Partager

Salle de presse

Il faut poursuivre le soutien budgétaire et l’action en faveur de la santé publique pour que l’espoir d’une reprise devienne réalité

 

01/12/2020 - 

Suivez la retransmission en direct de la conférence de presse

 

La perspective que plusieurs vaccins contre le COVID-19 soient disponibles à grande échelle l’année prochaine a fait naître l’espoir d’une reprise plus rapide, mais le soutien budgétaire et les mesures en faveur de la santé publique devront être poursuivis, et il faudra agir avec détermination pour accélérer cette dynamique : c’est ce qui ressort des dernières Perspectives économiques publiées par l'OCDE.

L’OCDE avait déjà averti, dans l’édition de juin de ses Perspectives économiques, qu’une deuxième vague en fin d’année pourrait faire dérailler la reprise initiale de l’activité. Aujourd'hui, ce sont principalement l’Europe et l’Amérique du Nord qui sont touchées par une résurgence du virus freinant le redressement économique. Au dernier trimestre de 2020, le PIB mondial devrait ainsi être inférieur de 3 % à son niveau de la même période de 2019, tandis que dans la zone euro et aux États-Unis, le recul devrait être de 7.3 % et 3.2 % respectivement.

L’activité restera freinée par les mesures de distanciation sociale et de fermeture partielle des frontières, qui resteront très probablement en vigueur pendant tout le premier semestre de 2021, selon les Perspectives économiques. L’accélération de l’économie mondiale sera progressive, parallèlement au déploiement de vaccins dans tous les pays de l’OCDE au cours de l’année 2021. Après sa forte baisse de 4.2 % cette année, le PIB mondial devrait augmenter de 4.2 % en 2021, la Chine représentant plus d'un tiers de cette croissance. 

La reprise sera inégale selon les pays et les secteurs, ce qui pourrait modifier durablement l’économie mondiale. Les pays dotés de programmes efficaces de dépistage, de traçage et d’isolement, où la vaccination pourra être mise en œuvre rapidement, devraient s’en sortir relativement bien, mais les incertitudes restent fortes.

Selon les Perspectives économiques, il existe à la fois des risques de révision à la hausse et à la baisse des projections centrales. Si des vaccins sont disponibles plus rapidement et plus largement que prévu, la libération de la demande contenue et de l’épargne accumulée pourrait renforcer le rebond de l’activité et pousser la croissance mondiale aux alentours de 5 % en 2021. À l’inverse, la confiance pourrait reculer en cas de problèmes de distribution des vaccins ou d’effets secondaires inattendus, et si les leçons des deux premières vague de la pandémie ne sont pas tirées. Dans ce cas, la croissance mondiale perdrait 2 ¾ points de pourcentage en 2021.


 

Présentant les Perspectives économiques avec la Cheffe économiste de l’OCDE Mme Laurence Boone, le Secrétaire général M. Angel Gurría a déclaré aujourd’hui : « L’espoir est là, il faut maintenant en faire une réalité. La pandémie est un problème planétaire, et la coopération internationale est aujourd’hui plus nécessaire que jamais.

Reconstruire en mieux suppose une impulsion politique et une action déterminée pour tirer parti des promesses de déploiement de vaccins, et pour relancer les négociations multilatérales sur les échanges, le climat et les normes numériques afin d’ouvrir la voie à une croissance économique plus durable et à une société qui offrira des chances à chacun. »

Mme Boone a déclaré pour sa part : « Avec la perspective de l'arrivée d'un vaccin et d’une meilleure gestion de la pandémie, l’horizon de l’économie mondiale s’éclaircit, mais la situation reste précaire, en particulier pour les personnes peu qualifiées et les petites entreprises en difficulté. »

« Les gouvernements ont eu raison de prendre des mesures de soutien pour protéger les personnes et les entreprises. Comme les taux d’intérêt devraient rester extrêmement bas, les autorités peuvent, et doivent, poursuivre ces efforts pour éviter que la crise ne laisse des traces durables. Nous allons devoir vivre avec ses conséquences économiques pendant des années. Les gouvernements doivent agir avec détermination pour remédier aux répercussions de cette crise sur les plus vulnérables, notamment les enfants et les jeunes. » (Voir le document de synthèse an anglais pour la conférence de presse des Perspectives économiques).

