Santé | Économie mondiale

Usage de faux

06/08/2021 PNG

Le commerce de produits contrefaits et piratés s'élève à 2.5 % des échanges mondiaux, soit près de 500 milliards USD. Les chaussures et les vêtements sont les principaux produits contrefaits, mais l'éventail des secteurs concernés s’élargit depuis 2013 (12 % de catégories de produits supplémentaires ont été touchées en 2019), notamment les faux médicaments, les produits alimentaires et les équipements médicaux, suscitant des craintes pour la santé et la sécurité des consommateurs.

Avec la pandémie de COVID-19, le commerce de médicaments contrefaits et volés a connu une envolée estimée à 25 %. Une opération menée fin 2020 a permis de saisir près de 33 millions d'appareils médicaux trafiqués, y compris des masques, tests et kits de diagnostic COVID contrefaits.

Les économies de l’OCDE sont les premières victimes du commerce de biens de contrefaçon, portant atteinte aux droits de la propriété intellectuelle de détenteurs venant principalement des États-Unis (39 % des saisies douanières), suivis de la France (18 %), de l’Allemagne (16 %), de l’Italie (9.8 %) et de la Suisse (4 %).

Pour brouiller les pistes, les biens contrefaits et piratés empruntent des itinéraires commerciaux complexes, contraignant les autorités répressives à identifier les principaux producteurs et les principales plaques tournantes de ce commerce. Pour ce faire, elles doivent pouvoir s'appuyer sur un large éventail de données, depuis les saisies douanières jusqu’aux informations sur les activités propres aux différents secteurs, et sur des politiques efficaces pour combattre le commerce illicite.

En savoir plus : Global Trade in Fakes, A Worrying Threat

Autres données pertinentes

TwitterFacebookLinkedInEmail