Partager

Côte d'Ivoire


  • 30-juin-2022

    Français

    Institutions sociales et égalité femmes-hommes en Côte d’Ivoire - Rapport pays SIGI

    Le rapport Institutions sociales et égalité femmes-hommes en Côte d’Ivoire analyse la manière dont les institutions sociales discriminatoires sont au cœur des inégalités entre les Ivoiriennes et les Ivoiriens, notamment en matière d’éducation et d’autonomisation économique. Il exploite de nouvelles données, à la fois quantitatives et qualitatives, portant sur les normes et les pratiques sociales. Ces données sont statistiquement représentatives au niveau du pays et des districts ivoiriens ; elles ont été collectées sur la base d’une méthode rigoureuse et d’une approche participative ayant réuni un large éventail de partenaires nationaux et internationaux. Le rapport souligne l’urgence de s’attaquer aux normes sociales discriminatoires afin de renforcer les droits, le bien-être, l’autonomisation économique et la capacité d’agir des femmes et des filles ivoiriennes. En lien avec les engagements de la Côte d’Ivoire en vue d’atteindre l’Objectif de développement durable n°5 portant sur l’égalité entre les sexes, le rapport propose des recommandations de politiques publiques pour combattre les discriminations faites aux femmes et aux filles, transformer les normes sociales et promouvoir l’autonomisation des femmes. Ces objectifs sont des conditions sine qua non pour construire une société véritablement inclusive et bénéficier d’une croissance économique forte et durable.
  • 6-May-2022

    English

    Aid at a glance charts

    These ready-made tables and charts provide for snapshot of aid (Official Development Assistance) for all DAC Members as well as recipient countries and territories. Summary reports by regions (Africa, America, Asia, Europe, Oceania) and the world are also available.

    Related Documents
  • 29-mars-2022

    Français

    Panorama de l’émigration ivoirienne

    Ces dernières années, la Côte d’Ivoire a connu de profondes transformations économiques, sociales et politiques. Compte tenu de l’émigration importante de la population ivoirienne et de la reconnaissance des apports de la diaspora, les autorités ivoiriennes cherchent à mieux connaître ce vivier de talents installé à l’étranger, enclin à s’impliquer dans le développement économique et social de son pays d’origine. Cet examen fournit la première cartographie de la diaspora ivoirienne dans les pays de l’OCDE. En dressant un portrait des émigrés ivoiriens dans les pays de l’OCDE, il vise à renforcer les connaissances sur cette communauté, et ainsi contribuer à consolider la pertinence des politiques déployées par l’État ivoirien envers ses émigrés.
  • 25-novembre-2021

    Français

  • 14-septembre-2020

    Français

    Côte d’Ivoire et Maroc : réformer la fiscalité pour assurer un financement durable de la santé

    La pandémie de COVID-19 a montré que les faiblesses du système de santé d’un pays peuvent rapidement devenir un enjeu de santé publique pour les autres pays. En outre, dans les pays du monde entier aux prises avec la crise sanitaire et économique actuelle, dont la Côte d’Ivoire et le Maroc, l’urgence de mobiliser des ressources intérieures s’est accrue.

    Documents connexes
  • 1-September-2020

    English

    The structure of livestock trade in West Africa

    This paper uses network analysis to map and characterise live animal trade in West Africa. Building on a database of 42 251 animal movements collected by the Permanent Inter-State Committee for Drought Control in the Sahel (CILSS) from 2013-17, it describes the structure of regional livestock trade at the network, trade community and market levels. Despite yearly fluctuations in the volumes and spatial patterns of trade, the paper shows that regional livestock trade operates on well-established trade corridors as animals flow in specific directions. The study also confirms that livestock trade is structured around several national and cross-border groups of markets that exchange more animals than expected by chance. Close to two-thirds of all animals are shipped internationally, indicating that regional animal trade in the Economic Community of West African States (ECOWAS) is remarkably cross-border. Finally, the paper finds that the hub markets that concentrate the most shipments also handle more animals and trade with more markets. Additionally, peripheral markets have more defined roles as primarily origins or destinations of animal shipments than markets in the core of the network. Of the nine key markets identified, three are close to borders, highlighting the importance of Nigeria as a livestock consumption destination for regional livestock production.
  • 9-mars-2020

