Partager

By Date


  • 22-October-2021

    English

    Publications in the series on Pollutant Release and Transfer Registers

    Countries are taking action against toxic chemicals emitted into air, water and land by industry. How can countries track progress made towards this target? The new OECD report looks at Pollutant Release and Transfer Registers data as a means to track toxic releases to monitor chemical pollution in order to meet the United Nations Sustainable Development Goal Target 12.4.

    Related Documents
  • 30-September-2021

    English

    OECD Conference on RNAi based Pesticides

    10-12 April 2019: The conference on RNA interference (RNAi) based pesticides will provide an overview of the current state of the knowledge of RNA interference (RNAi) as it relates to the potential use of this naturally occurring mode of action in agriculture. This will be an efficient route to this information for policy makers, particularly given the large volume of scientific information that is available in the literature.

    Related Documents
  • 22-September-2021

    English

    Regulatory Governance in the Pesticide Sector in Mexico

    A clear, efficient, and modern regulatory framework for pesticides is essential for addressing their impacts on human health and the environment, supporting a life-cycle approach to their management, and ensuring crop protection and a sustainable agricultural industry. This report identifies the gaps, barriers, implementation flaws and inefficiencies that affect the regulatory framework of pesticides in Mexico. It takes stock of the regulatory framework and recent reforms, and identifies both the areas that pose the greatest challenge for the effective regulation of pesticides and those where regulation – or lack of it – in pesticides most affects policy objectives and economic activity. These challenges and practices are assessed in view of OECD principles and country experiences, and recommendations are provided to support better regulation efforts. The report finds that Mexico would benefit from adopting a comprehensive, mutually-agreed policy strategy for pesticides, recognising that pesticide management is a shared responsibility across national and local governments, the pesticide industry, pesticide users, as well as the general public.
  • 22-juin-2021

    Français

    Essai n° 509 : Essais au champ de plantes cultivées

    Les essais au champ de plantes cultivées ont pour objet de déterminer la quantité de résidus de pesticides présents sur ou dans les produits agricoles bruts, y compris dans les aliments pour animaux. Ils doivent pouvoir mettre en évidence les modes d’utilisation des pesticides qui conduisent à la teneur en résidus maximale. Les essais au champ visent à (1) quantifier la teneur en résidu(s) à laquelle s’attendre après un traitement conforme aux bonnes pratiques agricoles en vigueur ou proposées; (2) déterminer, le cas échéant, le taux de dissipation du ou des résidus de produits phytosanitaires dans les cultures considérées; (3) déterminer des paramètres telles que la « valeur médiane des résidus en essais contrôlés » ou la « valeur de résidu la plus élevée », afin d’évaluer les risques alimentaires; enfin, (4) en déduire les limites maximales de résidus (LMR). La présente ligne directrice pour les essais au champ de plantes cultivées exige un échantillon provenant de parcelles traitées à chaque intervalle d’échantillonnage pour les cultures qui font l’objet de huit essais ou plus. La ou les substances d’essai sont stockées dans des conditions adaptées pendant la durée de l’étude et appliquées rapidement après leur préparation ou leur mélange. La substance d’essai n’est pas appliquée en cas de fort vent, de pluie, ou si des précipitations sont attendues peu après l’application. Pour chaque traitement, le taux d’application est exprimé en quantité de produit et/ou d’ingrédient actif par unité de surface. A la fin de chaque essai au champ de plantes cultivées, les échantillons (entreposés) sont analysés pour mesurer leur teneur en résidu (exprimée par example en mg/kg).
    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 22-juin-2021

    Français

    Ligne directrice n° 497 : Approches définies pour la sensibilisation cutanée

    Une approche définie (AD) est un ensemble défini de sources d’information (p. ex. prédiction in silico, des données in chemico ou in vitro) utilisées en une combinaison spécifique, dont les résultats sont interprétés selon une procédure établie d’interprétation des données (modèle mathématique ou approche fondée sur des règles, par exemple). Les ADs utilisent des combinaisons de méthodes dans le but de compenser certaines des limites de chacune de ces méthodes lorsqu’elles sont appliquées seules. Les trois premières ADs couvertes par la présente Ligne directrice utilisent des combinaisons de données d’essais in vitro et in chemico validés par l’OCDE, dans certains cas accompgnées d’information in silico, pour arriver à une conclusion basée sur une procédure établie d’interprétation des données concernant le danger potentiel de sensibilisation cutanée. Les ADs comprises sans la présente Ligne directrice ont démontré qu’elles pouvaient générer des informations similaires ou être plus informatives que l’Essai de stimulation locale des ganglions lymphatique (OCDE LD 429) pour l’identificaiton des dangers (c.à.d. sensibilisant versus non sensibilisant). Par ailleurs, deux des ADs fournissent des informations sur la catégorisation de la puissance sensibilisante qui est équivalente à la l’information de catégorisation de la puissance fournie par l’Essai de stimulation locale des ganglions lymphatique.
    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 18-juin-2021

