Economie de l'Internet

La diffusion des TIC dans les entreprises : examens collectifs par pays

 

L’Étude de l’OCDE sur la croissance a conclu que les technologies de l’information et des communications (TIC) constituaient un facteur déterminant de la productivité et de la croissance. Cette série d’examens collectifs de la diffusion des TIC dans les entreprises, réalisée par le Groupe de travail sur l’économie de l’information, donne suite à la demande adressée par le Conseil des Ministres de l’OCDE à l’Organisation d’intensifier le suivi de la mise en œuvre par les pays membres des recommandations formulées dans l’Étude de l’OCDE sur la croissance. Les rapports ci après font le point sur la diffusion des TIC dans les entreprises des pays étudiés et décrivent les politiques mises en œuvre auparavant et actuellement pour favoriser l’adoption des TIC dans les entreprises.
Des rapports sont actuellement disponibles sur le Danemark, la Finlande, l’Italie, la Corée, la Norvège, la Suisse et les Pays Bas. On trouvera ci après de brefs résumés ainsi que des liens permettant de télécharger les rapports correspondants.
• Les Pays Bas possèdent une bonne infrastructure de TIC, ont adopté une orientation cohérente axée sur le marché et mènent une politique budgétaire prudente, ce qui devrait permettre aux autorités néerlandaises de disposer d’un cadre stable pour mener des politiques plus ciblées en faveur des TIC. Selon les recommandations formulées par l’OCDE dans son examen des Pays Bas, les politiques de diffusion, pour accélérer le processus, devraient : faire une place plus importante au renforcement de l’entrepreneuriat dans le domaine des TIC et à l’amélioration du capital humain, et accorder une plus grande attention aux compétences en TIC ; favoriser la R D liée aux TIC et renforcer les liens entre la recherche et l’industrie ; développer les initiatives visant à améliorer l’information des entreprises et les services consultatifs qui s’adressent aux PME, en particulier en ce qui concerne les applications plus complexes des activités en ligne ; renforcer les efforts déployés récemment pour améliorer la transparence de l’action publique et mener des évaluations systématiques des mesures mises en œuvre ; et réévaluer le rôle du secteur public et la priorité accordée à la création et à l’utilisation de contenus numériques.
• Le Danemark peut compter sur une très bonne infrastructure de télécommunications.  Les TIC y sont très largement diffusés dans les entreprises et dans la population en général. Le gouvernement en reconnaît l’importance pour atteindre l’objectif qu’il s’est fixé de renforcer le Danemark en tant que société du savoir. Le principe qui guide sa stratégie globale en matière de TIC est que l’évolution doit principalement reposer sur l’initiative privée et les mécanismes de marché. Les autorités publiques ont pour rôle de remédier aux défaillances du marché et de créer le cadre le plus propice possible pour les entreprises et les citoyens. Elles accordent un degré élevé de priorité à l’éducation et à la recherche dans le domaine des TIC et mènent une politique novatrice dans des secteurs particuliers tels que l’administration électronique et les signatures numériques. Cependant, la structure industrielle comporte une forte proportion de petites et moyennes entreprises, ce qui complique l’élaboration des politiques. Le rapport recommande de miser sur les atouts dans le domaine des TIC et de renforcer la priorité accordée à l’établissement d’objectifs quantitatifs, à la promotion de normes communes, à l’amélioration de l’offre de capital-risque, aux industries de services et à l’amélioration de l’évaluation.
• La Finlande est bien engagée dans la phase de diffusion de la courbe en S qui décrit l’utilisation des TIC dans les entreprises (voir Perspectives des technologies de l’information de l’OCDE 2004). L’« état de préparation » de base des entreprises aux TIC se situent bien au dessus de la moyenne de l’OCDE et les investissements dans les TIC, à la fois en équipement et en compétences, demeurent importants. Cependant, les bons résultats obtenus jusqu’ici masquent peut être certains problèmes, notamment des écarts sectoriels importants dans la productivité liée aux TIC ainsi que la lente pénétration, par exemple, des nouvelles technologies sans fil dans les entreprises.
• Italie : Les caractéristiques structurelles de l’économie italienne ont un poids déterminant sur les politiques de diffusion des TIC dans les entreprises italiennes. Le degré et la rapidité de diffusion des nouvelles technologies sont déterminés par la répartition sectorielle de l’industrie, la petite taille des entreprises, et des disparités régionales importantes en ce qui concerne la structure et les ressources industrielles. Globalement, l’infrastructure de télécommunications est de bonne qualité, la croissance de l’Internet et du haut débit s’est accélérée et l’informatisation progresse, malgré la médiocrité des résultats économiques récents et le resserrement des budgets publics. On note cependant un certain nombre de contraintes qui pèsent sur l’environnement de l’entreprise et sur les politiques visant à y améliorer la diffusion des TIC et les performances.
