Partager

Migrations et développement

L’OIT et le Centre de développement de l’OCDE lancent un rapport sur la contribution des immigrants au développement économique des pays

 

Note aux journalistes

L’OIT et le Centre de développement de l’OCDE lancent un rapport

sur la contribution des immigrants au développement économique des pays


24-25 janvier 2018

Centre de conférences de l’OCDE, Paris

 

Le Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et l’Organisation internationale du Travail (OIT) tiendront une conférence commune pour présenter un nouveau rapport sur la contribution des immigrants au développement des économies des pays.

C’est l’aboutissement d’un projet mené conjointement pendant quatre ans (2014-2018) sur L’évaluation de la contribution économique des migrations de travail dans les pays en développement comme des pays de destination, grâce au soutien financier de l’Union européenne. Le projet et le rapport couvrent dix pays partenaires: Afrique du Sud, Argentine, Costa Rica, Côte d’Ivoire, République dominicaine, Ghana, Kirghizistan, Népal, Rwanda et Thaïlande.

Combinant des méthodes quantitatives et qualitatives, le rapport étudie de manière empirique l’impact des immigrants sur les grandes caractéristiques économiques des pays et notamment: le marché du travail en termes de population active et de capital humain, la croissance économique et les finances publiques. Il fournit une analyse du contexte politique et historique de l’immigration dans les dix pays et formule des recommandations sur les moyens de renforcer la contribution de l’immigration dans des contextes variés grâce à des solutions politiques appropriées.

Ce lancement donnera aux participants l’occasion de discuter des principaux enseignements et des recommandations politiques du projet. Le Programme de développement durable pour 2030 reconnaît la contribution positive des migrants à la croissance inclusive et au développement durable, et la communauté internationale discute actuellement d’un Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Dans ce contexte, la présentation du rapport permettra aussi d’échanger des connaissances et des réflexions sur les pratiques et les politiques susceptibles de renforcer la contribution de la main-d’œuvre immigrée au développement des pays d’accueil.

Cette conférence réunira des responsables politiques de haut niveau en provenance des dix pays partenaires au projet, ainsi que des représentants d’autres pays, des experts des migrations et du développement, des universitaires, des organisations internationales et des organisations de la société civile.

Pour en savoir plus sur le projet: www.oecd.org/fr/dev/migration-développement/eclm-fr.htm


Liste des intervenants:

  • Masamichi Kono, Secrétaire général adjoint de l’OCDE
    • Manuela Tomei, Directrice du Département Conditions de travail et égalité de l’OIT
    • Laxman Prasad Mainali, Secrétaire d’Etat au ministère de l’Emploi et du Travail, Népal
    • Vivathana Thanghong, Secrétaire permanent adjoint au ministère du Travail, Thaïlande

Avec un message vidéo de Louise Arbour, Représentante spéciale de l’ONU pour les migrations sera également diffusé.

Vous pouvez consulter l’ordre du jour de l’événement ici.


Participez à la discussion sur Twitter avec @OECD_Centre et @ILO en utilisant le hashtag #DEVMigration



Le rapport sera placé sous embargo jusqu’au mercredi 24 janvier à 10h00, heure de Paris. Pour demander une copie du rapport sous embargo ou organiser des interviews, veuillez vous adresser à Bochra Kriout, au Centre de développement de l’OCDE ([email protected]; T: +33(0)145 24 82 96) et à Hans van Rohland ([email protected]; T: +4122/799-7916) à l’OIT.

Les journalistes qui demandent une version électronique avant publication s’engagent à respecter les conditions d’embargo de l’OCDE.


Nota Bene: Les règles d’embargo de l’OCDE excluent tout reportage, dépêche d’agence ou transmission internet du texte ou d’informations relatives à ce rapport avant l’heure de publication établie. Elles interdisent également toute communication du contenu du rapport ou tout commentaire concernant ses prévisions ou conclusions à toute personne extérieure, quelle qu’elle soit, avant l’heure de publication fixée. Les organes de presse recevant du matériel sous embargo de l’OCDE ont été informés que s’ils enfreignaient les règles d’embargo de l’OCDE ils seraient immédiatement exclus de toute diffusion d’informations sous embargo à l’avenir.

 

 

Documents connexes