Partager

Direction de la Science, de la technologie et de l'innovation

Principaux indicateurs de la science et de la technologie

 

Dernière mise à jour: PIST 2020/1 (août 2020)
Prochaine mise à jour : PIST 2020/2 (février 2021)

Lien direct vers la base PIST

Adresse courte de cette page: http://oe.cd/msti

 

L’intensité de R-D – dépenses de recherche-développement (R-D) en pourcentage du Produit Intérieur Brut (PIB) – dans la zone OCDE est passée de 2.34% en 2017 à 2.38% en 2018, selon les dernières données de l’OCDE publiées le 5 août 2020 dans les "Principaux indicateurs de la science et de la technologie". Cette hausse, comparable à celle de 2017, provient d’une croissance réelle des dépenses de R-D (+3.9%) supérieure à celle du PIB (+2.3%). La zone OCDE n’avait pas connu une telle croissance cumulée sur deux ans (2016-18) depuis la crise financière de 2008. L’intensité de R-D a augmenté en 2018 dans la majeure partie des pays de l’OCDE, à quelques exceptions près, comme le Canada et la Suède notamment, où les dépenses de R-D ont stagné. Les États-Unis, le Japon, l’Allemagne et la Corée ont fortement contribué à la hausse de l’intensité de R-D dans la zone OCDE. L’intensité de la R-D dans l’Union Européenne (UE28) a dépassé pour la première fois les 2% (passant de 1.98% à 2.03%), principalement stimulée par la hausse en Allemagne, au Royaume-Uni et en Pologne. En 2018, Israël et la Corée se maintiennent aux deux premières places de l’OCDE, avec des intensités de R-D de 4.9% and 4.5%, respectivement.

 

 

En 2018, les dépenses de R-D dans l’OCDE ont augmenté de 3.9% (en termes réels), stimulées principalement par le secteur des entreprises qui a contribué à plus de 75% de cette hausse. Dans le secteur des entreprises, qui représente à lui seul 71% du total des dépenses de R-D de l’OCDE, la hausse de la R-D a atteint 4.2% en 2018. Dans le secteur de l’enseignement supérieur, les dépenses de R-D ont cru de 2.6%. Dans le secteur du gouvernement, la hausse des dépenses de 4.4% est la plus forte observée depuis 2001. Cependant, les dépenses de R-D des institutions gouvernementales ne dépassent que de 13% leur niveau d’avant-crise – soit le même niveau qu’en 2010 - et ne représentent plus que 10% des dépenses totales de R-D de l’OCDE. Les secteurs de l’enseignement supérieur et des entreprises, quant à eux, voient leurs dépenses de R-D s’établir à un niveau 27% et 34% (respectivement) supérieur à celui de 2007.

 

En 2018, les pays de l'OCDE réalisant le plus de R-D étaient la France, les États-Unis, le Japon, l'Allemagne et la Corée. A l'instar d'autres statistiques de l'OCDE, PIST fournit des indicateurs comparables entre pays exprimés en parité de pouvoir d'achat (PPA). Les PPA permettent de refléter le coût relatif des composantes du PIB et d'éviter les fluctuations de marché qu'une conversion en monnaie commune engendre. Elles sont cependant sujettes à des révisions. En tenant compte de la toute dernière publication des PPA (référence 2017 - mai 2020) par le programme de comparaison internationale, la Chine confirme son deuxième rang mondial en matière de R-D, atteignant un niveau de dépenses équivalent à 80% de celui des États-Unis, contre 26 % en 2005. Comparé à la dernière mise à jour de PIST en février, où la R-D de la Chine s'établissait à 95% de celle des USA en 2018, l'écart est maintenant plus prononcé car les PPA révisées font apparaître un coût relatif de la R-D plus important. Cela s'explique par le fait que le prix relatif des investissements était sous-estimé avant la révision des PPA.

 

 

 

Les dernières données budgétaires, qui représentent les montants de crédits publics alloués à la R-D par les gouvernements (plutôt que les dépenses comptabilisées par les exécutants de R-D) montrent une évolution de +1.5% en termes réels en 2019 dans l’OCDE. Cela a fait suite à une forte augmentation en 2018 (+5.5%) qui avait rehaussé le niveau des budgets publics de R-D au-delà de leur précédent pic de 2009. Les données sur les financements de la R-D par le gouvernement n’incluent pas le coût des dispositifs fiscaux en faveur de la R-D (comptabilisés en dehors des budgets de R-D) destinés aux entreprises, quand ils existent. Le poids de ces dispositifs a considérablement augmenté durant ces dernières années (voir http://oe.cd/rdtax), les rendant dans certains pays plus significatifs que les financements directs. 

 

Une présentation détaillée de l'édition précedente (février 2020) est aussi disponible (pdf en anglais).

 

À propos de PIST

La base de données PIST présente un jeu d'indicateurs reflétant le niveau et la structure des efforts menés dans les domaines de la science et de la technologie, par les pays de l'OCDE et par sept économies non-membres : Afrique du Sud, Argentine, Chine, Fédération de Russie, Roumanie, Singapour, Taipei chinois. Il s'agit de résultats définitifs ou provisoires, et de prévisions établies par les gouvernements. Les indicateurs couvrent plus particulièrement les ressources consacrées aux activités de recherche-développement, les familles de brevets et le commerce international dans les industries intenses en R-D.


Les indicateurs sur les dépenses, les budgets et le personnel consacrés à la R-D sont calculés à partir des données de la base de l’OCDE sur les Statistiques de la Recherche et Développement (SRD). Cette dernière est basée sur les données fournies à l’OCDE et Eurostat dans le cadre de la collecte commune OCDE/Eurostat sur les ressources consacrées à la R-D.


Les sources des autres indicateurs incluent les bases de données sur les Brevets et le commerce bilatéral des biens par industrie et catégorie d'utilisation finale (BTDIxE). 

Cette base de données présente des séries temporelles qui se terminent avant le retrait du Royaume-Uni de l’Union Européenne (UE) le 1er février 2020. L’agrégat UE28 présenté ici renvoie par conséquent à l’UE y compris le Royaume-Uni. Dans les prochaines publications, dès que les principaux agrégats annuels présentés pour l’UE seront disponibles pour la première fois pour la période ultérieure au retrait du Royaume-Uni, l’agrégat de “l’Union européenne“ changera pour refléter la nouvelle composition des pays de l’UE. Les lecteurs intéressés peuvent consulter le site d’Eurostat pour plus d’informations sur la dissémination des agrégats de l’UE par Eurostat ainsi que la base de données d’Eurostat qui inclut les séries de l’UE.

 

Accès aux données 

La version électronique est disponible via le service de diffusion des données de l'OCDE. Une fois sur OECD.stat, il est possible de télécharger les tables MSTI en Excel en cliquant sur “exportez” puis “fichiers connexes”.La base PIST est aussi disponible sur OECDiLibrary.

La base de données des Sources et Méthodes sur la R-D et les CBPRD de l'OCDE contient les métadonnées liées aux séries présentées dans PIST et SRD.

 


Liens utiles

 

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)