Partager

Economie

Costa Rica : selon l’OCDE, il sera primordial de stabiliser les finances publiques une fois la reprise consolidée après la crise du COVID-19

 

15/07/2020 - Le Costa Rica a choisi, à juste titre, de concentrer ses efforts sur la lutte contre la crise sanitaire, sociale et économique provoquée par la pandémie de COVID-19, en appliquant rapidement des mesures de confinement ainsi qu’une politique de soutien à l’économie bien ciblée et innovante. Selon un récent rapport de l’OCDE, une fois que le pire sera passé et que la reprise sera engagée, il sera primordial pour le pays de stabiliser ses finances publiques et d’améliorer l’efficience des dépenses publiques pour revitaliser la reprise et préserver les bénéfices économiques et sociaux engrangés ces dernières années.

 

La dernière Étude économique de l’OCDE sur le Costa Rica montre que la mise en œuvre de politiques publiques appropriées, notamment en matière d’ouverture des échanges et d’utilisation durable des ressources naturelles, a permis au pays de tripler son PIB par habitant en l’espace de trois décennies. Les niveaux de vie sont élevés et la population bénéficie d’un accès quasi universel à l’éducation, aux soins de santé et à la retraite. La dynamique de réforme enclenchée au cours des 18 derniers mois a été exceptionnelle, avec la finalisation d’un grand nombre d’initiatives en lien avec l’adhésion à l’OCDE. Cependant, l’ampleur des déficits budgétaires et la hausse rapide de la dette publique menacent de fragiliser les résultats obtenus, même si l’on ne tient pas compte des tensions supplémentaires que fait peser la crise du coronavirus.

 

À court terme, la priorité est double : lutter contre l’épidémie de coronavirus et aider les plus durement touchés. Une fois la reprise bien installée, il sera crucial pour le pays de respecter rigoureusement le cadre budgétaire récemment approuvé, en particulier la « règle budgétaire » destinée à limiter les dépenses excessives. La poursuite des réformes visant à améliorer la productivité et l’efficience des dépenses publiques jouera un rôle essentiel dans la vigueur de la reprise. D’autres réformes devraient être menées pour réduire les fortes inégalités et l’ampleur du secteur informel, ainsi qu’accroître le taux d’activité des femmes.

 

« Le Costa Rica a fait des progrès remarquables pour réformer ses politiques publiques de façon à les aligner sur les meilleures pratiques de l’OCDE, ce qui le place dans une position plus solide pour absorber le choc causé par l’épidémie de COVID-19 », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría à l’occasion de la présentation de l’Étude par vidéo conférence aux côtés du Président Carlos Alvarado Quesada. « Cela étant, les conséquences sociales et économiques de cette épidémie seront considérables. Maintenir la dynamique de réforme et en adopter de nouvelles, telles que répertoriées dans la présente Étude, constituera la meilleure façon de préserver les niveaux de vie de l’ensemble des Costariciens ». Lire le discours du Secrétaire général en anglais seuelement.

 

En tant que petite économie ouverte, le Costa Rica est très exposé à la récession mondiale provoquée par le coronavirus, au recul du tourisme international et aux perturbations dans les échanges mondiaux et les chaînes de valeur mondiales. D’après l’Étude, la reprise ne serait que très progressive : le scénario le plus optimiste table sur un taux de croissance du PIB de 2.7 % en 2021, après un repli de 4.1 % en 2020.  

 

Les dépenses vitales en matière de santé et de protection sociale, réalisées en réponse à l’épidémie de coronavirus, vont avoir pour effet de creuser à nouveau le déficit public cette année, qui atteindra près de 9 % du PIB. C’est pourquoi il sera d’une importance cruciale de replacer les finances publiques sur une trajectoire de réduction du déficit, une fois la reprise bien installée. D’après l’analyse présentée dans le rapport, lorsque la reprise sera bien ancrée, le respect de la règle budgétaire — qui était au cœur de la réforme budgétaire de 2018 et vise à encadrer dans le temps la hausse des dépenses — devrait permettre de stopper l’augmentation de la dette publique au fil du temps. Toutefois, tout dérapage ferait repartir le ratio d’endettement à la hausse.

 

S’agissant de l’après-COVID-19, l’Étude montre que si le pays souhaite continuer à élever les niveaux de vie, il lui faudra gagner en productivité, celle-ci étant bridée par des réglementations lourdes et coûteuses par rapport aux autres pays de l’OCDE et aux pays comparables de la région. Des pistes sont suggérées dans l’Étude pour améliorer la réglementation des marchés de produits et lever les obstacles à la concurrence de manière à renforcer la dynamique des entreprises, diminuer le prix des biens et des services et favoriser le pouvoir d’achat des Costariciens.

 

L’inclusion financière étant un facteur clé de la réduction des inégalités de revenu, l’Étude indique également comment élargir l’accès aux services financiers et au crédit à une plus grande part de la population et des entreprises au Costa Rica. Un meilleur accès aux services financiers et au crédit pourrait aider les ménages à gérer l’instabilité de leurs revenus et à investir dans l’éducation, et les entreprises à investir, se développer et réaliser des gains de productivité.

 

Le Costa Rica a été invité, en mai dernier, à devenir le 38ème membre de l’OCDE, et accomplit actuellement les procédures de ratification nécessaires.

 

Une Synthèse de cette Étude économique, reprenant ses principales conclusions ainsi que des graphiques peuvent être consultée à cette l’adresse, que vous êtes invités à indiquer dans vos articles 

 

Pour obtenir de plus amples informations, les journalistes sont invités à prendre contact avec Carolina Ziehl au Centre de l’OCDE à Mexico (+52 559 138 6235), ou Catherine Bremer à la Division des médias de l’OCDE à Paris (+33 1 45 24 97 00).

 

Coopérant avec plus d’une centaine de pays, l’OCDE est un forum stratégique international qui œuvre à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien-être économique et social des citoyens dans le monde entier.

 

Documents connexes