Partager

Économie

Pologne : investir en faveur d'une économie plus verte et plus juste permettra de consolider la reprise après la crise liée au COVID-19

 

04/12/2020 - Les pertes économiques provoquées par le COVID-19 ont été moins lourdes en Pologne que dans beaucoup d'autres pays, mais la crise n’en risque pas moins d'inverser les progrès accomplis sur le plan des niveaux de vie, et d'aggraver les inégalités. Consacrer en priorité les réformes et l’investissement à la construction d'une économie plus verte et plus inclusive, porteuse d’emplois de meilleure qualité, contribuerait à garantir une reprise forte et durable : c’est ce que conclut un nouveau rapport de l'OCDE.

Selon la dernière Étude économique de la Pologne réalisée par l’OCDE, la rapidité des mesures de soutien adoptées par le gouvernement a permis jusqu'à maintenant d’éviter aux entreprises et aux ménages de subir de plein fouet le choc économique, mais le rythme de la reprise après la pandémie est incertain, et la récession aura probablement des conséquences durables. La crise a touché de manière disproportionnée les régions les plus faibles, les petites entreprises et les travailleurs défavorisés. Elle a également aggravé des problèmes antérieurs concernant par exemple la capacité de la Pologne à financer les dépenses de retraite et de santé à long terme ou de surmonter les obstacles à la croissance des petites entreprises.

« Grâce à la vigueur de son économie au moment de la crise, et de la rapidité avec laquelle des mesures d’endiguement de la pandémie et de soutien à l’économie ont été prises, il est probable que la Pologne sortira de la crise du COVID‑19 moins affectée que beaucoup d'autres pays », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE M. Angel Gurría. « Cependant, la nécessité de réformes permettant de s’attaquer aux difficultés de longue date est aujourd’hui plus urgente encore si la Pologne veut préserver les gains obtenus ces dernières années sur le plan des niveaux de vie. »

Dans l’Étude, il est recommandé à la Pologne d'accélérer les investissements dans l’économie numérique et la formation des adultes, et d’œuvrer pour qu'il soit plus facile aux petites et moyennes entreprises (PME), nombreuses dans le pays, de se développer dans leur pays et à l’étranger, de manière à pouvoir générer des emplois de meilleure qualité. Développer l'investissement public dans les énergies bas carbone et les infrastructures pourrait stimuler la reprise tout en contribuant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et la pollution de l'air. Des réformes fiscales pourraient aussi étayer la reprise, en particulier des mesures visant à abaisser les impôts que doivent acquitter les travailleurs peu qualifiés et à faciliter la discipline fiscale pour les petites entreprises.

© Etudes économiques de l'OCDE : Pologne 2020- La crise liée au COVID-19 interrompt la longue croissance polonaise (graphique)Avant la pandémie, l'économie polonaise se portait très bien, affichant une croissance de 4.5 % en 2019 et des taux de pauvreté et de chômage historiquement bas, bien inférieurs aux moyennes de l’OCDE. Ces résultats satisfaisants faisaient suite à deux décennies de croissance vigoureuse, de hausse des revenus des ménages et de baisse des inégalités, sur fond d'intégration plus poussée de la Pologne dans le commerce mondial. Malgré la résurgence récente du virus, l’Étude prévoit pour 2020 une chute relativement modeste du PIB, de 3.5 %, qui sera suivie d'un rebond de 2.9 % en 2021 et de 3.8 % en 2022.

Cependant, des défis attendent le pays : l’emploi a diminué, la dette publique a augmenté fortement et la crise viendra aggraver des problèmes préexistants comme les difficultés à assurer une offre adéquate de soins de santé et de logements ou la faible productivité de la main-d'œuvre. Les tensions démographiques provoquées par le faible taux de fertilité et les flux d'émigration risquent de peser sur la croissance future et de mettre sous pression les budgets des retraites et de la santé. Les Polonais prennent leur retraite plus tôt que la moyenne de l’OCDE et les prévisions d’augmentation de l’espérance de vie supposent que les taux de remplacement des pensions vont se réduire considérablement si l’on n’intervient pas sur les politiques. Aligner progressivement l’âge de départ à la retraite des hommes et des femmes et relever cet âge effectif en fonction de l’allongement de l’espérance de vie permettraient de réduire le risque de pauvreté au cours de la vieillesse, notamment pour les femmes. En Pologne, la proportion de travailleurs indépendants et de travailleurs temporaires est supérieure à la moyenne de l’OCDE, et il est indispensable de développer la formation des adultes pour éviter que les travailleurs peu qualifiés ne soient encore plus désavantagés après la crise.

Les auteurs de l’Étude recommandent également que la Pologne trouve les moyens de soutenir ses PME, qui ont souvent une faible productivité, peu de résilience ou de flexibilité face aux chocs comme le COVID-19 et qui ont du mal, même en temps normal, à offrir des emplois de qualité bien rémunérés. Améliorer le climat des affaires, par exemple en réduisant les charges fiscales et réglementaires, les aiderait à prospérer et à se développer à l’international.

 

Pour de plus amples informations, les journalistes sont invités à contacter Catherine Bremer au Bureau des médias de l’OCDE (+33 (0)1 45 24 97 00).

 

Coopérant avec plus d'une centaine de pays, l'OCDE est un forum stratégique international qui s'emploie à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien-être économique et social des populations dans le monde entier.

 

Documents connexes