Partager

Centre de développement

Journée Green Dev Talks pour le futur vert de l’Afrique

 

 
 

 Mercredi 31 mars 2021 – 10h30-15h30 - Inscrivez-vous ici  - Télécharger l'agenda


Journée Green Dev Talks pour le futur vert de l’Afrique :

Nouvelles voies d'investissement pour un développement durable et inclusif


Inscrivez-vous ici


Organisée conjointement par le Centre de développement de l'OCDE, la Présidence portugaise de l'UE, la Banque européenne d’investissement et la Délégation du Portugal auprès de l'OCDE


Green DevTalk #1 :

L’Afrique et la transition écologique : comment éviter le piège des technologies bas carbone ?


Carla Montesi,  Directrice - Green Deal et Agenda numérique, Direction générale des partenariats internationaux (DG INTPA), Commission européenne (à confirmer).
Giza Gaspar Martins, Directeur national pour l’environnement et l’action climatique, ministère de la Culture, du Tourisme et de l’Environnement, Angola (à confirmer)  
Kelechi Ofoegbu, Conseiller technique principal auprès de l'honorable ministre, ministère des Ressources pétrolières, Nigeria
Lamberto Dai Pra', Responsable de l’Afrique, de l’Asie et de l'Océanie, Enel Green Power
Jorge Moreira da Silva, Directeur de la Direction de la coopération pour le développement de l’OCDE

Modération : Mario Pezzini, Directeur du Centre de développement de l'OCDE, Conseiller spécial auprès du Secrétaire général de l’OCDE, chargé du développement et remarques introductives, et Bernardo Lucena, Ambassadeur, Représentant permanent du Portugal auprès de l'OCDE.


Le retard technologique des pays africains pourrait ralentir leur transition écologique, voire les enfermer dans des voies de développement à forte émission de carbone. Pour rester compétitifs dans un monde aux émissions de carbone faibles, les pays africains doivent avoir un meilleur accès aux technologies bas carbone. Or, selon la Banque Mondiale, les pays à faible revenu ne représentent que 0,01 % des exportations et 0,3 % des importations de ces technologies. À l’inverse, les pays à haut revenu ont produit 80 % de toutes les innovations bas carbones entre 2010 et 2015.

À l'échelle mondiale, il faut accélérer les transferts de technologie bas carbone aux les pays en développement. Parallèlement, ceux-ci doivent saisir les opportunités liées à la décarbonation mondiale, notamment en renforçant leurs propres industries à faible émission de carbone. Néanmoins, les pays africains sont confrontés à un certain nombre de barrières : coûts d'investissement initiaux élevés, défaillances du marché liées à la technologie et des capacités technologiques nationales limitées, etc. Dès lors, comment éliminer ces barrières tout en renforçant la capacité des pays africains à accéder aux technologies importées et à les adapter aux contextes locaux ? Comment ces pays peuvent-ils jouer un rôle plus actif dans l'innovation technologique bas carbone ?

Ce Green DevTalk se penchera sur les politiques publiques et les partenariats nationaux et multilatéraux nécessaires pour accélérer le transfert de technologies vers les pays africains, tout en renforçant leur intégration dans les chaînes de valeur mondiale des technologies à faible émission de carbone.


Regarder la première session en direct :

 

 Mercredi 31 mars 2021 – 14h00-15h30 CET


Green DevTalk #2:
Libérer le potentiel des villes pour façonner le développement durable de l’Afrique

 

Firdaous Oussidhoum, Conseiller spécial du secrétaire général de CGLU.
Eleni Kyrou, Représentante de l’Éthiopie auprès de l’Union africaine, Banque européenne d'investissement (à confirmer).
Manuel Araujo, Maire de Quelimane, Mozambique.
Laurent Bossard, Directeur du Secrétariat du Club du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest de l’OCDE.
Simi Siwisa, Barclays Africa Group - ABSA (à confirmer)


Modération : Mario Pezzini, Directeur du Centre de développement de l'OCDE, Conseiller spécial auprès du Secrétaire général de l’OCDE, chargé du développement et remarques introductives : João Ribeiro de Almeida, Ambassadeur, Président de Camões - Institut pour la coopération et la langue


Les zones urbaines africaines à croissance rapide sont de plus en plus vulnérables aux risques climatiques. Par exemple, des villes comme Mombasa au Kenya et Dar es Salaam en Tanzanie sont confrontées à une augmentation des inondations, à la hausse des températures et à l'érosion côtière. Les impacts pèsent déjà lourdement sur les populations les plus vulnérables. Alors que l'urbanisation offre des possibilités sans précédent d'améliorer le bien-être des populations africaines, le changement climatique perturbe ce potentiel. En outre, le changement climatique affecte les liens entre les villes et les campagnes, pourtant fondamentaux pour relier les populations rurales aux infrastructures et aux services essentiels. Par exemple, lorsque le cyclone Idai a frappé le Mozambique en 2019, de nombreuses infrastructures de base et des habitations ont été détruites. Les populations rurales se sont retrouvées isolées et il leur était impossible d'accéder aux secours d'urgence dans la ville de Beira.

L'accélération de la transition écologique est une priorité mondiale. Elle nécessitera des accords multilatéraux majeurs mais aussi des expérimentations et des innovations. Les villes se sont révélées être des laboratoires efficaces pour la mise en place de nouvelles solutions favorisant une transition écologique. Par exemple, elles peuvent expérimenter des règlementations sur les émissions de gaz à effet de serre dans des secteurs clefs tel que le transport ou l’énergie. En outre, les villes ont un rôle important dans la sensibilisation et l’influence des choix des consommateurs. Elles jouent aussi un rôle crucial pour le renforcement des industries vertes en encourageant les start-ups et l'entrepreneuriat écologique. Le continent africain ne peut pas se permettre d'ignorer leur potentiel.

Comment les pays africains peuvent-ils renforcer le rôle de leurs villes dans l'accélération de la transition verte ? Comment mettre en oeuvre des plans de développement urbain qui stimuleront une transformation écologique profonde des activités économiques des villes africaines, tout en tenant compte du lien intrinsèque entre les zones urbaines et rurales ? De quels partenariats nationaux et internationaux les villes africaines ont-elles besoin pour y parvenir ?

Pour répondre à ces questions, ce Green Dev Talk réunira les principaux acteurs africains et leurs partenaires internationaux pour discuter du rôle des villes dans l'accélération de la transition écologique en Afrique.

Regarder la deuxième session en direct :

 


INSCRIPTION et CONTACT


Inscrivez-vous ici



Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter dev.talks@oecd.org


 

Suivre la conversation sur Twitter: #DEVtalks

 

 

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)