200 000 doses de vaccin contre la COVID-19 arrivent à Maputo, Mozambique, sur un vol de la TAP. © Camões, I.P., 2021

En pratique

Mobiliser l’expertise de l’ensemble de l’administration portugaise pour faire face à la pandémie de COVID-19

Messages clés

La coopération pour le développement du Portugal s’appuie sur l’expertise de l’ensemble de l’administration et de la société portugaises afin de répondre aux besoins des pays partenaires. Pendant la pandémie de COVID-19, la collaboration établie de longue date entre les ministères sectoriels et des institutions homologues dans les pays partenaires, associée à une coordination interministérielle au niveau des services centraux, a permis au Portugal de répondre rapidement aux demandes des pays partenaires dans une grande variété de domaines.

Défi

Mot-clésBiens et défis mondiaux, Cadre institutionnel, Partenariats, Pays partenaires

Partenaire cléPortugal

Dernière mise à jour08 février 2022

Télécharger PDF

Face à la complexité de nombreux enjeux de développement, les partenaires de développement doivent faire appel aux ressources, aux compétences et au savoir-faire de l’ensemble de leur administration pour atteindre les priorités stratégiques. Mais la coordination de ces différents acteurs et institutions n’est pas toujours aisée. La trajectoire rapide et incertaine des crises, comme celle provoquée par la pandémie de COVID-19, peut rendre les choses encore plus complexes ; d’où la nécessité, pour les partenaires de développement, de se tenir prêts à apporter un soutien varié et dûment coordonné en quelques semaines.

Approche

Début 2020, le Portugal a rapidement mis en place un Plan d'action interministériel pour la réponse sanitaire au COVID-19 afin de répondre aux demandes d’assistance nombreuses et variées de ses pays partenaires, ce qu'il a fait en :

  • Mettant à profit la Commission interministérielle pour la coopération déjà sur pied (Comissão Interministerial para a Cooperação, CIC) pour impliquer divers ministères dans l’élaboration du plan d’action, notamment les ministères des Affaires étrangères, de la Santé, de la Défense nationale, de l’Administration interne, de la Science, de la Technologie et de l’Enseignement supérieur, du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale. Le Portugal a également associé d'autres acteurs entretenant des liens étroits avec ses pays partenaires prioritaires, tels que la Société portugaise des soins intensifs, le Centre scientifique LP (Centro Ciência LP), l’Ordre des pharmaciens, ainsi que les Fondations Aga Khan et Gulbenkian.

  • Adaptant son approche à travers un examen à mi-parcours du plan d’action, réalisé en février 2021, dans le but de s’assurer de sa bonne mise en œuvre. Les résultats ont été présentés aux représentants des pays partenaires du Portugal et contribuent à éclairer les phases ultérieures du plan d’action.

Résultats

  • Les parties prenantes se sont toutes largement approprié le plan d’action. En mettant à profit des dispositifs interministériels, comme la CIC, le Portugal a pu coordonner les différentes initiatives de réponse et s’appuyer efficacement sur les parties prenantes de l’administration et de la société portugaise.

  • L’aide apportée par le Portugal a permis de répondre à une grande diversité de besoins. Les demandes des pays partenaires portaient tant sur du matériel et des fournitures médicales que sur la mise à disposition d’équipes de médecins et de personnels de soins intensifs, ou sur la formation du personnel et des autorités sur le terrain. L’approche collaborative a permis au Portugal de tirer parti de toute l’étendue de l’expertise disponible afin de répondre à ces demandes. En décembre 2021, plus de 30 formations avaient été dispensées (24 en ligne et 6 en présentiel).

  • Les mesures de réponse étaient adaptées à la situation des pays partenaires. Ainsi, lorsque la pandémie a touché l’Angola, l’Institut national des urgences médicales (Instituto Nacional de Emergência Médica, INEM), qui coopère depuis longtemps avec le pays et ses institutions et en a une connaissance approfondie, a été à même d’apporter une réponse efficace et appropriée.

  • Les vaccins ont été fournis en toute transparence. Le plan d’action s’accompagnait d’un engagement politique visant à mettre à la disposition des pays partenaires prioritaires au moins 5 % des vaccins contre le COVID-19 acquis par le Portugal. Les frais de transport étaient initialement pris en charge par le ministère des Affaires étrangères. En octobre 2021, la compagnie aérienne nationale TAP et Camões, I.P., l’agence portugaise de coopération pour le développement, ont signé un accord de partenariat institutionnel, permettant à la TAP de transporter les vaccins à titre gracieux, lorsque cela est possible. Les livraisons de vaccins ont fait l’objet d’annonces régulières, favorisant la transparence. En décembre 2021, environ 4.11 millions EUR de vaccins et de fournitures médicales consommables avaient été livrés aux pays partenaires, dont un don de doses de vaccin représentant 1.97 million EUR, qui a nécessité des efforts de coordination considérables de la part de Camões et des centres de coopération portugais.

Enseignements tirés

  • Une bonne compréhension mutuelle, ainsi que des liens étroits et établis de longue date avec des homologues dans les pays partenaires et les autorités locales facilitent les transactions et offrent une base solide pour apporter une réponse efficace.

  • Utiliser les dispositifs de coordination interministériels existants comme cadre pour la mobilisation des efforts. Au Portugal, l’existence de la CIC, au niveau politique, et de son secrétariat, au niveau technique, a permis au plan d'action de bénéficier d'une large appropriation et d'un soutien à haut niveau.

  • La collaboration est plus facile si elle fait partie intégrante du tissu institutionnel. Pour cela, il convient de mettre en place une équipe pluridisciplinaire dédiée à la collaboration ; de répertorier les incohérences existant au niveau des règles et des procédures en vigueur ; d'utiliser les outils numériques à l’appui de la coordination stratégique en temps réel ; et de clarifier la répartition des tâches. Lorsque cela est possible, l’instauration d’une culture multipartite favorise également l’obtention de résultats durables.

Informations supplémentaires

Camões, I.P., Plano de Ação na resposta sanitária à Pandemia COVID-19, entre Portugal e os PALOP e TL [Plan d’action pour la réponse sanitaire face à la pandémie de COVID-19 entre le Portugal, les pays africains de langue officielle portugaise (PALOP) et le Timor-Leste], non publié.

Camões, I.P., Balanço do Plano de Ação na Resposta Sanitária à Pandemia COVID-19, entre Portugal e os PALOP e TL [Examen du Plan d’action pour la réponse sanitaire face à la pandémie de COVID-19 entre le Portugal, les PALOP et le Timor-Leste], non publié.

Ressources de l’OCDE

OCDE (2022), Examens de l'OCDE sur la coopération pour le développement : Portugal 2022, https://doi.org/10.1787/657fbe73-fr.

OCDE (2020), Development Insights: DAC peer learning brief on working across government, https://one.oecd.org/official-document/DCD/DAC(2020)46/en.

Pour en savoir plus sur la coopération pour le développement du Portugal, voir :

OCDE, « Portugal », dans Les profils de coopération au développement, https://doi.org/10.1787/12c61cf7-en.

TwitterFacebookLinkedInEmail