Partager

By Date


  • 31-July-2018

    English

    Call for data on per- and polyfluoroalkyl substances (PFASs) and alternatives

    The OECD is aiming to collect data for a new report on PFASs and Alternatives - Commercial Availability and Current Uses. A questionnaire is available to provide information on current uses of alternatives to PFASs on the following sectors: textile and shoes, firefighting foam and food packaging. Industry, public authorities, NGOs and academia are invited to participate. Please note that the deadline for response is 31 July 2018.

    Related Documents
  • 28-juin-2018

    Français

    Edition du génome: Applications dans l'agriculture

    28-29 juin 2018 - La Conférence explorera les considérations réglementaires soulevées par les produits génétiquement modifiés afin de favoriser une approche politique cohérente pour faciliter l'innovation impliquant l'édition du génome chercheurs, gouvernements et autres parties prenantes. Voir le programme et les intervenants.

    Documents connexes
    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 319A : Détermination de la clairance intrinsèque in vitro sur des hépatocytes de truite arc en ciel (rt-hep) cryoconservés

    La présente Ligne directrice (LD) décrit l’utilisation d’hépatocytes de truite arc-en-ciel Oncorhynchus mykiss (RT-HEP) cryoconservés afin de déterminer la clairance intrinsèque in vitro (CL, IN VITRO, INT) du produit chimique testé, par une approche fondée sur la déplétion du substrat. La réaction est déclenchée par l’addition du produit chimique testé à la suspension. Pour collecter des échantillons à différents points dans le temps, on arrête la réaction en transférant des aliquotes de la suspension dans une solution d’arrêt. La diminution de la concentration de produit chimique testé dans les échantillons provenant du flacon d’incubation est mesurée par une méthode analytique validée, et utilisée pour déterminer la CL IN VITRO, INT. La valeur obtenue peut alors être utilisée pour améliorer les prédictions in silico de la bioaccumulation du produit chimique chez le poisson.
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 452 : Études de toxicité chronique

    L’objectif des études de toxicité chronique est de caractériser le profil d’une substance dans des espèces mammifères (essentiellement rongeurs) à la suite d’une exposition prolongée et répétée.  La Ligne directrice porte particulièrement sur les rongeurs et l’administration orale. Les deux sexes doivent être employés. Pour des rongeurs, chaque groupe de traitement contient au moins 20 animaux de chaque sexe, tandis que pour des non-rongeurs, un minimum de 4 animaux de chaque sexe par groupe est recommandé. Au moins trois niveaux de dose doivent être employés en plus du groupe témoin. Normalement, la fréquence de l’exposition est quotidienne, mais elle peut varier selon la voie choisie (orale, cutanée ou inhalation) et elle est ajustée selon le profil toxicocinétique de la substance d’essai. La durée de la période d’exposition est d’au moins 12 mois. Les résultats de ces études incluent des mesures (pesée), des observations détaillées régulières (examen hématologique, analyse d’urine, chimie clinique), ainsi que des procédures d’autopsie et l’histopathologie.
    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 319B : Détermination de la clairance intrinsèque in vitro sur la fraction subcellulaire S9 du foie de truite arc-en-ciel (RT-S9)

    La présente Ligne directrice (LD) décrit l’utilisation de la fraction subcellulaire S9 du foie de truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss) (RT-S9) afin de déterminer la clairance intrinsèque in vitro (CL IN VITRO, INT) du produit chimique testé, par une approche fondée sur la déplétion du substrat. La réaction est déclenchée par l’addition du produit chimique testé dans le milieu d’incubation contenant le RT-S9. Pour collecter des échantillons à différents points dans le temps, on arrête la réaction en transférant des aliquotes du milieu d’incubation dans une solution d’arrêt. La diminution de la concentration de produit chimique testé dans les échantillons provenant du flacon d’incubation est mesurée par une méthode analytique validée, et utilisée pour déterminer la CL IN VITRO, INT. La valeur obtenue peut alors être utilisée pour améliorer les prédictions in silico de la bioaccumulation du produit chimique chez le poisson.
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 492 : Méthode d'essai sur modèle d'épithélium cornéen humain reconstitué (echr) pour l'identification de produits chimiques ne nécessitant aucune classification ni étiquetage pour irritation oculaire ou lésions oculaires graves

