Economie de l'Internet

Réunion ministérielle de l’OCDE sur le futur de l’économie Internet

 

Allocution d’ouverture d’Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE


17 juin 2008, Séoul (Corée)


Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres, Excellences, Mesdames et Messieurs :
« Ahn young hah shim knee kah » (Formule de salutation en coréen).


C’est pour moi un grand honneur d’ouvrir cette Réunion ministérielle de l’OCDE sur le futur de l’économie Internet, notre première réunion ministérielle de l’OCDE à se tenir en Asie.


C’est également un plaisir de le faire en Corée, pays où les technologies de l’information et l’Internet jouent un rôle de premier plan. C’est l’un des pays où la connectivité haut débit est la plus forte du monde.


Les marchés financiers ont été touchés par la crise des sub prime, les prix de l’énergie et des produits alimentaires ont flambé, la croissance faiblit. Dans une telle période, nous avons tendance à nous concentrer sur le court terme et à nous retirer dans nos coquilles nationales.


Mais c’est exactement dans des périodes comme celle-ci que les décideurs doivent faire le contraire – il nous faut regarder vers l’avenir, appréhender les changements structurels fondamentaux en cours et nous repositionner pour tirer parti des opportunités.


Il y a dix ans, l’Internet et la politique des TIC apparaissaient essentiellement comme un problème d’infrastructure. Aujourd’hui, l’économie Internet occupe une place de plus en plus grande dans la vie de chacun de nous. L’intégration des TIC dans pratiquement tous les aspects de l’activité économique et des échanges sociaux crée une économie fondée sur le numérique qui génère croissance et prospérité.


L’Internet est devenu une technologie qui, comme l’électricité, transforme tout ce que nous faisons, que ce soit dans :

  • la conduite de l’activité économique ;
  • les relations entre producteurs et consommateurs ;
  • les modalités de l’innovation ;
  • ou nos interactions les uns avec les autres et avec nos gouvernements.


L’OCDE aide les pays à améliorer leurs performances économiques et leur bien être social.


Riche de 25 années d’expérience dans l’étude des questions liées aux TIC et d’une capacité croissante à promouvoir le dialogue entre pays développés et pays en développement, l’OCDE peut être une plateforme idéale pour transformer l’Internet en un outil efficace pour que l’économie mondiale fonctionne mieux.


L’Internet est déjà une force sociale et économique remarquable. Le monde compte quelque 1.3 milliard d’internautes. L’économie Internet assure quelque 20 % du PIB de la zone OCDE. Les échanges mondiaux de biens des TIC ont représenté près de 2 billions de dollars des États Unis en 2006. C’est dans l’Internet que réside la croissance future.


Mais c’est précisément parce que l’économie Internet est devenue un puissant moteur de croissance économique qu’il nous faut sécuriser son avenir et les décideurs ne peuvent se permettre de relâcher leur vigilance.


Un certain nombre de « points de tension » sont apparus en relation avec l’économie Internet. Les contraintes sur le système ne sont pas vraiment de nature technique. Les problèmes touchent avant tout l’économie, la politique, et l’élaboration des stratégies adéquates pour mieux exploiter tout le potentiel de l’Internet. Nous devons œuvrer ensemble pour guider le développement de cette plateforme au service de la croissance, de l’innovation et de la communication sociale.


Comment pouvons nous tirer parti de cet outil formidable pour améliorer le monde dans lequel nous vivons ? Comment pouvons nous promouvoir la convergence, la créativité et la confiance – thème de cette réunion ?


Je voudrais esquisser quelques idées pour aider à répondre à la question.


Avant tout, nous devons mesurer et évaluer les véritables dimensions de cette évolution en nous appuyant sur des statistiques fiables, afin que nos politiques reposent sur des bases solides. Malgré de nombreuses années d’analyse, l’Internet, par ses impacts économiques et sociaux, continue presque quotidiennement de surprendre même les experts.


Nous devons mieux comprendre l’usage de la technologie, la convergence, et les répercussions qui en découlent pour la réglementation.


Aujourd’hui, les internautes chargent toutes les minutes une dizaine d’heures de vidéo sur YouTube. Plus de 300 millions de personnes communiquent via Skype tandis que Facebook, MySpace et Second Life transforment virtuellement les relations humaines, créant ainsi à la fois des opportunités et des risques. Ce sont là les nouveaux espaces dans lesquels se produit le changement social.


Deuxièmement, nos politiques publiques doivent s’adapter et réagir à ces réalités.


Nous devons diriger nos politiques éducatives vers l’utilisation de l’Internet. Pour que les sociétés tirent tout le parti de la révolution des TIC, il faudra que la grande majorité des citoyens disposent des compétences nécessaires pour participer à l’économie du numérique. Il sera crucial de promouvoir les nouvelles formes d’engagement civique et d’aider les consommateurs à se prendre en charge.


Il est de même indispensable de soutenir l’Internet comme plate forme d’éducation et d’innovation  une plate forme ouverte abaissant de façon spectaculaire les obstacles à la créativité, à l’expérimentation et à la collaboration. Ainsi, la coopération scientifique nécessite impérativement un maillage dense de réseaux de recherche à haut débit. De même, les capteurs et les réseaux auront des impacts économiques et sociaux croissants.


Par ailleurs, nous devons promouvoir la concurrence tout en protégeant et en sécurisant cette infrastructure critique. La cybercriminalité est devenue une industrie de plusieurs milliards de dollars ; elle continuera de croître si nous ne la stoppons pas. La protection de la vie privée est un sujet de préoccupation croissant dans la mesure où les données individuelles sont devenues la monnaie de l’économie Internet.


Mais je voudrais aussi rappeler un dernier facteur, non moins important, celui de l’intégration. Pour raccorder les prochains milliards d’internautes des années à venir et leur permettre de récolter les fruits de cette évolution, nous devons progresser plus rapidement dans la réduction de la fracture numérique au niveau national et international.


L’Internet peut aussi être utilisé plus efficacement pour relever d’autres défis mondiaux d’une complexité et d’une urgence croissantes, comme le vieillissement démographique, le changement climatique et la prévention des conséquences des catastrophes naturelles.


Nous devons faire de cette Ministérielle une réunion historique ; celle ci doit imprimer un puissant élan à notre quête pour faire de l’Internet un catalyseur du progrès humain. Il s’agit de formuler une vision commune, à même de nous guider.


Nous ne pouvons et ne devons laisser ces évolutions et politiques au hasard. Les enjeux sont trop importants.


L’adoption de la Déclaration de Séoul sur le futur de l’économie Internet par les pays participant à cette réunion constituera un important point de départ, que nous devrons prolonger par notre action : avec des décisions, des politiques et des changements.


Une OCDE nouvelle, plus ouverte et fédératrice peut jouer un rôle important en contribuant à la concrétisation de ces changements.


Je vous remercie beaucoup « Kahm sahm knee dah ».

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe
  • Topics list