Partager

Retour sur six ans de travaux menés par l’OCDE en rapport avec l’agriculture

Retour sur six ans de travaux menés par l’OCDE en rapport avec l’agriculture

 

La dernière Réunion de l’OCDE au niveau des ministres de l’Agriculture s’est déroulée à Paris les 7 et 8 avril 2016. À cette occasion, les ministres et représentants de l’Afrique du Sud, de l’Allemagne, de l’Arabie saoudite, de l’Argentine, de l’Australie, de l’Autriche, de la Belgique, du Brésil, du Canada, du Chili, de la Colombie, de la Corée, du Costa Rica, du Danemark, de l’Espagne, de l’Estonie, des États-Unis, de la Finlande, de la France, de la Grèce, de la Hongrie, de l’Indonésie, de l’Irlande, de l’Islande, d’Israël, de l’Italie, du Japon, de la Lettonie, de la Lituanie, du Luxembourg, du Mexique, de la Norvège, de la Nouvelle-Zélande, des Pays-Bas, du Pérou, de la Pologne, du Portugal, de la République slovaque, de la République tchèque, de la Roumanie, du Royaume-Uni, de la Slovénie, de la Suède, de la Suisse, de la Turquie, de l’Ukraine et du Viet Nam ont examiné les difficultés à vaincre et les voies à suivre dans le secteur agro-alimentaire. Ils ont également réfléchi aux réponses à apporter en accordant un degré élevé de priorité à la conception de politiques favorables à la compétitivité, à la viabilité, à la productivité et à la résilience des entreprises de production agricole et alimentaire.

La Déclaration ministérielle signée par 48 pays énumérait les principaux objectifs à poursuivre à l’égard des systèmes agricoles et alimentaires ainsi que les priorités de travail du Comité de l'agriculture. Y étaient également définies les orientations qui ont guidé les travaux de la Direction des échanges et de l’agriculture de l’OCDE au cours des six dernières années et abouti à un grand nombre de publications, de rencontres et d'interventions de haut niveau auprès d’instances internationales.

 

Systèmes alimentaires

Une grande partie des activités du Comité de l'agriculture a concerné l’élaboration de trains de mesures visant à instaurer des systèmes alimentaires productifs, durables et résilients.  Le Secrétariat de l’OCDE a revu le cadre d'analyse des politiques et amélioré la méthode employée pour mesurer ce que doit être une croissance soutenable de la productivité au niveau des exploitations et à l’échelle nationale, grâce au travail de ses réseaux d’experts. Dans un rapport important, il a défini les problèmes rencontrés dans les systèmes alimentaires et proposé des moyens d’y remédier, qui encadrent désormais l'évaluation des mesures de soutien agricole. L'analyse prospective et la planification de l’action publique restent éclairées par les informations contenues dans chaque édition annuelle des Perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO sur l’évolution possible à dix ans des marchés des produits agricoles, des produits aquacoles et halieutiques ainsi que des biocombustibles aux niveaux national, régional et mondial.  Ces priorités continuent d’être examinées dans le cadre des réunions que l’OCDE organise avec ses réseaux d’experts en agriculture et alimentation.

Publications principales et ressources clés

Le Secrétariat de l’OCDE a par ailleurs apporté une contribution considérable à l’édition 2021 du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires en publiant peu de temps auparavant un rapport intitulé « Overcoming evidence gaps in food systems » (Surmonter les lacunes de données probantes sur les systèmes alimentaires).  L’OCDE poursuit la collaboration en accompagnant, en qualité de partenaire de réflexion, les coalitions d'action thématiques constituées dans le cadre du Sommet, telles que celle dédiée à la restauration scolaire.

 

L'innovation

Les leviers de l’action publique utiles à l'innovation continuent d’être examinés de manière approfondie dans neuf pays de l’OCDE et du G20. De même, un certain nombre d'ateliers ont été l'occasion d'étudier - et d’en débattre - les possibilités que les technologies numériques procurent dans le domaine agricole, du côté de la production et de l'élaboration des politiques, ainsi que la manière dont les pouvoirs publics pourraient en favoriser le développement et l’utilisation.  

Publications principales et ressources clés

Des versions actualisées en ont été présentées au Groupe de travail du G20 sur l’agriculture.

 

Lutter contre le changement climatique

Le Comité a étendu et approfondi ses travaux sur les politiques favorisant une utilisation durable des ressources naturelles et créant les conditions requises pour atténuer le changement climatique et s'adapter à ses effets.À travers ses travaux de recherche, il réfléchit à la manière de procéder pour suivre le bilan environnemental de l’agriculture, les politiques engagées et les trajectoires de réforme empruntées ainsi que pour les améliorer en vue de favoriser la gestion durable de l’eau en agriculture, tout en étudiant les potentialités offertes par les différentes politiques d’adaptation et d’atténuation envisageables.

 Publications principales et ressources clés

Améliorer le résultat de l’action publique :

Gestion durable de l’eau en agriculture :

Adaptation au changement climatique et atténuation de ses effets :

Les travaux de recherche sur la question de l’eau ont servi aux activités que l’OCDE consacre de manière plus générale à cette problématique et qui ont été récompensées par le Grand prix mondial de l’eau en 2018, tandis que ceux menés autour de la gestion de l’eau ont permis d'évaluer la mise en œuvre de la Recommandation sur l’eau adoptée par le Conseil de l’OCDE en 2016.

 

La résilience agricole

Les travaux sur la gestion des risques agricoles que le Comité de l'agriculture mène depuis déjà longtemps ont servi de fondement à toute une série d'activités sur la résilience agricole et d'études de cas sur les catastrophes dues aux aléas naturels. C’est d'ailleurs à cette question que l'édition 2021 du Forum mondial sur l'agriculture a été consacrée. Le Secrétariat de l’OCDE a de surcroît planché sur les réponses à apporter à la pandémie de COVID-19.

 

La santé

Les politiques visant à promouvoir la santé humaine, animale et végétale tout au long de la chaîne d'approvisionnement alimentaire ont été consolidées à la faveur des travaux de recherche sur la réduction du risque de résistance aux antimicrobiens chez les animaux. Le Réseau pour l'analyse de la filière alimentaire a mené une réflexion sur les aspects de la consommation alimentaire qui touchent à la santé humaine, sur la définition d’une alimentation saine et sur la manière dont les pouvoirs publics peuvent influencer le contenu de nos assiettes.

 

Commerce et marchés

Le Comité a poursuivi ses travaux sur les politiques internes et commerciales propices au bon fonctionnement des marchés intérieurs et internationaux ainsi qu'au renforcement de leur intégration, en accordant une attention particulière aux chaînes de valeur mondiales et à la transformation numérique.Les hauts responsables ont salué les contributions et le concours que l’OCDE apporte au Système d'information sur les marchés agricoles (AMIS), en particulier au regard de l’actualité récente, marquée par les ruptures des chaînes d'approvisionnement alimentaire occasionnées par le COVID-19 ainsi que par la situation en Ukraine, qui ont rendu extrêmement important de disposer d’informations exactes sur l’état des approvisionnements alimentaires mondiaux.

 

Transparence et partage des connaissances

L’OCDE participe toujours à la mise en commun des données publiques et des connaissances, qui renforce la transparence et favorise l’apprentissage.