Partager

Salle de presse

Pour le Secrétaire général de l'OCDE, la « guerre » contre le coronavirus exige une action conjointe

 

Il s'engage à soutenir l'élaboration des politiques publiques
et affirme que les efforts doivent avoir « l’ambition du plan Marshall et la vision du New Deal »

21/03/2020 - Le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, a appelé aujourd’hui à une vaste action conjointe des gouvernements pour vaincre les menaces sanitaires, économiques et sociales provoquées par la pandémie de coronavirus (Covid-19). En appelant les gouvernements à mieux coordonner leurs efforts, Angel Gurría a annoncé que l'OCDE canaliserait les siens vers un soutien immédiat aux décideurs politiques luttant contre la crise, en lançant maintenant un nouveau centre de ressources en ligne sur les politiques publiques.

« La pandémie de coronavirus est, de mémoire vivante, une crise de santé publique sans précédent, déclenchant également une crise économique majeure. Il semble de plus en plus probable que nous assisterons à des baisses séquentielles du PIB mondial ou des PIB régionaux au cours du trimestre actuel et des suivants en 2020, et nous devons agir maintenant pour éviter une récession prolongée », a déclaré M. Gurría. « Seul un effort important, crédible et coordonné au niveau international peut permettre de faire face à l'urgence immédiate de santé publique, d’amortir le choc économique et d’ouvrir la voie à la reprise. Nous devons faire particulièrement attention à soutenir les plus vulnérables, pour leur santé et dans leur vie quotidienne. Tout doit être fait pour gagner la confiance des citoyens, qui ressentaient déjà, avant que tout cela ne commence, les faiblesses de nos économies. »

Dans une déclaration, M. Gurría a appelé à une action politique immédiate dans quatre domaines :

  • Relever le défi de la santé. L'effort scientifique doit être complété par des mesures réglementaires ainsi que d’autres mesures pour garantir que les vaccins et les traitements soient développés, produits et déployés le plus rapidement possible.
  • Renforcer l'économie. Les gouvernements devraient atténuer l’impact négatif immédiat par des dépenses coordonnées dans différents secteurs tels que :
    • Soins de santé : pour financer l’utilisation intensive des tests ; le traitement de tous les patients, qu'ils soient assurés ou non ; le soutien aux personnels de santé ; le rappel des professionnels de santé retraités, tout en protégeant les groupes à risque ; l’intensification de la fourniture de masques, d’unités soins intensifs et de respirateurs, entre autres.
    • Personnes : pour financer des dispositifs d’emploi temporaires, un assouplissement des conditions d’obtention des prestations d'assurance chômage, des transferts monétaires au profit des travailleurs indépendants et l’aide aux plus vulnérables ;
    • Entreprises : pour financer le report de paiement des charges et impôts, la réduction ou le report temporaire de TVA, un accès élargi au fonds de roulement avec l’aide des lignes de crédit ou des garanties de l'État, des dispositifs spéciaux de soutien aux PME, en particulier dans les secteurs de services et dans le secteur touristique.
  • Combiner les efforts de réglementation et de surveillance financières : en s'appuyant sur les mesures prises par les Banques centrales, un suivi coordonné, le diagnostic des tensions émergentes et une action réglementaire cohérente donneront des résultats plus satisfaisants.
  • Rétablir la confiance : s'attaquer aux tensions commerciales, à l'endettement élevé des entreprises et aux inégalités économiques qui accentuent le danger pour les plus vulnérables contribuera à remédier aux faiblesses sous-jacentes aggravant le choc.

Lire l'intégralité de la déclaration.

La plateforme de l'OCDE, lancée en réponse à la crise, diffusera des informations actualisées et complètes sur les mesures prises par les pouvoirs publics des pays du monde entier, accompagnées de conseils dispensés par l’Organisation. Les notes de synthèse couvriront toute une palette de thèmes - des vaccins à l'éducation en passant par la fiscalité et les PME - pour aider les gouvernements à apprendre les uns des autres et à se coordonner en temps réel.

« Il s'agit du troisième et du plus grand choc économique, financier et social du XXIème siècle, et il exige un effort mondial moderne semblable au Plan Marshall et au New Deal - combinés », a déclaré M. Gurría. « Cet effort doit se concentrer en particulier sur ceux qui connaissaient déjà des conditions physique, économique et sociale précaires, et renforcer les fondations de notre avenir commun. Si les gouvernements accélèrent ce travail, l'action multilatérale rendra leurs initiatives beaucoup plus efficaces que si les pays continuent à agir seuls. »

M. Gurría a annoncé qu'en dépit des défis posés aux prévisions économiques par l'évolution de la crise, l'OCDE continuera à mettre à jour et à partager régulièrement ses analyses dans le cadre de son soutien aux politiques.

Les médias souhaitant utiliser l’article du Secrétaire général en version abrégée ou intégrale, ou ayant d’autres questions, sont invités à contacter le Bureau des médias de l’OCDE.

 

Coopérant avec plus d'une centaine de pays, l'OCDE est un forum stratégique international qui s'emploie à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien-être économique et social des populations dans le monde entier.

 

Documents connexes