    La présente Ligne directrice décrit une procédure in vitro permettant l’identification de produits chimiques (substances et mélanges) ne relevant d’aucune classification pour l’irritation oculaire ou les lésions oculaires graves, conformément au SGH de l’ONU. Un modèle d’épithélium cornéen humain reconstitué (EChR) est utilisé, qui reproduit fidèlement les propriétés histologiques, morphologiques, biochimiques et physiologiques de l’épithélium cornéen humain. Le test évalue le danger potentiel qu’un produit chimique testé présente pour l’œil en se fondant sur sa capacité à provoquer une cytotoxicité sur un modèle tissulaire d’EChR, mesurée avec le test MTT. Les produits chimiques colorés et ceux qui interfèrent avec le MTT peuvent également être testés par procédure HPLC.La viabilité du tissu d’EChR après exposition à un produit chimique testé est déterminée par comparaison avec celle de tissus traités avec la substance servant de témoin négatif (% de viabilité) puis utilisée pour prédire le danger potentiel du produit chimique testé pour les yeux. Les produits chimiques qui ne relèvent d’aucune classification dans le SGH de l’ONU sont ceux qui ne provoquent pas une diminution de la viabilité tissulaire en deçà d’un seuil défini (à savoir, viabilité tissulaire > 60 % pour le classement « sans catégorie » du SGH de l’ONU).
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 443 : Étude étendue de toxicité pour la reproduction sur une génération

    Cette Ligne directrice est élaborée en vue de permettre l’évaluation des effets pré- et postnataux d’une exposition aux produits chimiques, sur la reproduction et le développement, ainsi que l’examen de la toxicité systémique chez les femelles gravides et allaitantes ainsi que chez la descendance (petits et adultes). Dans cet essai, des groupes de rongeurs mâles et femelles sexuellement matures (génération parentale P) sont exposés en continu à une gradation de doses de la substance d’essai. L’exposition commence 2 semaines avant l’accouplement et se poursuit  pendant la période d’accouplement, la gestation et jusqu’au sevrage des portées (génération F1). Au moment du sevrage, les petits F1 sont sélectionnés et affectés au hasard à une cohorte d’animaux pour effectuer des essais de toxicité pour la reproduction/le développement (cohorte 1), des essais de neurotoxicité pour le développement (cohorte 2) et des essais d’immunotoxicité pour le développement (cohorte 3). La descendance F1 reçoit encore la substance d’essai du sevrage jusqu’à l’âge adulte. Tous les animaux subissent un examen clinique et pathologique destiné à mettre en évidence des signes de toxicité ; cet examen s’attache particulièrement à l’intégrité et au fonctionnement des appareils reproducteurs mâles et femelles ainsi qu’à la santé, la croissance, le développement et la fonction reproductrice de la descendance. Une partie de la cohorte 1 (cohorte 1B) peut ensuite être étendue à des animaux de génération F2 ; dans ce cas, les protocoles pour les animaux F1 seront les mêmes que pour les animaux P.
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 451 : Études de cancérogénèse

    L’objectif d’une étude à long terme de cancérogénèse est d’observer des animaux d’essai au cours de la majeure partie de leur durée de vie, pour suivre le développement éventuel de lésions néoplasiques durant ou après l’exposition à de diverses doses d’une substance d’essai par une voie d’administration appropriée. Cette Ligne directrice concerne principalement des essais sur rats et souris, et une administration orale. Les deux sexes sont employés. Chaque groupe de dose et groupe témoin contient au moins 50 animaux de chaque sexe. Trois niveaux de dose et un témoin sont employés au moins. La substance d’essai est administrée chaque jour par voix orale (dermale ou par inhalation), et le mode d’exposition est ajusté selon le profil toxicocinétique de la substance d’essai. La durée de l’étude est normalement de 24 mois pour les rongeurs. Pour des souches de souris spécifiques, une durée de 18 mois peut être plus appropriée. La clôture de l’essai est envisagée lorsque le nombre de survivants dans les groupes de dose la plus faible ou dans le groupe témoin tombe en dessous de 25%. Les résultats de ces études incluent des mesures (pesée, consommation de nourriture), et au moins, des observations quotidiennes détaillées, ainsi que l’autopsie générale et l’histopathologie.
    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 412 : Toxicité subaigüe par inhalation : étude sur 28 jours

