Partager

La résistance aux antimicrobiens et l’agriculture

La résistance aux antimicrobiens est un défi à l’échelle mondiale pour les systèmes alimentaire et pour la santé publique

Aux quatre coins de la planète, les antimicrobiens sont couramment employés dans la production animale, non seulement pour améliorer la santé et le bien-être des animaux, mais aussi pour stimuler leur croissance et accroître la productivité. Ces pratiques peuvent toutefois engendrer une résistance et la transmission de gènes et de bactéries résistants d’une espèce à l’autre. Il est fondamental pour la santé humaine et animale, pour le bien-être des animaux et pour la sécurité alimentaire de disposer d’antimicrobiens efficaces et rentables . La résistance aux antimicrobiens peut entre autres entraîner un déclin de la production et une dégradation de la sécurité alimentaire, renforcer les inquiétudes relatives à la sécurité des aliments, alourdir les pertes économiques des ménages agricoles et contaminer l’environnement.

Des répercussions néfastes qui peuvent se faire durement sentir

Le phénomène de résistance aux antimicrobiens et son amplification imprègnent de plus en plus les esprits. Bien des pays ont donc progressivement mis fin à l’utilisation des antimicrobiens en tant qu’agents de croissance et s’attachent à optimiser leur emploi dans la prévention et le traitement des maladies animales. Nombre d’éleveurs estiment que les bénéfices associés à l’utilisation d’antibiotiques dans le cadre de la production animale sont plus importants que les coûts. Pourtant, plusieurs facteurs pèsent dans la balance, notamment les normes de biosécurité observées par l’exploitation, les normes de stabulation, la nutrition, la sélection des animaux et la gestion de l’exploitation. À long terme toutefois, les répercussions néfastes de la résistance aux antibiotiques sur la santé humaine et animale peuvent se faire durement sentir sur les plans social, économique et environnemental.

L’un des grands enjeux dans ce domaine est de déterminer le niveau d’utilisation d’antimicrobiens qui permet d’obtenir la meilleure performance économique et technique dans les élevages. Jusqu’à présent, les travaux se sont en grande partie concentrés sur l’élaboration de normes techniques et de méthodes pour évaluer l’utilisation réelle des antimicrobiens dans la production animale à divers stades de croissance et au niveau des espèces. Les études sont peu nombreuses à avoir analysé les avantages et les coûts de l’utilisation des antibiotiques dans la production animale à l’échelle de l’exploitation.

L’OCDE s’est efforcée de remédier à ce manque d’informations en évaluant les bienfaits et coûts réels des antibiotiques dans la production, en plus d’estimer le coût qu’auraient par comparaison des solutions alternatives de prévention et de lutte contre les maladies touchant les animaux d’élevage.

À la lumière de ces travaux, il apparaît que l’utilisation d’antibiotiques dans la production animale a considérablement baissé dans la plupart des pays européens ces dix dernières années. Ce recul peut s’expliquer par l’élimination progressive de leur usage pour stimuler la croissance à partir de 2006 dans l’Union européenne et par leur utilisation moins fréquente à des fins prophylactiques maintenant que l’on a davantage conscience des effets néfastes que la résistance aux antimicrobiens peut avoir à long terme. Les antibiotiques continuent toutefois d’être amplement utilisés (voire de plus en plus utilisés dans le cas de certaines espèces) dans les grands pays émergents pratiquant l’élevage, comme le Brésil et la Chine. Cette dynamique est due à leur impact sur la croissance animale et sur les marges bénéficiaires des exploitations, ainsi qu’aux mesures de biosécurité moins strictes mises en place dans certains systèmes de production. Elle s’explique aussi en partie par le fait que les agriculteurs ne disposent par de solutions alternatives à des prix abordables.

L’OCDE, en collaboration avec d’autres organisations comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), s’efforce d’apporter une perspective économique au débat sur l’action publique et la réglementation en matière de lutte contre l’expansion de la résistance aux antimicrobiens. Elle participe aux efforts déployés à l’échelle internationale pour lutter contre l’émergence et l’amplification de ce phénomène chez l’être humain, les animaux et dans l’environnement en favorisant, dans le cadre du G20, le dialogue sur les politiques susceptibles d’endiguer la montée de ce fléau.

Actualités

Résistance aux antimicrobiens: utilisation d'antimicrobiens dans le secteur de l'élevage

Ce rapport examine l'utilisation d'antimicrobiens chez les animaux d'élevage et son impact sur la santé publique et l'économie alimentaire. Les questions de politique générale et les lacunes dans les connaissances pour gérer l'utilisation des antimicrobiens et le risque de résistance aux antimicrobiens sont identifiés et discutés.

Lire la suite... (en anglais)

Note de politique

Publications sur la résistance aux antimicrobiens

Accédez à toutes les publications de l'OCDE concernant la résistance aux antimicrobiens dans la bibliothèque iLibrary de l'OCDE.

» Accédez aux publications

Publications sur l'agriculture et la pêche

Toutes nos études et analyses sur l’alimentation, l’agriculture et la pêche sont disponibles gratuitement en ligne sur l’iLibrary de l’OCDE.

» Accédez aux publications

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir des mises à jour périodiques par courrier électronique sur les nouvelles publications, vidéos et analyses.

» Inscrivez-vous

Contactez-nous & événements

Pour en savoir plus sur la Direction des échanges et de l’agriculture de l’OCDE, les manifestations que nous organisons et auxquelles nous participons, contactez-nous pour nous poser vos questions.

» Contactez-nous
» Voir les événements