Partager

Économie

L’Espagne devrait accroître sa productivité et améliorer les perspectives offertes aux jeunes

 

25/10/2023 - Les aides publiques importantes octroyées aux entreprises et aux ménages ont permis à l’Espagne de faire face aux effets de la pandémie de COVID-19 et du renchérissement de l’énergie et des produits alimentaires provoqué par la guerre d’agression menée par la Russie contre l’Ukraine. Les pouvoirs publics devraient maintenant s’attacher à reconstituer des marges de manœuvre budgétaires, à accroître la productivité et à réduire les disparités sociales, notamment en élargissant les perspectives offertes aux jeunes.

Selon la dernière Étude économique de l’OCDE consacrée à l’Espagne, la croissance économique du pays devrait être vigoureuse et atteindre 2.5 % cette année puis 1.5 % en 2024. La consommation privée contribuera modérément à la croissance, tandis que la demande extérieure devrait fléchir. À la faveur du recul des prix de l’énergie et des mesures prises par les pouvoirs publics pour maîtriser l’inflation, telles que le mécanisme d’« exception ibérique », l’inflation a reflué à 3.3 % en septembre 2023. L’inflation sous-jacente est toutefois restée élevée, s’établissant à 3.9 %, tandis que la hausse des prix des produits alimentaires a été encore plus forte, atteignant 10.5 %.

« L’Espagne devrait tirer parti de la vigueur de sa croissance économique pour accroître la productivité et aider les jeunes à concrétiser leur potentiel », a déclaré la Cheffe économiste de l’OCDE, Clare Lombardelli, lors de la présentation de l’Étude à Madrid, aux côtés du Secrétaire d’État à l’Économie de l’Espagne, Gonzalo García. « Il sera essentiel de reconstituer des marges de manœuvre budgétaires, d’améliorer l’éducation et d’intensifier les efforts pour relever les défis environnementaux afin de favoriser une croissance et une prospérité durables à long terme. »

Un assainissement budgétaire plus vigoureux et soutenu s’avère nécessaire pour maintenir la dette publique élevée de l’Espagne sur une trajectoire descendante. Les dépenses de retraite et de santé devraient augmenter à plus longue échéance, des investissements importants s’imposent pour accélérer la transition écologique, et le gouvernement s’est engagé à augmenter les dépenses de défense. Pour pouvoir faire face à ces futures tensions sur les dépenses et financer des investissements propices à la croissance, l’assainissement budgétaire devrait passer par un accroissement des recettes fiscales et par une amélioration de l’efficacité des dépenses. Par ailleurs, les aides publiques de grande ampleur qui ont contribué à atténuer les effets du choc inflationniste sur les entreprises et les ménages devraient à présent être supprimées.

Renforcer la productivité est un enjeu majeur. La faiblesse de l’investissement dans la recherche développement et l’insuffisance à la fois des dépenses publiques consacrées à l’éducation et à la formation et du stock de capital en technologies de l’information et de la communication (TIC) pèsent sur la croissance de la productivité. La poursuite de la mise en œuvre efficace des investissements et des réformes prévus dans le cadre du Plan national de relance, de transformation et de résilience contribuera à remédier à ces insuffisances et à accroître la productivité et la croissance.

La croissance de l’emploi a été vigoureuse, et la réforme du marché du travail de 2021 donne des résultats prometteurs en ce qui concerne le transfert des travailleurs de contrats temporaires sur des contrats permanents, en particulier chez les jeunes. Le taux de chômage a diminué, mais il reste le plus élevé de la zone OCDE, s’établissant à 11.5 % en septembre 2023. Cette omniprésence du chômage traduit l’existence de problèmes structurels, qui nécessitent la poursuite des efforts de réforme.

Les inégalités de revenu demeurent importantes et le taux de pauvreté, en particulier parmi les femmes, est élevé par comparaison avec d’autres pays de l’OCDE. En 2022, un quart de la population espagnole était pauvre ou risquait de basculer dans la pauvreté et l’exclusion sociale, et le taux de pauvreté des enfants reste le plus élevé d’Europe occidentale, s’établissant à 21.8 %. Les prestations sociales devraient être ciblées sur ceux qui en ont le plus besoin, notamment les familles à bas revenu avec enfants. Améliorer l’utilisation du dispositif de revenu minimum garanti permettrait de faire reculer la pauvreté. Une meilleure intégration des femmes, et en particulier des mères, sur le marché du travail devrait également rester une priorité pour réduire les inégalités de revenu.

L’Étude met par ailleurs l’accent sur le développement des perspectives offertes aux jeunes. Améliorer l’éducation, faciliter l’entrée des jeunes sur le marché du travail, favoriser l’entrepreneuriat et développer l’accès au logement sont autant de mesures qui sont indispensables à l’exploitation complète du potentiel de croissance du pays et à la réduction du risque de pauvreté chez les jeunes.

En Espagne, les jeunes sont nombreux à quitter le système scolaire avec des qualifications faibles, ce qui limite leurs perspectives d’emploi. Le passage de l’école à la vie active est difficile. Atteignant près de 27 %, le taux de chômage des moins de 25 ans est l’un des plus élevés de tous les pays de l’OCDE. Il faudrait aussi encourager l’entrepreneuriat des jeunes en développant le mentorat et en améliorant la formation et l’accès aux financements.

Pour relever les défis environnementaux auxquels elle est confrontée, l’Espagne doit redoubler d’efforts pour réduire sa dépendance à l’égard des combustibles fossiles. Elle devrait accélérer la transition vers des modes de transport plus écologiques, améliorer le stockage et l’interconnexion des réseaux, et continuer de promouvoir les énergies renouvelables. Il est aussi possible d’élargir l’assiette des taxes liées à l’environnement, notamment en supprimant progressivement les exonérations et en relevant peu à peu le taux de la taxe sur les émissions, tout en adoptant des mesures temporaires de compensation partielle en faveur des plus vulnérables.

Vous trouverez ici une Synthèse de cette Étude économique reprenant ses principales conclusions et ses graphiques clés (vous êtes invités à inclure ce lien dans vos articles).

Pour toute information complémentaire, les journalistes sont invités à contacter Spencer Wilson à la Division des médias de l’OCDE (+33 1 45 24 9700).


L’OCDE, qui collabore avec plus d’une centaine de pays, est un forum mondial sur l’action publique qui promeut des politiques visant à préserver les libertés individuelles et à améliorer le bien-être économique et social dans le monde entier.

 

Documents connexes