Biocarburants - Perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO 2011-2020

 

Biofuels - OECD-FAO Agricultural Outlook 2011-2020 | Français

La production de biocarburant continuera d’absorber une part importante de la production mondiale de céréales, de sucre et d'huiles végétales, tout au long de la période considérée par cette édition des Perspectives Agricoles.

>> Base de données : Biocarburants

>> Situation du marché et principaux éléments des projections

>> Matières premières utilisées dans la production des biocarburants

 

 

 

>> Voir la base de données pour les biocarburants

 Situation du marché

Les prix mondiaux du bioéthanol* ont augmenté de plus de 30 % en 2010, dans le contexte d'une nouvelle flambée de prix des matières premières utilisées dans la production de bioéthanol, principalement le sucre et le maïs, et d'une fermeté des prix des énergies. Cette situation est en net contraste avec la période de 2007-08, qui a vu les prix du bioéthanol évoluer à un rythme inférieur à celui des prix des denrées et un recul des marges bénéficiaires du bioéthanol. En 2010, pour la première fois, les EU sont devenus exportateurs nets de bioéthanol tandis que, parallèlement, le Brésil a réduit ses exportations considérablement, dans le contexte d'une montée en flèche des prix du sucre brut et d'un bioéthanol à base de maïs relativement plus compétitif, comparé aux années précédentes.

Les prix mondiaux du biodiesel** ont grimpé en 2010, sur toile de fond d'une augmentation des prix de l'huile de colza et d'autres huiles végétales, et de prix du pétrole brut élevés. Cette augmentation de prix est plus réduite, comparativement, que celle du bioéthanol, compte tenu du fait que les prix du biodiesel sont restés relativement fermes en 2009, comparés aux prix mondiaux du pétrole brut et des huiles végétales

* Brésil, Sao Paulo (en sortie de raffinerie).
** Prix à la production, Allemagne, net de droits de douane.

 

 Principaux éléments des projections

  • Les prix mondiaux du bioéthanol et du biodiesel devraient continuer à remonter en 2011. Sur la période visée par les Perspectives, les prix du bioéthanol et du biodiesel devraient rester fermes, compte tenu de la mise en œuvre de politiques énergétiques visant à promouvoir l'utilisation des biocarburants, et des prix du pétrole brut qui devraient se maintenir à des niveaux élevés. D'après les projections, la production mondiale de bioéthanol et de biodiesel progressera rapidement au cours de la prochaine décennie.

  • Les EU conserveront leur place de premier producteur et consommateur de bioéthanol. Compte tenu de la baisse prévue des prix du sucre brut, le bioéthanol à base de canne à sucre deviendra plus compétitif qu'en 2010 et les exportations en provenance du Brésil devraient se rétablir dans les premières années de la période visée par les Perspectives. L'Union Européenne sera de loin le plus grand producteur et utilisateur de biodiesel. Certains pays en développement (Argentine, Malaisie et Thaïlande), pourraient jouer un rôle important en termes d'exportations de biodiesel.

  • Les projections de production de biocarburant dans de nombreux pays en développement sont assez incertaines, leur production n'ayant quasiment pas augmenté ces dernières années. La culture de nouvelles matières premières, comme le jatropha ou le manioc, ne se prête pas encore à une production de biocarburant à grande échelle.

 

 Matières premières utilisées dans la production des biocarburants

La production de biocarburant continuera d’absorber une part importante de la production mondiale de céréales, de sucre et d'huiles végétales, tout au long de la période considérée par les Perspectives. D'ici 2020, 12 % de la production mondiale de céréales secondaires seront consacrés à la production de bioéthanol, comparés à 11 % en moyenne durant la période 2008-10, 16 % de la production mondiale d'huiles végétales seront consacrés à la production de biodiesel, comparés à 11 % en moyenne durant la période 2008-10, et 33 % de la production mondiale de sucre seront utilisés, comparés à 21 % en moyenne sur la période 2008-10. Au cours de la période de projection, 21 % de l'augmentation de la production mondiale de céréales secondaires, 29 % de l'augmentation de la production mondiale d'huiles végétales et 68 % de l'augmentation de la production mondiale de canne à sucre devraient être consacrés aux biocarburants.

Dans les projections de croissance de la production de bioéthanol par type de matière première utilisée, le maïs et la cane à sucre devant rester les principales au cours de la décennie à venir. D’ici 2020, 44% du bioéthanol mondial devrait être produit à partir de céréales secondaires et 36% à partir de cane à sucre, la production d’éthanol cellulosique ne représentant que 5%.