    Français

    Essai n° 249 : Essai de toxicité aiguë sur lignée cellulaire de poisson – essai sur lignée cellulaire RTgill-W1

    L’essai sur lignée cellulaire RTgill-W1 décrit un essai de toxicité aiguë réalisé dans une plaque 24 puits sur une lignée cellulaire permanente établie à partir de branchies de truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss), appelée RTgill-W1. Après que les cellules ont été exposées pendant 24 heures au produit chimique d’essai, la viabilité cellulaire est évaluée sur un même groupe de cellules au moyen de trois indicateurs de viabilité cellulaire colorés et fluorescents. Un des marqueur coloré, la résazurine pénètre dans les cellules sous sa forme non fluorescente avant d’être convertie en résorufine (le produit fluorescent) par des oxydoréductases mitochondriales, microsomales et cytoplasmiques. Une baisse de fluorescence de la résorufine indique une baisse d’activité métabolique des cellules, notamment une atteinte à la membrane mitochondriale. Les données sont exprimées en pourcentage de la viabilité cellulaire observée dans les puits témoins, en fonction de la concentration de produit chimique d’essai. La courbe concentration-réponse établie à partir de ces données permet à son tour de déterminer la concentration efficace qui provoque une baisse de 50 % de la viabilité cellulaire, appelée CE50. Cet essai est conçu pour (i) prédire la toxicité aiguë chez le poisson dans le cadre d’une campagne d’essais d’un produit chimique, (ii) déterminer la plage des valeurs de travail et effectuer un pré-criblage avant un essai complet de toxicité aiguë chez le poisson ou tout autre essai de toxicité chez le poisson, (iii) produire des informations sur la toxicité exploitables aux fins de l’évaluation des dangers en association avec d’autres formes de preuves (p. ex., QSAR, analyse de la force probante des données) dans le cadre d’une stratégie d’essai intégrée (ITS)/approche intégrée en matière d’essai et d’évaluation (IATA).
  • 17-juin-2021

    Français

    Essai n° 405 : Effet irritant/corrosif aigu sur les yeux

    Cette méthode fournit des informations sur les dangers pour la santé qui peuvent résulter de l’application d’une substance d’essai (solide ou liquide et d’aérosols) sur les yeux. Cette Ligne directrice est utilisée préférablement avec des lapins albinos. La substance d’essai est appliquée en dose unique dans le sac conjonctif d’un œil. L’autre œil, non traité, servira de contrôle. L’essai initial emploie un animal ; le niveau de dose dépend de la nature de la substance à tester. Un essai de confirmation doit être fait si un effet corrosif n’est pas observé lors de l’essai initial, la réponse irritante ou négative doit être confirmée en utilisant deux animaux supplémentaires. Il est recommandé que ce soit fait de manière séquentielle, un animal à la fois, plutôt que d’exposer les deux simultanément. La durée de l’observation doit être suffisante pour évaluer pleinement l’ampleur et la réversibilité des effets observés. Les yeux doivent être observés 1, 24, 48 et 72 heures après l’application. Les scores d'irritation oculaire doivent être évalués en conjonction avec la nature et la sévérité des lésions et leur réversibilité ou leur absence de réversibilité. L’utilisation d’anesthésiques topiques et d’analgésiques systémiques pour réduire ou éviter la douleur et la détresse dans le cadre des essais de sécurité pour l'œil est décrite.
    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 17-juin-2021