• La Corée est confrontée au défi de parvenir, à partir d’une très grande disponibilité des nouvelles infrastructures des TIC, à en assurer l’utilisation efficace et à concrétiser les avantages économiques de la diffusion des TIC dans les entreprises. Elle a enregistré une très forte croissance de l’économie et de la productivité du travail, tirée par le secteur manufacturier, et plus récemment par les industries manufacturières à forte intensité de R D, et affiche une forte activité de R D dans les industries des TIC. En termes de diffusion des TIC dans l’ensemble de l’économie, l’état de préparation de base en ce qui concerne les télécommunications et les ordinateurs se situe environ dans la moyenne de l’OCDE, bien que la Corée occupe incontestablement le premier rang mondial en matière d’infrastructures haut débit et enregistre des niveaux élevés d’utilisation chez les consommateurs. Cependant, la diffusion dans les entreprises semble inégale malgré des progrès rapides, l’investissement dans les TIC et l’utilisation de ces technologies demeurent proches de la moyenne de l’OCDE en général, et l’impact des TIC sur les entreprises pourrait être plus faible que prévu. Cela s’explique en partie par la répartition par taille des entreprises coréennes, dont les petits et très petits établissements constituent une part très importante et emploient environ le tiers de la main d’œuvre totale. Moins d’une petite entreprise sur deux est dotée d’un ordinateur et d’un accès Internet, et les plus petites, même lorsqu’elles en possèdent, ne les utilisent souvent pas dans leurs opérations et processus d’entreprise. Les petites entreprises n’exploitent pas pleinement l’environnement haut débit perfectionné qu’elles ont à leur disposition, pour des raisons liées notamment à la méconnaissance et au manque de personnel qualifié et de services spécialisés.
• Norvège : La Norvège a une solide tradition d’investissement dans les TIC, très largement adoptées et utilisées. Elle possède un bassin de compétences spécialisées et des entreprises souvent directement ou indirectement liées aux secteurs dominants que sont l’exploitation offshore, les transports maritimes, la construction et les infrastructures. Les autorités ont adopté une orientation cohérente, fondée sur les mécanismes de marché, ainsi qu’une politique budgétaire prudente, qui constitueraient idéalement un cadre stable pour mettre en œuvre des politiques plus ciblées en faveur des TIC. Le gouvernement norvégien accorde un degré élevé de priorité à l’éducation ainsi qu’à la rentabilité du secteur public, ainsi qu’une importance primordiale à la nécessité d’assurer la transition vers une économie à forte intensité de savoir une fois que les ressources pétrolières et gazières seront épuisées. Cependant, les entreprises tardent à pleinement tirer parti des TIC, notamment dans de vastes segments du secteur manufacturier, et il y a lieu de croire que la mise en œuvre des TIC de pointe est plus lente en Norvège que dans les pays nordiques voisins, que l’innovation industrielle y est moins dynamique et que les compétences spécifiques nécessaires au développement des activités en ligne sont insuffisantes.
• La Suisse est parvenue à un stade avancé sur la courbe de diffusion de l’utilisation des TIC dans les entreprises. L’état de préparation de base (voir Perspectives des technologies de l’information de l’OCDE 2004) est très bon, le matériel nécessaire est en place, à la fois pour les technologies de l’information et celles des communications. Cependant, la diffusion est inégale et l’impact des TIC sur les entreprises pourrait être plus faible que prévu au regard des niveaux moyens d’équipement et de diffusion. En ce qui concerne l’adoption des technologies entièrement nouvelles et leur utilisation dans les entreprises, la Suisse apparaît davantage comme un pays qui suit l’exemple des autres plutôt que comme un pionnier, malgré sa base technologique très solide. Se pose alors la question de savoir si les entreprises suisses font le meilleur usage des technologies, non seulement en ce qui concerne l’introduction du matériel, mais également les processus de réorganisation et les modèles d’entreprise, pour tirer pleinement parti des technologies. Etant donné le degré de pénétration relativement faible des ordinateurs dans les établissements scolaires et les ménages, il existe peut être des blocages en termes de compétences et de connaissances en TIC qui pourraient devenir des obstacles à l’adoption efficace des TIC dans les entreprises. Les politiques industrielles menées par le gouvernement fédéral sont en général axées sur la mise en place du cadre propice et reposent sur l’amélioration des flux d’information, la rationalisation des procédures et des programmes de démonstration. À cet égard, les prochaines étapes pourraient être de préciser les objectifs communs, les obstacles à surmonter et les mesures à mettre en œuvre pour améliorer les performances.

 

Related Documents

 

Perspectives des technologies de l'information de l'OCDE 2004

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe
  • Topics list