Partager

Centre de développement

Devtalks : Vers une sécurité alimentaire et nutritionnelle intégrant la dimension de genre en Afrique de l’Ouest

 

 
 

 Vendredi, 13 novembre 2020 – 11h00 – 12h30 (Heure d’Europe centrale) - Enregistrez-vous ici


Participez au nouveau cycle de discussion « DEV Talks » Reshaping development

Mario Pezzini, Directeur du Centre de développement de l’OCDE et Conseiller spécial auprès du Secrétaire général chargé du développement, et Laurent Bossard, Directeur du Secrétariat du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, sont heureux de vous inviter au débat suivant


Vers une sécurité alimentaire et nutritionnelle intégrant la dimension de genre en Afrique de l’Ouest

 

Jacqueline Marthe Sultan, anciennement Ministre de l’Agriculture, République de Guinée

Lucie Broechler, Chargée de mission, Agence française de développement (AFD)

Kafui Kuwonu, Chargée de programme en chef, Women in Law and Development in Africa (WiLDAF)

Nadjirou Sall, Secrétaire Général du Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA) 


Moderé par Sibiri Jean Zoundi, Directeur adjoint du Secrétariat du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, avec une brève présentation de Bathylle Missika, Chef de la Division Réseaux, Partenariats et Genre, Centre de développement de l’OCDE

 


Veuillez-vous enregistrer ici


Les femmes jouent un rôle central dans un large éventail d’activités qui sous-tendent la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Elles sont le moteur de l’économie alimentaire du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest. Les deux tiers des femmes employées travaillent dans le système alimentaire, jouant un rôle majeur dans les segments non agricoles des chaînes de valeur alimentaires.

Néanmoins, l’accès à des aliments abordables et nutritifs est hors de portée de nombreuses femmes et filles. Les faibles niveaux de revenus et d’éducation, les normes sociales, les lois et les pratiques discriminatoires telles que celles révélées par l’Indicateur des institutions sociales et de l’égalité femmes-hommes (SIGI), sont à l’origine de l’insécurité alimentaire des femmes. Ces inégalités limitent leur droit de propriété sur des biens tels que la terre, l’eau et l’énergie, l’accès aux services financiers, au capital social, à l’information et aux technologies, ainsi qu’aux intrants et services agricoles. D'autres facteurs, tels que les conflits et les déplacements de populations qui en découlent, ainsi que l'épidémie de COVID-19, ont aggravé l'insécurité alimentaire des plus vulnérables, en particulier chez les femmes et les enfants.

Fin septembre, le Centre de développement de l'OCDE et le Secrétariat du Club du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest ont organisé une discussion en ligne sur la plate-forme Wikigender en partenariat avec l'Agence française de développement (AFD), le Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) et le G5 Sahel. La discussion s'est concentrée sur l'importance des approches intégrant la dimension genre à l'insécurité alimentaire et nutritionnelle. Elle a mis en évidence que de nombreuses réponses ont encore tendance à fonctionner en silos et à se concentrer trop étroitement sur l’amélioration de la capacité d’action des femmes ou de leur accès à l’information, au lieu d'appliquer une approche véritablement intersectionnelle qui s'attaque aux obstacles structurels qui entravent leur sécurité alimentaire et nutritionnelle. Pourquoi en est-il ainsi ? Quelles sont les principales étapes nécessaires pour élaborer des réponses politiques inclusives qui s'attaquent à ces obstacles et deviennent véritablement sensibles à la dimension de genre ?



 


 




INSCRIPTION et CONTACT

Si vous souhaitez participer à ce DEV Talk, veuillez vous inscrire ici

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter dev.talks@oecd.org 



Suivre la conversation sur Twitter: #DEVtalks

 

Documents connexes