S'agissant des pays développés, la part du bioéthanol dérivé du maïs dans la production globale de bioéthanol devrait reculer de 89 % en moyenne, au cours de la période 2008-10, à 78 % en 2020. Le bioéthanol dérivé du blé devrait représenter 6 % de la production globale de bioéthanol des pays développés, par rapport à 3% durant la période de référence, cette croissance étant surtout le fait de l'UE. Le bioéthanol dérivé de la betterave sucrière devrait correspondre à environ 4 % de la production totale de bioéthanol sur toute la période de projection. A partir de 2017, dans les pays développés, la production de bioéthanol cellulosique devrait jouer un rôle de plus en plus important, jusqu'à atteindre 8 % environ de la production totale de bioéthanol d'ici 2020.

Dans les pays en développement, plus de 80 % du bioéthanol produit en 2020 devrait être dérivé de la canne à sucre, du fait de la suprématie du Brésil en tant que producteur de bioéthanol. D'après les projections, le bioéthanol à base de racines et de tubercules, comme le manioc, ne devrait représenter que 4 % environ de la production totale. Le tableau est tout autre si on fait abstraction du marché brésilien du bioéthanol. Dans ce cas, la part du bioéthanol à base de mélasses dans la production totale de bioéthanol du monde en développement passerait à 40 % et les parts respectives du bioéthanol à base de sucre de canne et du bioéthanol à base de céréales secondaires à 17 %.

La part du bioéthanol dérivé de racines et de tubercules serait alors également beaucoup plus élevée (15 %). En particulier, la culture du manioc à des fins de production de bioéthanol pourrait présenter un fort potentiel dans le monde en développement. Quoi qu'il en soit, les coûts de production élevés et les structures de production à petite échelle, surtout en comparaison à la canne à sucre, font actuellement obstacle à une expansion significative de cette filière.


Dans les projections de croissance de la production de biodiesel, ventilées entre les diverses matières premières utilisées, plus de 75% de la production mondiale de biodiesel devrait être faite à partir d’huile végétale en 2020, le jatropha ne représentant que 7%.  Dans les pays développés, la part du biodiesel à base d'huile végétale, dans la production totale de biodiesel, devrait baisser de 85 % en moyenne en 2008-10, à 75 % en 2020.

Le biodiesel obtenu à partir de sources non agricoles, comme les graisses et le suif, ainsi qu’à partir d’huiles usagées et de sous-produits de la production d'éthanol, devrait représenter autour de 15 % du biodiesel produit par le monde développé au cours de la période de projection. La production de biodiesel de deuxième génération devrait s'accroître dans les pays développés à partir de 2018 jusqu'à représenter environ 10 % de la production mondiale de biodiesel en 2020.   

La matière première utilisée essentiellement dans le monde en développement sera toujours l'huile végétale, à base d'huile de palme ou de soja. Ceci entraînera une forte augmentation de la production en Argentine et au Brésil, où le biodiesel est produit avant tout à partir d'huile de soja. Le jatropha ne devrait représenter que 10 % (19 % si on fait abstraction du Brésil et de l'Argentine) du biodiesel produit en 2020 dans le monde en développement, en raison de la lente progression des capacités de production.

L'huile de colza restera d'importance secondaire dans la production de biodiesel dans les pays en développement, à l'exception du Chili, où les conditions climatiques se prêtent à la culture du soja. La production de biodiesel à partir d'huile de colza devrait également s'accroître dans certains pays en transition comme l'Ukraine et le Kazakhstan.

De moindre importance, d'un point de vue mondial, mais notable d'un point de vue national, la production de biodiesel à partir de suif au Paraguay et en Uruguay, résultant de leurs filières de l'élevage très développées, est à signaler.   



>> Lire le chapitre complet des Perspectives sur les biocarburants (pdf, 725 KB)

Voir aussi:

Céréales

Blé, riz, maïs...

Biofuels - OECD-FAO Agricultural Outlook 2011-2020

Viande

Bovine, porcine, ovine, volaille

Produits laitiers

Beurre, lait, fromage, lait entier/écrémé en poudre,  

Oléagineux

Graines oléagineuses, tourteaux d'oléagineux, huiles végétales

Pêche

Pêche, aquaculture

Sucre

Sucre brut, sucre raffiné