    Français

    Essai n°498 : Phototoxicité in vitro - Essai sur épiderme humain reconstitué

    La phototoxicité (photo-irritation) cutanée est définie comme une réaction toxique aiguë causée par des produits chimiques photoréactifs après administration de ces produits par la peau et exposition de la peau à la lumière ambiante. L’essai in vitro de phototoxicité sur épiderme humain reconstitué (EhR) vise à identifier le potentiel phototoxique d’un produit chimique d’essai administré par voie topique sur des tissus épidermiques humains reconstitués, avec ou sans exposition à la lumière solaire simulée. On évalue le potentiel phototoxique en calculant la réduction relative de la viabilité cellulaire, c’est-à-dire le rapport entre les viabilités des cellules exposées au produit chimique d’essai en présence de lumière solaire simulée et en l’absence de cette lumière. Les produits chimiques identifiés par cet essai sont susceptibles d’être phototoxiques in vivo, après administration par voie topique sur la peau, les yeux ou d’autres épithéliums externes exposés à la lumière.
  • 17-juin-2021

    Français

    Essai n° 250: Détection sur des embryons de poisson-zèbre transgénique tg(cyp19a1b:GFP) des perturbateurs endocriniens agissant via les récepteurs des œstrogènes (essai EASZY)

    La méthode d’essai EASZY (Endocrine Active Substances using Zebrafish embrYos) est une méthode de dépistage in vivo de type mécanistique, conçue pour détecter les perturbateurs endocriniens agissant comme agonistes des récepteurs des œstrogènes (estrogen receptors, ER), en induisant l’expression de la protéine fluorescente verte (Green Fluorescent Protein, GFP) sous le contrôle du promoteur du gène cyp19a1b. L’essai EASZY permet de détecter l’activité œstrogénique de produits chimiques sur des embryons de poisson-zèbre transgénique tg(cyp19a1b:GFP) exposés pendant 96 heures aux stades du développement embryonnaire. À la fin de l’expérience, la fluorescence de chaque éleuthéroembryon nouvellement éclos est mesurée au microscope à fluorescence. Le crâne du poisson-zèbre étant transparent aux premiers stades de son développement, la GFP est observée, imagée et quantifiée in vivo. L’intensité de fluorescence est quantifiée au moyen d’un logiciel d’analyse d’image.
  • 17-juin-2021

    Français

    Essai n° 455: Ligne directrice axée sur la performance pour les essais in vitro de transactivation par transfection stable visant la détection des substances agonistes et antagonistes des récepteurs des oestrogènes

    Marketing blurb in French   La présente Ligne directrice pour les essais axée sur la performance (LDAP) décrit la méthodologie des essais in vitro de transactivation par transfection stable visant la détection des substances agonistes et antagonistes des récepteurs des œstrogènes (essais de TA ER). Elle comprend des méthodes d’essai structurellement et fonctionnellement similaires pour détecter les substances agonistes et antagonistes des récepteurs des œstrogènes, et devrait faciliter le développement de nouvelles méthodes similaires ou modifiées. La base de la présente LDAP est constituée de deux méthodes d’essai de référence de TA ER. Ces deux méthodes sont les suivantes: essai de TA par transfection stable (essai STTA) faisant appel à la lignée cellulaire hERα-HeLa-9903, dérivée d’une tumeur de col utérin d’origine humaine, et l’essai de TA ER BG1Luc faisant appel à la lignée cellulaire BG-1Luc-4E2, dérivée d’adénocarcinome ovarien d’origine humaine. Les lignées cellulaires utilisées dans ces essais expriment les récepteurs des œstrogènes et ont été transfectées de façon stable avec un gène rapporteur de la luciférase répondant aux ER. Ces essais servent à détecter les substances chimiques qui peuvent activer (activité agoniste) et aussi inhiber (activité antagoniste) la transcription régulée par les ER. Les ER sont activés après liaison du ligand au récepteur Le complexe récepteur-ligand se fixe ensuite à certains éléments de réponse de l’ADN et transactive ainsi le gène rapporteur, induisant une augmentation de l’expression cellulaire d’une enzyme marqueur (par exemple la luciférase dans les sytèmes faisant appel à la luciférase). L’enzyme transforme ensuite son substrat en produit bioluminescent mesurable quantitativement à l’aide d’un luminomètre. Les présentes méthodes sont proposées à des fins de dépistage et de priorisation, mais elles peuvent aussi livrer des informations sur les mécanismes d’action pouvant être utilisées dans le cadre d’une approche fondée sur le poids de la preuve.
  • << < 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 > >>