En pratique

La République tchèque utilise les évaluations pour renforcer les bourses d'études et renfoncer les partenariats avec les universités

Messages clés

Les évaluations ont révélé des lacunes dans deux programmes d'éducation, notamment la fuite des cerveaux et des taux d'achèvement médiocres. La République tchèque a réagi en remaniant ses programmes de bourses et d'envoi d'enseignants et en renforçant ses partenariats avec les universités. Ces changements ont permis d'augmenter le nombre de boursiers étudiant en anglais, de réduire les abandons et d'impliquer davantage d'universités tchèques et partenaires.

Mot-clésApprentissage et gestion des connaissances, Partenariats, Ressources humaines

Partenaire cléRépublique tchèque

Dernière mise à jour24 octobre 2023

Télécharger PDF

Défi

La République tchèque a eu recours à des évaluations pour évaluer deux programmes d'éducation, qui ont tous deux mis en évidence plusieurs lacunes.

Une évaluation du programme de bourses d'études en 2018 a révélé que :

  • La moitié des anciens étudiants restent en République tchèque après la fin de leur bourse, ce qui entraîne une fuite des cerveaux dans leur pays d’origine.

  • Le taux d'achèvement des études des boursiers est inférieur à celui des autres étudiants.

  • Malgré les gains personnels des boursiers, le programme n'a eu qu'un impact limité sur le développement.

Une évaluation du programme d'envoi d'enseignants en 2019 a permis de constater que :

  • Les universités tchèques ne sont guère intéressées par l'envoi d'enseignants dans les pays en développement.

  • Les universités des pays en développement souhaitaient plus qu'un placement temporaire d'enseignants tchèques.

  • Les universités tchèques et les universités partenaires souhaitaient des échanges d'enseignants dans les deux sens et une collaboration en matière de recherche et de gestion.

Approche

La République tchèque a remanié son programme de bourses afin de réduire la fuite des cerveaux, d'augmenter les taux de réussite et de contribuer davantage à la coopération au développement :

  • Les étudiants sont encouragés à étudier en anglais plutôt qu'en tchèque afin de réduire la fuite des cerveaux. En outre, ils sont encouragés à obtenir une affectation garantie dans leur université d'origine à leur retour.

  • Les bourses se concentrent principalement sur les diplômes supérieurs (master ou doctorat) afin d'éviter que les étudiants ne changent de domaine d'études ou n'abandonnent leurs études.

  • Les étudiants sont encouragés à étudier dans des secteurs liés à la coopération bilatérale au développement afin de pouvoir prétendre à des postes d'experts dans la mise en œuvre ou l'évaluation de projets de coopération au développement.

Il a transformé le programme "Envoi d'enseignants tchèques" en "Renforcement des capacités des universités publiques dans les pays en développement" :

  • Le programme remanié comprend la recherche et la gestion (par exemple, la collecte de fonds et les partenariats avec le secteur privé). Il permet également l'échange bilatéral d'enseignants, d'étudiants et de personnel non enseignant des universités. Les universités peuvent envoyer des enseignants pour des périodes plus courtes (un à trois mois), ce qui facilite la participation des petites institutions.

Il a créé des liens entre les programmes et les a concentrés sur les sept mêmes pays :

  • Ainsi, les étudiants ayant un fort potentiel pour devenir enseignants ou chercheurs sont encouragés à postuler au programme de bourses d'études. Depuis 2020, le programme a mis en œuvre environ dix projets par an dans les six pays prioritaires et en Ukraine.

Résultats

  • La langue d'étude a connu un changement significatif, passant du tchèque à l’anglais pour les étudiants boursiers. Le pourcentage d’étudiants boursiers étudiant en tchèque est passée de 77 % à 66 % en anglais. Les bourses offertes en tchèque sont réservées aux étudiants parlant déjà le tchèque ou une autre langue slave (par exemple, les étudiants de Bosnie-Herzégovine, de Géorgie, de Moldova et d'Ukraine).

  • Les taux d'abandon ont été réduits de manière significative. L'octroi de bourses aux étudiants titulaires de diplômes supérieurs a permis de réduire le taux d'abandon de 50 % à moins de 10 %.

  • Davantage d'universités tchèques et d'universités partenaires participent au programme. Le nombre d'universités tchèques participant au programme est passé de 2 à 13. En 2022, 4 d'entre elles ont établi de nouveaux partenariats avec 12 universités partenaires réparties dans sept pays partenaires.

Enseignements tirés

  • Les évaluations inclusives sont un outil stratégique pour améliorer la coopération au développement. Les discussions avec les parties prenantes internes et externes, y compris les boursiers ayant réussi et ceux ayant échoué, ont permis de comprendre comment améliorer les programmes.

  • Se concentrer sur un nombre réduit de pays permet d'approfondir les partenariats. La limitation de la coopération à quelques pays a permis d'approfondir la portée des partenariats avec les universités, incluant désormais la gestion et la collaboration en matière de recherche.

  • Il est essentiel de s'adapter aux besoins des universités partenaires. À la suite de l’agression à grande échelle de la Russie contre l’Ukraine, la République tchèque a réorienté ses efforts en Ukraine et en Moldova pour renforcer la capacité des universités partenaires à intégrer les étudiants déplacés à l'intérieur de leur pays et à déployer des solutions numériques.

  • Associer les bourses d'études à la coopération au développement présente des inconvénients. Lier les bourses au développement bilatéral peut aider les anciens boursiers à trouver un emploi et à renforcer les capacités locales. Cependant, cela peut aussi empêcher les étudiants d'acquérir des compétences qui sont très demandées dans leur pays.

Informations supplémentaires

Ministère des affaires étrangères de la République tchèque (2019), “Evaluation summary - Sending of University Teachers”, in Annex 1 Executive Summary, www.mzv.cz/jnp/en/foreign_relations/development_cooperation_and_humanitarian/bilateral_development_cooperation/evaluation/evaluation_summary_sending_of_university.html.

Ministère des affaires étrangères de la République tchèque (2018), “External Evaluation - Executive Summary”, Evaluation report - Government Development Scholarship Programme, www.mzv.cz/jnp/en/foreign_relations/development_cooperation_and_humanitarian/bilateral_development_cooperation/evaluation/evaluation_report_government_development.html.

Ressources de l’OCDE

OECD (2023), Examens de l'OCDE sur la coopération pour le développement : République tchèque 2023, (à venir).

OECD (2023), “Déterminer dans quelle mesure les programmes de bourses et de formation du Centre GRÓ contribuent au développement”, Outils, enseignements et pratiques-TIPs, www.oecd.org/cooperation-developpement-apprentissage/pratiques/determiner-dans-quelle-mesure-les-programmes-de-bourses-et-de-formation-du-centre-gro-contribuent-au-developpement-80cb65d5/.

Pour en savoir plus sur la coopération au développement mise en œuvre par la République tchèque, voir :

OECD (2023), "Czech Republic", Les profils de coopération au développement, OECD Publishing, Paris, https://doi.org/10.1787/4e4c3092-en (anglais uniquement).

D’autres exemples En pratique concernant la République tchèque sont disponibles ici: www.oecd.org/development-cooperation-learning?tag-key+partner=czechrepublic#search

TwitterFacebookLinkedInEmail