Maroc


  • 31-mai-2017

    Français

    Examen multidimensionnel du Maroc - Volume 1. Évaluation initiale

    Depuis la fin des années 90, le Maroc est engagé sur une trajectoire de développement stable afin de rejoindre le groupe des pays dits émergents. Cependant, d’importants défis demeurent pour accélérer la croissance et la rendre plus inclusive.

    Ce premier volume de l’Examen multidimensionnel du Maroc passe en revue les performances du pays et les principales contraintes au développement. Il se base sur un diagnostic des évolutions macroéconomiques, des performances en matière de bien-être des citoyens et du degré de compétitivité de l’économie marocaine. Ce volume identifie trois défis majeurs à relever : mobiliser la compétitivité de l’économie marocaine pour accélérer la transformation structurelle ; surmonter les faiblesses du système éducatif et de formation ; et accroître la cohérence des politiques sectorielles.

    Le deuxième volume proposera des recommandations pour lever les contraintes majeures identifiées et le troisième analysera les modalités de leur mise en oeuvre.

  • 24-mai-2017

    Français

    Maroc Perspectives Économiques en Afrique 2017

    La croissance au Maroc s’est limitée à 1.5 % en 2016, en raison de la mauvaise pluviométrie, mais elle est attendue à 3.7 % en 2017. Les élections législatives ont abouti en octobre 2016 à la victoire du Parti de la justice et du développement (PJD, droite islamiste).

    Documents connexes
    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 22-May-2017

    English

    Aid at a glance charts

    These ready-made tables and charts provide for snapshot of aid (Official Development Assistance) for all DAC Members as well as recipient countries and territories. Summary reports by regions (Africa, America, Asia, Europe, Oceania) and the world are also available.

    Related Documents
  • 22-mai-2017

    Français

  • 21-février-2017

    Français

    Les Marocains résidant à l’étranger : une force importante pour le développement économique du Maroc

    Les Marocains résidant à l’étranger sont une ressource à haut potentiel pour le développement économique du Maroc. Le nombre de personnes nées au Maroc et résidant dans les pays de l’OCDE a atteint 2,6 millions en 2010/11, ce qui en fait le dixième groupe d’émigrés le plus important au monde et le plus grand groupe d’émigrés en provenance d’un pays de la région MENA.

    Documents connexes
  • 21-février-2017

    Français

    Talents à l'étranger : Une revue des émigrés marocains

    Près de 3 millions de personnes qui sont nées au Maroc vivaient dans un pays de l’OCDE en 2010/11. Pour évaluer le potentiel que ce groupe représente pour l’économie marocaine, cette revue établit la répartition des émigrés marocains sur les pays de l’OCDE, ainsi que leur âge, leur sexe et leur niveau d’éducation. Les résultats sur le marché du travail des émigrés marocains sont analysés, de même que sont documentées les caractéristiques des émigrés marocains qui retournent vivre au Maroc. La plus grande diaspora marocaine réside en France, suivie par l’Espagne et l’Italie, où leur nombre a fortement augmenté avant que les flux migratoires ne soient affectés par la crise économique. Les émigrés marocains ont un faible niveau d’éducation, et connaissent une intégration sur le marché du travail moins favorable que les natifs dans les pays de destination, et une grande partie travaille dans des professions peu qualifiées. Ceux qui sont retournés vivre au Maroc sont souvent retraités, mais sont aussi particulièrement susceptibles de devenir entrepreneurs.

  • 9-November-2016

    English

    COP22 session on enabling policies for green investment and development

    9 November 2016, Marrakesh - This COP22 side event will focus on the role of policies and domestic enabling conditions to encourage private investment in green infrastructure in developing countries, drawing on lessons learned from country-specific experiences in Jordan and Viet Nam.

    Related Documents
  • 9-novembre-2016

    Français

    Étude de l'OCDE sur la gestion des risques au Maroc

    L’étude de l’OCDE sur la gestion des risques au Maroc analyse l’action d’acteurs multiples, allant du gouvernement central, des collectivités territoriales, des organes de recherche, du secteur privé et de la société civile, en faveur d’une gestion efficace des risques majeurs. Elle porte une attention particulière aux questions de gouvernance, de coordination et d’inclusion.  Son analyse prend en compte l’ensemble du cycle de gestion des risques (évaluation des risques, prévention et atténuation, réponse et gestion de l'urgence, et relèvement et reconstruction), et identifie les défis restant à relever pour renforcer la résilience de l’économie et de la société marocaine face aux risques.

