant les années qui ont suivi le premier cycle du PISA ainsi qu’au cours des dernières années.

Une chose est claire : les bases d’un apprentissage réussi se construisent dès le plus jeune âge. Nous devons donc concentrer nos efforts sur l’éducation des jeunes enfants.

Edelgard Bulmahn Ministre fédérale allemande de l’éducation et de la recherche, 2002

Quels impacts ?

En 2009, les résultats de l’Allemagne aux tests du PISA s’étaient améliorés : les groupes défavorisés, notamment ceux issus de l’immigration, avaient aussi obtenu des résultats bien plus concluants. Les données de l’OCDE sur l’éducation des jeunes enfants montrent que le nombre d’enfant préscolarisé avant 3 ans a doublé en Allemagne entre 2005 et 2016. Ces résultats ont redonné confiance à l’Allemagne, en matière de compétences et d’avantage concurrentiel pendant les années de crise et celles à venir.

close
Twitter Facebook LinkedIn Print Email
arrow arrow
Annual report
Découvrez
l'OCDE
Téléchargez
Brochure
Rapport
annuel
Téléchargez