Les Perspectives montrent que la crise a aggravé les inégalités, les plus vulnérables ayant été le plus durement touchés. Le chômage risque de rester élevé pendant des années, en particulier chez les personnes peu qualifiées et les jeunes. De nombreux enfants, notamment dans les milieux défavorisés, ont pris un retard scolaire considérable pendant les confinements, ce qui limite encore plus leurs perspectives d’avenir.

Des millions de petites et moyennes entreprises (PME), qui sont les principales sources de création d’emplois, voient leur survie compromise par la hausse de l’endettement et la persistance des incertitudes. Selon les Perspectives, du fait de la baisse de leurs bénéfices, les entreprises seront moins en mesure d'assurer le service de leur dette à l’avenir, et d’investir. Les entreprises jeunes et de petite taille, et celles qui sont moins productives, devraient être durement touchées, de même que les entreprises des secteurs de l’hébergement et de la restauration, des transports, ainsi que des arts, spectacles et loisirs, sévèrement affectés par les mesures de confinement.


Les conséquences économiques auraient été encore plus graves sans les mesures financières massives mobilisées par les pouvoirs publics pour aider les personnes et les entreprises à faire face au choc de la pandémie. Comme les taux d’intérêt devraient encore rester très bas pendant un certain temps, ces dépenses exceptionnelles peuvent, et doivent, se poursuivre jusqu’à ce que la reprise accélère, estime l’OCDE. Les mesures devraient être mieux ciblées, afin de bénéficier à ceux qui en ont le plus besoin et de consolider la reprise.

La composition des dépenses devrait évoluer progressivement au profit de l’investissement, dans les domaines de la santé, de l’éducation et des infrastructures, favorisant la transition vers une économie plus verte et plus numérique, selon l’OCDE.

Dans ses Perspectives économiques, l’Organisation appelle les pouvoirs publics à agir avec détermination sur différents fronts :

  • Renforcer les services de santé publique en investissant dans les professionnels de santé, les stratégies de prévention et les capacités sanitaires. Mettre en œuvre des programmes efficaces de dépistage, de traçage et d'isolement. Commencer dès maintenant à planifier les campagnes de vaccination. Travailler en coordination internationale pour garantir la disponibilité de vaccins et de traitements abordables pour tous.
  • Soutenir les personnes vulnérables en élargissant les systèmes de protection sociale et en améliorant la formation des jeunes et des personnes peu qualifiées. Veiller à ce que les enfants issus de milieux défavorisés soient préparés à l’ère du numérique, afin de garantir l’égalité des chances.
  • Apporter un soutien aux entreprises sous la forme de subventions ou de fonds propres et non de prêts qui alourdissent encore leur endettement. Aider les entreprises à investir dans leur avenir, par exemple en leur facilitant l’adoption des technologies numériques.


Les Perspectives économiques soulignent que la dette des entreprises atteint des niveaux sans précédent depuis la crise financière mondiale d’il y a dix ans, ce qui multiplie les risques de faillites et réduit leur capacité d’investissement, compromettant une reprise économique plus large.

Pour lire le rapport dans son intégralité et obtenir de plus amples informations, vous pouvez consulter les Perspectives économiques de l’OCDE en ligne. Les autres travaux de l'OCDE sur les réponses des pouvoirs publics à la pandémie sont accessibles sur sa plateforme d'information en ligne sur le COVID-19. On y trouve notamment le rapport intitulé New Horizons consacré à la reprise économique d'après-pandémie qui a été présenté la semaine dernière aux chefs d’État et de gouvernement du G20.

Les journalistes souhaitant obtenir des informations sont invités à contacter la Division des médias de l'OCDE (tél. : +33 (0)1 45 24 97 00).

Coopérant avec plus d’une centaine de pays, l’OCDE est un forum stratégique international qui œuvre à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien‑être économique et social des citoyens dans le monde entier.

 

Documents connexes