    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 4-novembre-2016

    Français

    Forum mondial sur la transparence et l'échange de renseignements à des fins fiscales : Rapport d'examen par les pairs : Maroc 2016 - Phase 2 : mise en œuvre pratique des normes

    Ce rapport contient l’examen de « Phase 2 : mise en œuvre pratique des normes » ainsi que la version révisée de la « Phase 1 : évaluation de la qualité du cadre juridique et réglementaire » déjà publiée pour le Maroc.

    Le Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales est l’enceinte multilatérale au sein de laquelle le travail en matière de transparence fiscale et d’échange de renseignements est mené par plus de 130 juridictions participant, sur un pied d’égalité, aux travaux du Forum mondial.

    Le Forum mondial est chargé de la surveillance approfondie et de l’examen par les pairs de la mise en œuvre des standards en matière de transparence et d’échange de renseignements en matière fiscale. Ces standards sont essentiellement reflétés dans le Modèle d’accord d’échange de renseignements en matière fiscale et ses commentaires publiés en 2002 par l’OCDE et dans l’article 26 du Modèle de convention fiscale concernant le revenu et la fortune de l’OCDE et ses commentaires, tels que mis à jour en 2004. Ces standards ont aussi été repris dans le Modèle de convention fiscale des Nations Unies.

    Les standards prévoient l’échange de renseignements sur demande des informations vraisemblablement pertinentes pour l’administration et l’application de la législation fiscale interne de la partie requérante. La pêche aux renseignements n’est pas autorisée mais tous les renseignements vraisemblablement pertinents doivent être fournis, y compris les renseignements bancaires et les renseignements détenus par des agents fiduciaires, sans tenir compte de l’existence d’un intérêt fiscal national.

    Tous les membres du Forum mondial, ainsi que les juridictions identifiées par le Forum mondial comme pertinentes pour ses travaux, seront examinés. Ce processus est réalisé en deux phases. L’examen de phase 1 évalue la qualité du cadre juridique et réglementaire des juridictions en matière d’échange de renseignements alors que l’examen de phase 2 se concentre sur la mise en œuvre pratique de ce cadre. Certains membres du Forum mondial font l’objet d’un examen combiné – phase 1 et phase 2. Le but final vise à aider les juridictions à mettre effectivement en œuvre les standards internationaux en matière de transparence et d’échange de renseignements en matière fiscale.

    Tous les rapports d’examen, sont publiés une fois adoptés par le Forum mondial et doivent donc être considérés comme des rapports approuvés du Forum mondial.

    Pour plus d’information sur les travaux du Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales et pour obtenir des copies des rapports d’examen qui ont été publiés, il convient de consulter le site Internet du Forum mondial : www.oecd.org/fiscalite/transparence et www.eoi-tax.org.

  • 30-September-2016

    English

    Clean Energy Technology Assessment Methodology Pilot Study: Morocco

    To reduce its heavy dependence on imported fossil fuels, achieve its ambitious climate goals and meet growing energy demand, the Moroccan government has launched a comprehensive plan to increase the share of renewable energy and improve energy efficiency. It set a target of 42% of its installed electricity generation capacity to come from renewable sources, with the goal rising to 52% by 2030. At the same time, Morocco aims to reduce its energy consumption by 12% by 2020, and 15% by 2030 through increased energy efficiency.

    Due to the country’s determination to increase energy efficiency and its supportive policy environment, the IEA selected Morocco for a pilot study of the new Clean Energy Technology Assessment Methodology (CETAM). This methodology, developed with the European Bank of Reconstruction and Development (EBRD), aims to provide clear, transparent information about clean energy technology markets in emerging economies. The goal is to identify the most promising clean energy technologies for policy support and investment and to establish metrics for tracking their deployment over time.

    Morocco has an abundance of renewable resources, especially wind and solar power, and is a regional leader in deploying clean energy technologies. This report assesses the range of technological options on both the demand and supply side to determine which show the most potential for further development, in line with the country’s policy goals and resource endowment.

  • 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 > >>