République tchèque

L’économie tchèque est florissante, mais il est vital de donner un coup de pouce aux niveaux de qualification et de productivité, amorcer la transition vers un modèle productif a faible émission de carbone pour une croissance durable et inclusive

 

16/07/2018 - L’économie tchèque est florissante, affichant des taux d’emploi solides, des exportations en hausse et une dette publique en repli. Selon deux nouveaux rapports de l’OCDE, les efforts doivent désormais porter en priorité sur l’amélioration des compétences et l’innovation pour accroître l’offre de main-d’œuvre et la productivité, réduire d’avantage la pauvreté et les inégalités, et verdir l’économie.

 

Selon l’Étude économique de la République tchèque que publie l’OCDE, les niveaux de vie moyens s’améliorent progressivement, avec un PIB par habitant qui a atteint 82 % de la moyenne de l’OCDE et 88 % de la moyenne de l’UE en 2017. 

 

Selon les estimations, la croissance devrait ressortir à 3.8 % en 2018 et 3.2 % en 2019, accompagnée dedéficits de main-d’œuvre qui la feront ralentir par rapport à son niveau de 2017, qui s’élevait au taux de 4.6 %. 

 

Selon les estimations, la croissance devrait ressortir à 3.8 % en 2018 et 3.2 % en 2019, accompagnée dedéficits de main-d’œuvre qui la feront ralentir par rapport à son niveau de 2017, qui s’élevait au taux de 4.6 %. 

 

« L’économie tchèque est en pleine expansion, mais les déficits de main-d’œuvre et de qualifications pourraient générer des goulets d’étranglement susceptibles de freiner la croissance future », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría, à l’occasion de la présentation de l’Étude à Prague, au côté du Premier ministre Andrej Babiš. « La valorisation et l’actualisation des compétences professionnelles constitueraient une stratégie gagnant-gagnant pour la croissance inclusive car elle permettrait d’améliorer la qualité des emplois , le niveau des salaires et du bien-être, en même temps que la production économique ». (Lire le texte complet de l’allocution).

   

Voir les données en Excel 

Une plus grande flexibilité des heures de travail et une tarification plus abordable des services de garde d’enfants pourraient aider à relâcher les tensions sur le marché du travail en augmentant la proportion de femmes en activité, en particulier celles avec des enfants en bas âges. De même, les tensions que fait peser une société vieillissante pourraient être allégées en indexant l’âge de la retraite sur l’espérance de vie et en élargissant le financement des dépenses de santé et de dépendance. La république tchèque figure parmi celles qui vieillissent le plus rapidement en Europe, avec un ratio retraités/actifs qui, de 28 % en 2016, devrait culminer à 56 % en 2058. Les dépenses liées au vieillissement constituent 43 % du budget de l’État et pourraient atteindre 75 % en l’absence de toute intervention. Diverses mesures sont recommandées dans l’Étude : une meilleure gestion des hôpitaux, la coordination des soins primaires et un barème de rémunération plus incitatif pour améliorer la pérennité financière du système de santé.

 

Un nouvel Examen environnemental de la République tchèque, également présenté lors de la visite du Secrétaire général Angel Gurría à Prague montre les progrès que le pays a accompli en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de substitution partielle du charbon, prédominant dans le mix énergétique, par le nucléaire et les renouvelables. Cela étant, selon les auteurs de l’Examen environnemental, une volonté politique plus forte en faveur d’une économie  à faible émission de carbone sera nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques à long terme ainsi que celles de l’accord de Paris.

 

L’économie tchèque figure parmi les plus carbonées qui soient dans l’OCDE, à cause de l’importance de son secteur des industries lourdes et de sa dépendance au charbon. Située au quatrième rang depuis le bas du classement, la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité est faible. La qualité de l’air constitue un autre défi, avec un taux de décès prématurés du fait de la pollution de l’air ambiant de 633 par million d’habitants, soit deux fois plus environ qu’en moyenne dans l’OCDE.

 

Enfin, cet Examen environnemental recommande à la République tchèque de mettre sa politique énergétique en conformité avec sa politique de lutte contre le changement climatique et avec l’Accord de Paris. Il conviendrait également d’ajuster le niveau et l’application des taxes sur l’énergie de telle sorte que le prix du carbone ait un sens. Enfin, des mesures devraient également être prises pour éviter la mise en décharge des déchets et accroître la densité urbaine dans une optique de développement durable.

 

Télécharger l’Étude économique de la République tchèque (en anglais seuelement)

Télécharger l’Examen environnemental de la République tchèque (en anglais seuelement)

Télécharger un résumé de l’Examen environnemental (en anglais seuelement).

 

Une Synthèse, reprenant les principales conclusions de l’Étude économique, est librement consultable sur le site web de l’OCDE, à l’adresse suivante : www.oecd.org/economy/surveys/economic-survey-czech-republic.htm. Vous êtes invités à faire figurer ce lien hypertexte dans les articles consacrés à cette publication.  

 

Pour de plus amples informations sur l’une ou l’autre de ces publications, veuillez-vous adresser à la Division des médias de l’OCDE (+33 1 4524 9700).

 

Coopérant avec plus d'une centaine de pays, l'OCDE est un forum stratégique international qui s'emploie à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien-être économique et social des populations dans le monde entier. 

 

Documents connexes