Partager

Salle de presse

L’amélioration des soins de santé mentale jouera un rôle déterminant dans la reprise au sortir de la crise du COVID-19

 

08/06/2021 - La pandémie de COVID-19 a entraîné une forte augmentation des problèmes de santé mentale, en particulier chez les jeunes, les chômeurs et les personnes en situation de précarité financière. Il ressort d’un nouveau rapport de l’OCDE que les pays doivent fournir un soutien adéquat aux personnes touchées tout en augmentant d’urgence les investissements et la qualité des soins pour réduire les coûts sociaux et économiques élevés associés aux problèmes psychiques.

Selon le rapport A New Benchmark for Mental Health Sytems: Tackling the Social and Economic Costs of Mental Ill-Health, les services psychiatriques ont longtemps été négligés et sous-financés, et les besoins de soins non satisfaits restent élevés dans les pays de l’OCDE.


Même avant le début de la pandémie, on estime qu'une personne sur deux avait déjà souffert de troubles psychiques au cours de sa vie, et qu'une sur cinq en était atteinte à tout moment.

Depuis le début de la crise du COVID-19, les niveaux de souffrance psychique ont fortement augmenté, en particulier chez les jeunes ; dans certains pays, la prévalence de l’anxiété et de la dépression a même doublé.

Les coûts économiques associés aux troubles mentaux représentent plus de 4.2 % du PIB : si certains découlent directement des traitements, plus d’un tiers d’entre eux sont liés à des taux d’emploi plus faibles et une perte de productivité. Or ces coûts peuvent être évités, du moins en partie, selon les auteurs du rapport.

Les pays de l’OCDE ont fait des soins centrés sur le patient une priorité des stratégies en faveur de la santé mentale ; pourtant, près de 20 % des personnes souffrant de troubles mentaux déclarent ne pas avoir été traitées avec courtoisie et respect pendant un séjour à l’hôpital. Huit pays seulement recueillent régulièrement des informations sur le vécu des patients traités pour des troubles mentaux et les résultats des soins de santé mentale.

Si des progrès ont été accomplis au regard de l’offre de services de santé mentale accessibles et de qualité, 67 % des personnes qui souhaitaient avoir accès à des soins de ce type indiquent s’être heurtées à des difficultés. Les personnes souffrant de troubles mentaux graves ont encore une espérance de vie bien inférieure à la moyenne de la population.

Selon le rapport, l’une des clés d’une bonne gouvernance et d’une bonne direction des systèmes de santé mentale réside dans la reconnaissance des problèmes. Toutefois, si le niveau des dépenses consacrées aux soins de santé mentale a augmenté dans les pays de l’OCDE ces dix dernières années, la part des dépenses totales de santé allouées à la santé mentale n'a pas augmenté et a même baissé dans certains pays.

Les pays transforment leurs services psychiatriques afin de les rendre plus innovants et davantage tournés vers l’avenir au moyen de nouvelles approches en matière de soutien psychologique, comme les applications et la télémédecine ; néanmoins, il est aussi essentiel de disposer de personnels pérennes et d’une infrastructure de données solide pour suivre et améliorer les performances. Or, dans ces deux domaines, les pays sont en retard : 11 pays de l’OCDE ne comptent qu’un psychologue ou moins pour 10 000 habitants, tandis que tous les pays peinent à collecter un ensemble complet d’indicateurs de performance en matière de santé mentale.

Selon les auteurs du rapport, les pays doivent donc investir davantage pour mettre au point des données plus solides et plus largement disponibles sur les principaux aspects des performances en matière de santé mentale, afin de favoriser des améliorations plus rapides et plus significatives.

 

Le rapport est disponible à https://www.oecd.org/health/a-new-benchmark-for-mental-health-systems-4ed890f6-en.htm


Plus d'informations sur les travaux de l’OCDE sur la santé mentale

 

Pour de plus amples informations, les journalistes sont invités à prendre contact avec Spencer Wilson, de la Division des médias de l’OCDE (tél. : 33 1 45 24 97 00).

 

Coopérant avec plus d’une centaine de pays, l’OCDE est un forum stratégique international qui œuvre à promouvoir des politiques conçues pour préserver les libertés individuelles et améliorer le bien-être économique et social des citoyens dans le monde entier.

 

Documents connexes