    Cette Ligne directrice  révisée  a été conçue afin de caractériser pleinement la toxicité par inhalation de l’article d’essai, suite à une exposition répétée sur une période de temps limitée (28 jours), et de fournir des données pour l’évaluation quantitative des risques liés à l’inhalation. Elle a été mise à jour en 2017 afin de permettre de tester et caractériser les effets des nanomatériaux. Des groupes de rongeurs (5 mâles et 5 femelles) sont exposés 6 heures par jour pendant une période de 90 jours a) à la substance d’essai à trois niveaux de concentration ou plus, b) à de l’air filtré (témoin négatif), et/ou c) au véhicule (groupe témoin du véhicule). Les animaux sont exposés en général 5 jours par semaine, mais il est aussi permis de les exposer 7 jours par semaine. Des mâles et des femelles sont toujours utilisés, mais peuvent être exposés à des niveaux de concentration différents si l’un des sexes est connu pour être plus sensible à une substance d’essai donnée. Les résultats de l’étude incluent des mesures et des observations quotidiennes détaillées (hématologie et chimie clinique) ainsi qu’une autopsie générale, le poids des organes et de l’histopathologie. Afin de mieux caractériser la toxicité de la substance d’essai, la Ligne directrice laisse la possibilité d’inclure des groupes satellites (réversibilité), des lavages broncho-alvéolaires, la mesure de la charge pulmonaire pour les particules, des tests neurologiques et des évaluations histopathologiques ou de pathologie clinique supplémentaires.
    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 27-juin-2018

    Français

    Essai n° 442E: Sensibilisation cutanée in vitro - Essai de sensibilisation cutanée in vitro portant sur l'événement clé relatif à l'activation des cellules dendritiques dans la voie toxicologique impliquée dans les effets indésirables pour la sensibilisation cutanée

    La présente Ligne directrice (LD) pour les essais de produits chimiques fondée sur les événements clés porte sur le danger de sensibilisation cutanée pour la santé humaine faisant suite à une exposition avec un produit chimique. Elle porte plus particulièrement sur l’activation des cellules dendritiques, qui est un événement clé de la voie toxicologique impliquée dans les effets indésirables (AOP) pour la sensibilisation cutanée. La sensibilisation cutanée se réfère à une réponse allergique faisant suite à un contact avec la peau, selon la définition du Système général harmonisé de classification et d'étiquetage des produits chimiques (SGH) des Nations Unies. La présente LD décrit trois méthodes in vitro portant sur le même événement clé : (i) le test d’activation de la lignée cellulaire humaine (h-CLAT), (ii) le test d’activation de la lignée cellulaire U937 (U-SENS) et (iii) l’essai par gène rapporteur de l’interleukine 8 (essai IL‑8 Luc). Ils sont tous utilisés pour aider à distinguer les sensibilisants des non-sensibilisants cutanés, selon le SGH. Les méthodes décrites dans la présente LD permettent de quantifier soit les variations d’expression de marqueurs de surface associés au processus d’activation des monocytes et des DC suite à l’exposition à un sensibilisant (CD54 et CD86, par exemple), soit les changements d’expression de l’IL‑8, une cytokine associée à l’activation des DC. Dans les essais h-CLAT et U-SENS, la variation d’expression des marqueurs de surface est mesurée par cytométrie en flux après coloration cellulaire avec des anticorps marqués par fluorochrome. Dans l’essai IL-8 Luc, la variation d’expression de IL-8 est mesurée de façon indirecte via l’activité du gène de la luciférase qui se trouve sous contrôle du promoteur IL-8. L’intensité relative de fluorescence ou luminescence des cellules traitées, comparée à celle du témoin de solvant/véhicule, est calculée et utilisée dans un modèle prédictif, pour aider à distinguer les sensibilisants des non-sensibilisants.
  • << < 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 > >>