Défis sociaux

Baisse record des flux migratoires

16/12/2021 PNG

Les flux d’immigration permanente dans les pays de l’OCDE ont baissé de plus de 30 % en 2020, pour s’établir à environ 3.7 millions de personnes, soit le niveau le plus bas depuis 2003.

En 2019, les migrations familiales étaient relativement élevées, représentant 1.91 million d’entrées soit 36 % du total des flux migratoires en direction de l’OCDE, mais la pandémie a ramené cette part à environ 31 %. Si les pays de l’OCDE ont accueilli moins de travailleurs immigrés (-24 %) en 2020 qu’en 2019, leur part dans le total des flux migratoires a augmenté d’un point de pourcentage pour s’établir à 15 %. Par exemple, aux Pays-Bas, en France et en Norvège, le nombre de travailleurs immigrés a diminué d’environ un tiers. Aux États-Unis, toutefois, le nombre de nouveaux résidents permanents légaux admis pour des raisons professionnelles n’a guère diminué. Les migrations de travailleurs saisonniers se sont maintenues pendant la pandémie, tandis que les autres migrations temporaires de travailleurs ont nettement chuté.

Les flux migratoires pour raisons humanitaires ont été très perturbés, en particulier en direction des États-Unis et du Canada. On estime que les déplacements au titre de la libre circulation et pour des raisons humanitaires sont passés de 1.8 million de personnes en 2019 à 0.39 million en 2020.

Voir aussi : Perspectives des migrations internationales 2021

TwitterFacebookLinkedInEmail