Partager

Centre de développement

Asie émergente : il faut élargir les options de financement pour soutenir la reprise dans un climat de grande incertitude

 

22 mars 2022 – L’activité économique dans les pays de l’Asie émergente poursuivra son redressement en 2022, mais une grande incertitude subsiste et les risques n’ont pas disparu. Pour assurer une reprise durable, les responsables de l’action publique de la région doivent élargir les options de financement, en approfondissant davantage les marchés et les instruments financiers, selon les Perspectives Économiques pour l’Asie du sud‑est, la Chine et l’Inde 2022 : financer une reprise durable suite au COVID-19.

Les mouvements des prix des matières premières et des marchés financiers observés depuis le début de l’agression à grande échelle de la Russie à l’égard de l’Ukraine pourraient ralentir la reprise des économies de l’Asie émergente (ASEAN-10, Chine et Inde), bien que l’impact global devrait être moindre que dans les économies de la zone OCDE.

« Si on anticipe une poursuite du redressement économique après la pandémie de COVID‑19, la dynamique de croissance reste fragile. L’inflation, et notamment la hausse des prix de l’énergie et alimentaires, ainsi que les perturbations dans les chaînes d’approvisionnement, constituent un risque latent pour la reprise », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, M. Mathias Cormann. « Les pouvoirs publics dans la région doivent mettre en œuvre des politiques macroéconomiques et structurelles efficaces pour préserver leur économie, continuer d’améliorer le bien-être des citoyens et accélérer les progrès vers les Objectifs de développement durable ».

Les conséquences mondiales de la guerre en Ukraine et la hausse des taux d’intérêt dans les économies avancées pourraient peser davantage encore sur les marchés de capitaux. Depuis le début de la pandémie, la rentabilité des banques et le crédit ont baissé dans de nombreux pays de la région. La détérioration des marchés du travail est profonde. La politique monétaire reste très accommodante dans la plupart des économies, ce qui est adéquat du fait de la fragilité de leur reprise. Plusieurs pays de l’Asie émergente ont continué d’appliquer des mesures de soutien budgétaire, mais leur impact a été plus modeste qu’au début de la pandémie.

Le contexte budgétaire et monétaire demeurant difficile, les responsables publics des pays de l’Asie émergente devraient envisager d’élargir l’éventail des options de financement de la reprise post-pandémie. Le recours à des initiatives multilatérales, telles que des prêts syndiqués ou à des accords de swap pourrait contribuer à la gestion de la dette publique. Les décideurs peuvent également mettre à profit d’autres sources de financement (ex. : obligations vertes, sociales et durables). Pour développer les marchés obligataires, les Perspectives recommandent de mettre en place des cadres solides de classification et de certification, ainsi que des cadres réglementaires spécifiques, d’améliorer l’offre d’obligations souveraines et les incitations aux investisseurs à participer aux marchés. La titrisation des risques d’assurance peut apporter une couverture financière supplémentaire pour se prémunir contre les événements extrêmes. La coopération régionale, sous la forme par exemple d’une mutualisation des risques de pandémie, est un autre moyen d’accompagner la reprise post-pandémie.

Les marchés obligataires dans les pays de l’Asie émergente ont besoin de s’appuyer sur des cadres juridiques et institutionnels plus solides, et la protection des investisseurs, la transparence, la liquidité et l’infrastructure des marchés doivent être renforcées. Ces besoins se font particulièrement sentir dans les pays dont les marchés sont moins développés. Par ailleurs, l’amélioration de la culture financière en Asie émergente pourrait aider les investisseurs à mieux comprendre des instruments financiers complexes, et favoriser leur participation sur le marché. Enfin, les Perspectives recommandent un cadre macroprudentiel solide pour faciliter le développement des marchés obligataires en améliorant la stabilité du secteur financier.

Plus d’informations sur l’édition 2022 des Perspectives Économiques pour l’Asie du sud‑est, la Chine et l’Inde : www.oecd.org/fr/dev/economic-outlook-for-southeast-asia-china-and-india-23101113.htm


 

Les journalistes sont invités à contacter M. Kensuke Tanaka, Chef de l’Unité Asie, Centre de développement de l’OCDE (Kensuke.Tanaka@oecd.org, tél. +33 6 27 19 05 19), ou Mme Bochra Kriout, Service de presse du Centre de développement de l’OCDE (Bochra.Kriout@oecd.org, tél. +33 1 45 24 82 96) et Mme Yumiko Yokokawa, Centre OCDE de Tokyo (Yumiko.Yokokawa@oecd.org, tél. +81 3 55 32 00 21).

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)