60e anniversaire de l’OCDE - discours de clôture, Discussion entre les dirigeants, 14 décembre 2020

 

Allocution de clôture de M. Angel Gurría,

Secrétaire Général de l’OCDE

Paris, France, 14 décembre 2020

Président Macron, Président Sánchez, Distingués invités,

L’OCDE fut créée pour, en citant la Convention qui a été signée il y a 60 ans jour pour jour, « réaliser la plus forte expansion possible de l’économie et de l’emploi et une progression du niveau de vie dans les pays Membres » . Nous avons parcouru un long chemin depuis tout en gardant ce cap, sans relâche. Permettez-moi de le mettre brièvement en perspective.

Il y a dix ans de cela, nous apportions un soutien actif à nos Membres confrontés à la crise financière mondiale. Aujourd’hui, face à la plus grave crise sanitaire, économique et sociale que l’on ait connue de mémoire d’homme, l’OCDE est encore une fois en première ligne de l’action mondiale, apportant données factuelles, éléments probants, analyses et recommandations pour prêter main-forte aux pays confrontés au COVID-19 et à ses conséquences. À titre d’exemple, nous avons mis en ligne, sur notre plateforme numérique dédiée à la pandémie, quelque 170 synthèses dans lesquelles les responsables de l’action publique trouvent des conseils sur mesure au sujet de la crise et de la reprise.

L’OCDE a grandi et évolué, vers plus de dynamisme, de réactivité, de pertinence, prêtant son concours à la conception, à la formulation et à la mise en application de réformes de la politique publique et de normes mondiales, à la recherche de solutions aux défis de notre monde. Nous sommes devenus plus ouverts, et nous avons ainsi accueilli huit nouveaux Membres et suscité six nouvelles candidatures de pays désireux d’adhérer à notre Organisation en l’espace de ces quatre dernières années.

Nous sommes devenus plus humains aussi, par notre choix de placer l’Homme au cœur de l’économie et de la formulation des politiques et d’apprécier le bien-être au-delà de ce que nous en dit le PIB. Pas plus tard que le mois dernier, nous avons inauguré le Centre de l’OCDE pour le bien-être, l’inclusion, le développement durable et l’égalité (WISE).

Nous avons aussi forgé des liens plus étroits avec la communauté internationale et élargi notre engagement aux côtés d’un vaste éventail de parties prenantes. L’OCDE n’est plus tant un coût budgétaire qu’une énorme source de recettes nettes pour nos Membres, elle qui a permis de faire la transparence sur 84 millions de comptes bancaires d’une valeur équivalant à 10 000 milliards EUR.

Alors que nous touchons au terme d’une année éprouvante, notre résolution pour l’année prochaine, à l’OCDE, est de redoubler d’efforts pour aider les pays à repartir sur de meilleures bases, à amorcer une reprise qui soit à la fois solide, durable, résiliente et inclusive. À l’aube de la décennie d’action et de résultats en faveur du développement durable, nous ne manquerons pas de contribuer, à notre mesure, à soutenir le multilatéralisme, seul moyen de relever les défis mondiaux que sont par exemple le changement climatique, la transformation numérique, le vieillissement des sociétés, les migrations et les pandémies futures.

Quant à l’avenir, l’OCDE demeurera un précurseur, guidé dans son action par trois priorités :

Premièrement, ouvrir la voie à un progrès économique fondé sur l’efficience, l’inclusivité, la résilience et la durabilité.

Deuxièmement, aider les pouvoirs publics à établir un contrat social fort entre les générations.

Troisièmement, faire face au changement climatique, ce qui implique de tenir les engagements pris dans l’Accord de Paris, de lutter contre l’appauvrissement de la biodiversité et d’enrayer la dégradation de l’environnement. Notre responsabilité première, la plus importante, vis-à-vis des générations à venir est la protection de la planète.

Il nous faut aussi répondre aux pays qui frappent à notre porte. Depuis quatre ans, nous sommes à une phrase d’ouvrir un nouveau cycle d’élargissement qui verrait l’adhésion de six pays supplémentaires – l’Argentine, le Brésil, la Bulgarie, la Croatie, le Pérou et la Roumanie. Il est temps de nous mettre d’accord sur cette phrase manquante. Et pourquoi ne pas le faire dès le début de l’année 2021 ?

Chers amis,

L’avenir de cette grande Organisation est entre vos mains. Elle vous appartient. Donnons à l’OCDE une chance de mieux représenter le monde d’aujourd’hui, et de continuer à concevoir, élaborer et mettre en œuvre de meilleures politiques pour une vie meilleure au cours des 60 prochaines années.

Merci.

 

Documents connexes

 

Annual report
Découvrez
l'OCDE
Téléchargez
Brochure
Rapport
annuel
Téléchargez