    Français

    Femmes et conflits en Afrique de l'Ouest

    L’objectif de cette note est d’analyser l’évolution temporelle et spatiale des violences impliquant les femmes en Afrique de l’Ouest au cours des 20 dernières années. Une première partie montre que le nombre de victimes civiles des conflits ouest-africains dépasse désormais celui attribué aux batailles entre le gouvernement et les groupes armés. Le contrôle de la population civile est désormais devenu l’un des enjeux majeurs des insurrections de la région. Cette évolution conduit à une augmentation des violences faites aux femmes, qui sont souvent les premières victimes des luttes identitaires. Une seconde partie montre que les femmes participent également aux actes de violence, notamment par le biais des attentats-suicides dans le bassin du lac Tchad. Ce phénomène est cependant en forte diminution du fait de la perte de contrôle territorial de Boko Haram depuis le milieu des années 2010. En conclusion, la note souligne la nécessité de mettre en œuvre des stratégies contre-insurrectionnelles qui visent primordialement à protéger les populations, notamment les femmes.
  • 29-mars-2018

    Français

    Une meilleure intégration des immigrés augmenterait leur contribution à l’économie de la Côte d’Ivoire, selon un nouveau rapport conjoint du Centre de développement de l’OCDE et de l’OIT

    L’immigration a des effets plutôt neutres sur la plupart des résultats économiques de la Côte d’Ivoire, selon le rapport conjoint du Centre de développement de l’OCDE et de l’OIT Comment les immigrés contribuent à l’économie de la Côte d’Ivoire.

    Documents connexes
  • 29-mars-2018

    Français

    Comment les immigrés contribuent à l'économie de la Côte d'Ivoire

    L'immigration a des effets positifs, quoique limités, sur l’économie de la Côte d’Ivoire. Sur le marché du travail, les immigrés ne semblent pas peser négativement sur les salaires ou les conditions de travail de la population active autochtone. Les immigrés génèrent par ailleurs une valeur ajoutée supérieure à leur pourcentage dans la population et leur présence semble augmenter la productivité des entreprises informelles. Les estimations portant sur la contribution fiscale nette des immigrés varient pour leur part en fonction des hypothèses adoptées. Des politiques publiques visant à accroître les effets positifs de l’immigration supposent d'investir davantage dans l’intégration des immigrés et de relever le défi de l'informalité. Comment les immigrés contribuent à l'économie de la Côte d'Ivoire est le fruit d’un projet mené conjointement par le Centre de développement de l’OCDE et l’Organisation internationale du travail (OIT), avec le soutien de l'Union européenne. Le projet vise à évaluer l’impact économique de l’immigration sous différentes dimensions – marché de l'emploi, croissance économique et finances publiques – dans les dix pays partenaires du projet : Afrique du Sud, Argentine, Costa Rica, Côte d' Ivoire, Ghana, Kirghizistan, Népal, République dominicaine, Rwanda et Thaïlande. Cet examen s’appuie sur une combinaison d’analyses quantitatives et qualitatives de données primaires et secondaires.
  • 24-janvier-2018

    Français

    La coopération fiscale internationale fait un grand pas en avant avec la signature par de nouveaux pays d’un accord décisif pour le renforcement des conventions fiscales

    Les ministres et représentants de haut niveau de la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé aujourd’hui la Convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures relatives aux conventions fiscales pour prévenir l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices (BEPS), portant ainsi le nombre de signataires à 78.

    Documents connexes
  • 1 | 2 | 3 | 4 | 5 > >>