Partager

Statistiques des échanges internationaux et de la balance des paiements

Statistiques de l'OCDE sur le commerce équilibré

 

Malgré les multiples efforts déployés pour y remédier aux niveaux national et international, les asymétries dans les données du commerce international restent importantes : les exportations du pays A vers le pays B correspondent rarement aux importations du pays B en provenance du pays A, tant pour le commerce des marchandises que pour celui des services. Pour permettre une meilleure compréhension de la structure du commerce mondial, l'OCDE a mis au point des méthodes transparentes pour réconcilier ces asymétries. Deux bases de données analytiques sont disponibles : la base de données de l'OCDE sur les échanges internationaux équilibrés de marchandises (BIMTS) et la base de données de l'OCDE-OMC sur les échanges équilibrés de services (BaTIS).

D'autres initiatives visant à réduire les asymétries dans les statistiques officielles, notamment par des réunions bilatérales et multilatérales, sont en cours en collaboration avec les bureaux nationaux de statistiques et d'autres organisations internationales. Ces efforts sont essentiels pour améliorer la fiabilité des statistiques du commerce à la source et sont préférables à toute procédure d'équilibrage mécanique. Les bases de données BaMT et BaTIS intégreront les résultats de ces efforts dans leurs futures mises à jour.

 

Base de données de l’OCDE sur les échanges internationaux équilibrés de marchandises (BIMTS)

Pourquoi les asymétries dans le commerce des marchandises sont-elles si importantes ?

Les asymétries dans les données du commerce de marchandises peuvent être importantes, comme le montre le tableau 1. Plusieurs facteurs expliquent les écarts observés. Tout d'abord, les exportations et les importations sont évaluées différemment : les exportations sont évaluées "franco à bord" (FAB), tandis que les importations comprennent les "coûts d'assurance et de fret" (CAF). Toutefois, cela ne contribue que marginalement aux asymétries, car les marges CAF/FAB représentent en moyenne environ 5 % des flux commerciaux de marchandises (Miao et Fortanier, 2017). Les différences entre les régimes douaniers, les politiques de confidentialité, le moment de l'enregistrement ou les classifications de produits jouent également un rôle. Une autre source importante de divergence est la convention selon laquelle les statistiques du commerce de marchandises enregistrent les importations par pays d'origine, tandis que les exportations sont enregistrées par pays de dernière destination connue. Comme les chaînes de production mondiales deviennent de plus en plus complexes et que les marchandises traversent les frontières plusieurs fois avant d'atteindre les consommateurs finaux, cette convention signifie que les exportations et les importations enregistrées ne seront pas symétriques.

Tableau 1: Commerce de marchandises, échanges sélectionnés 2018 (milliards de $ É-U)

Commerce de marchandises, échanges sélectionnés 2018 (milliards de $ É-U)

Source : OCDE BIMTS - note : l'asymétrie est calculée comme la valeur absolue de la différence entre les exportations déclarées et les importations miroirs, divisée par la somme des deux flux. Les exportations et les importations corrigées, qui représentent un produit intermédiaire de BIMTS, sont disponibles sur demande.

 

Comment les asymétries peuvent être réconciliées ?

L'OCDE a mis au point un processus visant à réconcilier les asymétries observées dans les échanges de marchandises. Tout d'abord, des statistiques bilatérales détaillées au niveau à 6 chiffres du SH sont collectées (et nettoyées), et les importations sont converties en prix FAB pour correspondre à l'évaluation des exportations. Ensuite, les données sont ajustées pour tenir compte de plusieurs problèmes spécifiques connus pour être à l'origine d'asymétries, notamment le commerce non alloué et confidentiel, les réexportations de Hong Kong (Chine) et les erreurs de classification des produits. Dans la troisième étape, les chiffres rapprochés sont calculés comme une moyenne pondérée entre les deux flux, où les "indices de symétrie" - qui varient selon le déclarant, le partenaire et le produit - constituent les poids dans l'équilibrage. Enfin, les données sont converties en produits de la la version 2017 du Système Harmonisé (SH 2017) afin de fournir aux utilisateurs des séries chronologiques cohérentes sur l’ensemble de la période. En outre, les données sont également présentées en suivant la Classification des produits par activité (CPA) pour mieux s'aligner sur les statistiques des comptes nationaux, comme les tableaux nationaux d'emplois-ressources.

 

Où trouver les données ?

La base de données BIMTS couvre plus de 160 pays déclarants et pays partenaires pour la période 2007-2018.

Accéder à la base de données BIMTS par SH 2017 (à 6, 4 et 2 chiffres - environ 6900 produits et groupes de produits)

 

Accès à la base de données BIMTS par CPA (à 2 chiffres – environ 50 produits et groupes de produits)

 

 

Base de données de l’OCDE-OMC sur les échanges équilibrés de services (BaTIS)

Qu’en est-il du commerce de services ?

Les flux du commerce de services sont intrinsèquement plus complexes à enregistrer que ceux du commerce de marchandises. La nature physique des marchandises fait qu'elles sont relativement faciles à mesurer lorsqu'elles franchissent les frontières, tandis que la fourniture de services est plus difficile à observer - encore plus lorsque ces services sont fournis sous forme numérique. C'est pourquoi seule une soixantaine de pays publient des statistiques sur le commerce bilatéral de services. Le manque d’informations détaillées sur les flux commerciaux par partenaire (et par catégorie de services) s’ajoute donc au problème d'asymétrie, ce qui entrave sérieusement l'utilisation analytique des données sur le commerce de services. Pour atténuer ces problèmes, l'OCDE et l'OMC ont élaboré une base de données mondiales de statistiques cohérentes sur le commerce bilatéral de services par principales catégories de services.

La dernière édition de la base de données de l’OCDE-OMC du commerce équilibré de services (BaTIS) couvre plus de 200 pays et les 12 principales catégories de services EBOPS 2010 pour la période 2005-2019. La première édition de BaTIS fournit des données annuelles pour 1995-2012, couvrant 191 économies, ventilées pour les 11 principales catégories de services EBOPS 2002.

 

Comment BaTIS est-elle construite ?

Pour développer la base de données, l'OCDE et l'OMC ont exploité toutes les statistiques officielles disponibles au niveau national et les ont complétées par des estimations et des ajustements afin de fournir aux utilisateurs une matrice complète des exportations et des importations de services. Par la suite, les asymétries entre les flux déclarés et les flux miroirs sont réconciliées en calculant une moyenne pondérée par l'indice de symétrie entre les deux, selon une approche similaire à celle développée pour les statistiques du commerce de marchandises.

Tableau 2 : Commerce de services, échanges sélectionnés, 2018 (milliards de $ É-U)

Commerce de services, échanges sélectionnés, 2018 (milliards de $ É-U)

 

Où trouver les données?

Accéder à la dernière édition de la base de données OCDE-OMC BaTIS  ainsi qu’au document méthodologique  associé (uniquement en anglais).

Accéder à la première édition de la base de données OCDE-OMC BaTIS ainsi qu’au document méthodologique associé (uniquement en anglais).

 

Lectures complémentaires

 

Contactez-nous

stat.contact@oecd.org 

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)