Prestations et questions sociales

Tracer le chemin du progrès, créer des perspectives, améliorer la vie

 

Allocution d’ouverture d’Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE au 3ème Forum mondial de l’OCDE « Statistiques, connaissances et politiques » 
27 octobre 2009, Busan, Corée


Mesdames et Messieurs,


Nous sommes ici pour parler du progrès. Nous l’associons souvent à l’intensification des relations entre les individus, les entreprises et les pays, avec le dialogue international, la coopération et les alliances. En d’autres termes, avec la mondialisation, considérée comme l’un de ses moteurs. Mais sommes-nous  parvenus à un progrès réel et durable ? Quelle est la signification du progrès au XXIè siècle ?

La mondialisation engendre des opportunités immenses, mais elle ne bénéficie pas à tout le monde. Elle a aussi des répercussions sociales non négligeables et, comme n’importe quel autre processus de changement, elle donne lieu à de nouveaux risques et à de nouvelles tensions. L’OCDE a récemment publié un rapport où elle tente de répondre à la question : croissance et inégalités ? Cette interrogation est essentielle, car les inégalités persistantes et croissantes de revenus et de ressources portent atteinte à la cohésion sociale et sont susceptibles d’appauvrir la société. Cela vaut à l’échelle nationale aussi bien qu’internationale, certains pays en développement étant de plus en plus laissés pour compte.

L’un des principaux enjeux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui réside dans l’écart entre ce que disent les statistiques officielles au sujet de la situation économique et l’idée que se font les  individus de leurs propres conditions de vie. Nous nous rapprochons, espérons-le, de la fin de la récession, mais le fossé était déjà manifeste au moment où l’économie se portait « bien », et il se peut qu’il se creuse aujourd’hui encore. Le PIB augmentait, mais la plupart des gens ne se sentait pas nécessairement plus riche. Aujourd’hui, le problème est encore plus grave. La crise a des retombées considérables, et des gens perdent leur emploi, leur pension de retraite et leur logement. Et la situation risque d’empirer encore avant la sortie du tunnel. Pendant toute l’année 2010, le chômage va continuer d’augmenter dans la majorité des pays de l’OCDE. Enfin, et surtout, les plans de sauvetage que beaucoup de pays ont lancés en urgence passent souvent pour avoir bénéficié principalement à une petite minorité de privilégiés qui ne le méritaient pas.

Au-delà, il existe un risque non-négligeable que le gens ne fassent plus confiance aux marchés et aux institutions, ni à la capacité des pouvoirs publics à résoudre leurs problèmes. Il s’agit d’un enjeu politique majeur : nous devons restaurer la confiance, et nous n’y parviendrons que si l’action publique a des retombées concrètes sur la vie des gens.

En ces temps difficiles, le hiatus entre les chiffres et ce que les gens perçoivent ne résulte pas d’une mauvaise qualité des statistiques officielles, mais de l’usage inadapté qui en est fait. Cela peut conduire à des analyses erronées, à une mauvaise définition des objectifs de l’action publique, et peut porter atteinte à la fois à la crédibilité de cette action et au fonctionnement même de la démocratie.

Les systèmes statistiques produisent des indicateurs à des fins diverses. Or, des statistiques conçues dans un but donné peuvent être trompeuses si on les utilise dans un autre. Ainsi, le PIB mesure principalement la production marchande.

Pourtant, il est de plus en plus souvent considéré comme un indicateur des possibilités de consommation des ménages, voire comme une approximation du bien-être, chose à laquelle il n’est pas adapté.

Aujourd’hui, deux tendances importantes attestent qu’il est de plus en plus nécessaire d’aller « au-delà du PIB » :

  • Premièrement, dans de nombreux pays, nous assistons à l’apparition de mouvements locaux qui visent à définir et à évaluer des aspects particuliers du bien-être de la population et le progrès social. Souvent axés sur des problématiques locales, ces initiatives ont pour ambition de mettre en évidence « ce qui compte réellement pour les gens » et d’en assurer le suivi.

  • Deuxièmement, une myriade de projets et programmes de recherche d’organisations internationales donne lieu à la production d’indicateurs sur diverses dimensions du bien-être et du progrès social, telles que la paix, la sécurité, l’égalité entre les hommes et les femmes, la cohésion sociale, la démocratie, la gouvernance et les droits humains. Bien que les méthodes et les données employées ne soient pas toujours transparentes, ces indicateurs sont de plus en plus souvent utilisés par les médias et les acteurs de la vie publique pour pallier le déficit d’outils institutionnels permettant « d’appréhender la réalité ».

