Partager

Industrie et entrepreneuriat

Selon un nouveau rapport de l’OCDE, les prêts aux PME ont atteint de nouveaux sommets pendant la pandémie et les petites entreprises subissent de nouvelles pressions à l’heure du redémarrage de l’économie

 

© Le financement des PME et des entrepreneurs 2022 - Évolution des prêts aux PME (graphique)209/03/2022 - Selon un nouveau rapport de l’OCDE intitulé Le financement des PME et des entrepreneurs 2022 : Tableau de bord de l’OCDE, l’encours des prêts aux PME a nettement augmenté pendant la première année de la pandémie. Ainsi, l’encours médian des prêts aux PME a progressé de 4.9 %, soit la plus forte croissance enregistrée depuis la création du Tableau de bord de l’OCDE, il y a 10 ans1. Cette progression s’explique par la forte hausse des garanties de prêts publiques (+ 110 % en glissement annuel en 2020), des moratoires de dettes, mais aussi des prêts directs aux PME (+17 % en glissement annuel en 2020).

Les mesures de soutien d’urgence – notamment les interventions de politiques monétaires des banques centrales – ont par ailleurs tiré les taux d’intérêt vers des niveaux historiquement bas, le taux d’intérêt médian des prêts aux PME dans les pays couverts par le Tableau de bord ayant perdu 0.4 point de pourcentage en 2020, soit la plus forte baisse depuis 2009.

Dans la plupart des économies étudiées, des mesures de soutien inédites ont permis d’éviter une vague de dépôts de bilan : en effet, le nombre médian de faillites a diminué de 11.7 % en 2020 dans les pays du Tableau de bord. Sous l’effet conjugué de la levée progressive des mesures de soutien et de la pression que la hausse des coûts de l’énergie fait peser sur les entreprises, il est probable que le nombre de faillites et de situations d’insolvabilité reparte à la hausse.

Il ressort du rapport qu’il est essentiel que les plans de relance publics continuent d’apporter un soutien ciblé aux PME et entrepreneurs viables qui en ont besoin. La guerre en Ukraine, et la crise humanitaire et économique qui en découle, renforcent l’importance de l’aide et de l’accès au financement pour les PME et les entrepreneurs.

Les PME jouent un rôle majeur sur le marché du travail et ont la capacité de contribuer pleinement à la transition verte et à la sécurité énergétique. Selon le rapport, elles doivent pouvoir accéder à un éventail plus large d’outils et d’instruments de financement pour renforcer leur résilience.

S’exprimant à l’occasion de la présentation officielle du rapport, le Secrétaire général de l’OCDE, M. Mathias Cormann, a déclaré : « Les mesures de soutien et les conditions de prêts favorables ont entraîné les PME vers des niveaux d’endettement élevés qu’il faudra résorber. Les PME doivent notamment pouvoir accéder plus facilement à d’autres instruments de financement afin de réduire leur dépendance à l’endettement et gagner en flexibilité et en résilience en période d’instabilité économique. »

Dans les pays de l’OCDE, les PME représentent la majorité des emplois et de la production de richesse. De leur prospérité dépend notre capacité à bâtir une reprise solide, durable et résiliente. Or, les mesures en faveur des PME inscrites dans les plans de relance nationaux sont moins nombreuses que les actions ciblées sur les PME pendant la crise. Selon l’analyse de l’OCDE, le soutien accordé aux PME sous forme de prêts, de subventions et de reports de paiements a représenté plus de 3 136 milliards USD (40 % du soutien total) au titre des mesures adoptées en première intention pour aider les PME à faire face aux conséquences immédiates de la pandémie, contre 32 milliards USD (4.5 % du soutien total) dans les plans de relance.


En savoir plus sur les travaux de l’OCDE en lien avec le Tableau de bord de l’OCDE sur le financement des PME et des entrepreneurs de 2022.

Plus d’informations sur les travaux de l’OCDE sur les PME : https://www.oecd.org/cfe/smes/.

Pour de plus amples informations, les journalistes sont invités à prendre contact avec Shayne MacLachlan, [email protected], ou avec la Division des médias de l’OCDE ([email protected]).

 

Coopérant avec plus d’une centaine de pays, l’OCDE est un forum stratégique international qui s’emploie à promouvoir des politiques conçues pour préserver les libertés individuelles et améliorer le bien-être économique et social des populations dans le monde entier.



1 Les pays communiquant des données pour les besoins du Tableau de bord sont les suivants : Afrique du Sud, Australie, Autriche, Bélarus, Belgique, Brésil, Canada, Chili, République populaire de Chine, Colombie, Corée, Danemark, Espagne, Estonie, États-Unis, Fédération de Russie, Finlande, France, Géorgie, Grèce, Hongrie, Indonésie, Irlande, Israël, Italie, Japon, Kazakhstan, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pérou, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Serbie, Slovénie, Suède, Suisse, Thaïlande, Turquie et Ukraine.

 

Documents connexes