Partager

Démocratie participative : un nouveau défi pour le Portugal

 

La démocratie est un organisme vivant, elle existe par et pour les citoyens. Inciter davantage de personnes à participer à la vie démocratique renforce la démocratie.

 

Le gouvernement portugais a lancé plusieurs initiatives destinées à faciliter la participation de ses citoyens, qui se prolongeront sur les prochaines années.

 

Le Portugal compte au niveau local 118 budgets participatifs, totalisant l’un des plus gros montants au niveau européen, avec des investissements cumulés de 91 millions EUR sur les dix dernières années, dont 20 millions d’euros pour la seule année écoulée.

 

Le budget participatif du Portugal, baptisé OPP, est un processus de dialogue et de prise de décision démocratiques grâce auquel les citoyens peuvent décider de l’allocation d’une partie d’un budget public. Récemment, nous avons jugé que nous devions adopter une approche plus ambitieuse et lancer une initiative inédite, avec la création d’un budget participatif national. Cette année, au titre de la phase pilote, notre OPP permettra aux citoyens portugais de métropole d’allouer 3 millions EUR d’investissements à différents projets touchant à la culture, aux sciences, à l’éducation, à la formation des adultes et à l’agriculture. Aux Açores et à Madère, nos deux régions autonomes, les domaines d’investissement proposés sont la justice et les affaires intérieures.

 

Mais nous ne voulions pas nous contenter d’inciter les citoyens à participer, nous sommes allés vers eux pour susciter des rencontres et le partage d’idées.

 

Depuis le 9 janvier, nous avons parcouru plus de 9 500 km à travers 50 villes, et plus de 2 500 personnes ont pris part à cette initiative. Invités à s’exprimer, les citoyens ont formulé de nombreuses propositions : décorer des rues de poésie, créer un laboratoire de sciences itinérant, cartographier les routes et lieux de contrebande, etc. Nous avons déjà recueilli plus de 900 propositions, qui mettent l’accent sur des projets culturels.

 

En mai, nous analyserons ces propositions pour définir des projets puis, de juillet à septembre, les citoyens voteront par internet ou SMS en faveur d’un projet national et d’un projet régional. Fin septembre, les projets retenus seront mis en œuvre, nous entrerons ensuite dans la phase d’évaluation et, si nécessaire, d’ajustement, et dresserons un premier bilan pour la poursuite du programme.

 

D’autres initiatives intéressantes sont conduites au titre du programme SIMPLEX, notre principal projet de simplification législative et administrative. Dans le cadre du projet Startup Simplex, les entrepreneurs ont été invités à développer des projets pour accompagner les administrations publiques dans leurs relations avec les citoyens et les entreprises. L’objectif est de promouvoir l’innovation et la participation dans le fonctionnement de l’administration publique. Un autre projet, SIMPLEX JAM, recueille les contributions précieuses de nos agents publics. Dans le cadre de cette action, nous avons organisé des réunions dans cinq villes, auprès de 13 entités publiques et 133 participants, qui ont mis en commun 222 nouvelles idées, toutes essentielles en vue de l’adoption de méthodologies innovantes. De plus, pour renforcer la participation des citoyens, nous avons organisé un « Tour SIMPLEX » qui a donné la parole à plus de 2 000 citoyens et professionnels à travers le pays, sur les lieux mêmes où ils vivent, travaillent et développent leur activité économique. Nous avons recueilli en tout 1 427 propositions et suggestions pour ce programme.

 

Et puisque la participation, donc la démocratie, suppose aussi de rendre notre administration publique plus « conviviale », réactive et utile pour nos citoyens, nous mettons également en œuvre des mesures pour améliorer la vie de nos citoyens et leurs relations avec l’administration par d’autres moyens.

 

Nous testons de nouvelles solutions au travers de notre LabX, un laboratoire d’innovation dans le secteur public. De cette façon, l’administration devient plus proche et plus simple pour tous nos citoyens.

 

La dernière question, et non des moindres, est celle de l’inclusion numérique, car nos citoyens ne doivent pas être écartés de la transformation numérique. Notre initiative nationale en matière de compétences numériques (baptisée INCoDe.2030) répondra aux défis de la culture et de l’inclusion numériques, du développement des compétences professionnelles et de l’instauration d’une économie à valeur ajoutée, et abordera certains des principaux défis économiques auxquels notre pays est confronté.

 

Cette tendance à la numérisation ne devant pas conduire à l’exclusion des personnes qui ne possèdent pas de compétences numériques, nous renforçons le réseau des « Guichets du citoyen », lieux d’accueil rassemblant plusieurs services publics, et des « Espaces du citoyen », des points d’accès aux services électroniques.

 

La démocratie est bel et bien un organisme vivant, dont nous devons prendre soin. Cela signifie que nous devons innover et relever les nouveaux défis de la société. Notre action rencontrera peut-être des difficultés, mais elle représente un effort précieux pour l’avenir de notre démocratie.

 

Voir www.portugal.gov.pt/en/ministries/mpma.aspx

 

Pour plus d’informations sur les initiatives portugaises, consultez www.opp.gov.pt, www.simplex.gov.pt, www.incode2030.gov.pt et https://labx.gov.pt/

© L'Annuel de l'OCDE 2017 

‌‌‌‌

Maria Manuel Leitão Marques  

Ministre de la Présidence et de la Modernisation administrative, Portugal 

© L'Annuel de l'OCDE 2017

 

 

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)