 

Dès 2004, l’OCDE a servi de trait d’union entre les nombreuses initiatives en cours. Les Forums mondiaux « Statistiques, connaissances et politiques » qu’elle a organisés à Palerme (en 2004) puis à Istanbul (en 2007) ont abouti à l’adoption de la Déclaration d’Istanbul concernant la mesure et la stimulation du progrès des sociétés, qui a été approuvée par la Commission européenne, l’OCDE, le PNUD, la Banque mondiale et l’Organisation de la Conférence islamique. Depuis, des progrès ont été faits à différents égards:

  • Un partenariat institutionnel planétaire, le projet mondial « Mesurer le progrès des sociétés », a été lancé.  Établi à l’OCDE, il est administré en collaboration avec dix organisations internationales.

  • Notre réseau de réseaux s’étend de semaine en semaine et notre bulletin d’information compte aujourd’ hui 15 000 abonnés.

  • Une série de conférences a été organisée dans le monde entier et plus de 300 personnes ont pris part à des stages de formation au cours de l’année passée.

  • Un nouveau manuel sur la mesure du progrès et de nouveaux outils logiciels ont été élaborés pour mettre les données à la portée des citoyens et mieux tenir compte de ceux-ci dans les statistiques. A l’ère de l’information, tout le monde devrait pouvoir se faire une idée mieux étayée de l’état de la société.

  • De plus, l’OCDE s’est résolument lancée dans la révolution du web 2.0. « Wikiprogress », site web conçu pour mettre en commun et réaliser des analyses du progrès, sera dévoilé à la fin de cette conférence.

Par ailleurs, une dynamique politique en faveur du changement est désormais enclenchée, et exige des statistiques de nouvelle génération. La commission internationale mise en place par Nicolas Sarkozy, Président de la République française, et présidée par Joseph Stiglitz, de même que la Communication de la Commission européenne « Le PIB et au-delà », en sont les illustrations les plus retentissantes.

La Déclaration d’Istanbul comme le rapport de la Commission Stiglitz proposent d’abandonner le système de mesure en vigueur, fondé sur le chiffrage de la production, au profit d’un système qui mette véritablement l’accent sur le bien-être général et le progrès social.

Les ressources économiques ne sont pas la seule chose qui compte dans la vie des gens. Pour refléter comme il se doit le bien-être, nous devons mesurer les aspirations et le niveau de satisfaction des individus, ce à quoi ils consacrent leur temps, leurs activités rémunérées et non rémunérées, leurs aptitudes, les relations qu’ils entretiennent avec les autres individus, leur influence politique et leur participation à la vie publique. Nous devons évaluer les stocks de capitaux aussi bien que les flux de capitaux. Nous avons besoin d’étendre la notion de stock de manière à y englober les problématiques de la durabilité, comme l’état de notre biosphère et les indicateurs relatifs à la « croissance verte ». Nous devons aussi mesurer les différentes formes d’inégalités (de revenus, de ressources, de santé, d’éducation et de poids politique), en mettant  un accent  tout particulier sur celles qui résultent de l’accumulation de carences ou de handicaps.

Le processus lancé par l’OCDE en 2004, les recommandations de la Commission Stiglitz et l’appel des dirigeants du G20 inaugurent un programme ambitieux. Il faudra de la volonté politique pour le mener à bien. Sa mise en œuvre exigera un dispositif international où définir et harmoniser les concepts et les méthodologies. Elle amènera différents acteurs essentiels à coopérer : offices statistiques nationaux, organisations régionales et supranationales, responsables de l’action publique et représentants de la société civile.

Nous sommes prêts à donner suite à l’appel du G20, qui souhaite «encourager les travaux sur les méthodes de mesure de manière à mieux prendre en compte les dimensions sociales et environnementales du développement économique ». De même, nous sommes prêts à répondre à la demande du gouvernement français et à faire office d’organe de liaison international en ce qui concerne les suites données aux recommandations de la Commission Stiglitz-Sen.

L’OCDE prévoit un programme de travail ambitieux pour remplir les missions qui lui ont été confiées. Elle est prête, en tant qu’organisation, à continuer de jouer un rôle pilote et à apporter sa contribution à ce programme ambitieux. Nous sommes en train d’élaborer une feuille de route de l’OCDE concernant la mesure et la stimulation du bien-être et du progrès. Cette feuille de route vous sera présentée jeudi par Pier Carlo Padoan, Secrétaire général adjoint.

L’OCDE appelle de ses vœux un progrès  durable et elle n’est pas seule. Nous avons mis en place une alliance en faveur du changement. Nous avons une chance historique et le devoir de forger un projet de société qui laisse moins de place à l’exclusion à l’avenir. Je ne doute pas que le 3ème Forum mondial « Statistiques, connaissances et politiques » marquera une étape importante sur la voie d’un progrès durable.

 

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe