Prestations et questions sociales

Répondre aux défis

 

Comment renforcer l’emploi et la cohésion sociale ? Le Premier ministre norvégien estime que des actions urgentes sont nécessaires pour éviter l’exclusion du marché du travail de toute une génération de jeunes. Il faut également s’attaquer à la question de la répartition des revenus pour protéger les plus vulnérables et garantir une plus grande égalité des chances dans l’ensemble de nos pays.

De nombreux pays sont confrontés à de graves difficultés économiques depuis la crise financière mondiale de 2008, et plus encore du fait de la crise actuelle de l’euro. Les pays avancés pourraient faire face à une récession prolongée. En Europe, le chômage reste élevé, et continue même à augmenter dans certains pays ; or l’expérience montre que des niveaux de chômage élevés ont tendance à devenir persistants. Une génération entière de jeunes pourrait ne jamais avoir d’assise solide au sein du marché du travail. Des mesures urgentes sont nécessaires pour contrer cette évolution, le chômage étant la première cause d’exclusion sociale et de pauvreté.

L’OCDE mène des travaux précieux sur le bien-être, la répartition des revenus et la croissance. Nous nous en félicitons et espérons que les travaux en cours sur les « nouvelles approches face aux défis économiques » permettront de mieux comprendre ces interactions. Nous attendons également avec intérêt l’analyse et les résultats du Programme de l’OCDE pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PIAAC), qui seront publiés cette année. Cette étude, la plus complète jamais réalisée dans ce domaine, apportera de nouveaux éléments essentiels sur les liens entre système éducatif et marché du travail.

La main-d’oeuvre est notre ressource la plus précieuse. Atteindre un taux d’emploi élevé est au coeur des priorités de la plupart des gouvernements. Certains groupes ayant des liens distendus avec le marché du travail, tels que les jeunes et les immigrés, sont plus exposés que d’autres aux fluctuations de l’emploi. Les jeunes ont été particulièrement touchés par la récession en Europe : juste avant 2008, le taux de chômage des jeunes dans la zone euro était d’environ 15 % ; il est désormais de 21 %, et cette tendance ne devrait pas s’inverser. Dans certains pays européens, seule la moitié des jeunes recherchant un emploi parvient à en décrocher un.

Les études montrent que des périodes de chômage prolongées au début de la carrière peuvent nuire à la performance professionnelle ultérieure. L’inactivité due au chômage érode les compétences et affaiblit les liens avec le monde du travail, puis avec la société dans son ensemble. Nous devons donc impérativement lutter contre le chômage élevé des jeunes avant qu’il ne devienne structurel.

Les sociétés ont besoin des compétences, des idées et de l’énergie de leur jeunesse pour revitaliser la main-d’oeuvre et développer l’économie. Le chômage des jeunes est non seulement un gâchis de ressources humaines et de compétences, mais il constitue également un frein au renouvellement et à la régénération.

Des systèmes éducatifs plus efficaces et plus ouverts sont nécessaires pour relever ces défis. Le Programme international de l’OCDE sur les acquis des élèves (PISA) a souligné l’importance des compétences élémentaires. La Norvège et plusieurs autres pays ont renforcé leurs systèmes d’enseignement primaire et secondaire du premier cycle afin de garantir aux élèves l’acquisition des compétences de base dont ils auront besoin pour aborder avec confiance les études supérieures et le monde du travail. À terme, il s’agit du moyen le plus efficace de réduire le nombre de jeunes qui abandonnent leurs études.

Parallèlement, il est légitime de se demander si des études plus longues se traduisent automatiquement par de meilleurs résultats économiques et sociaux.

Dans de nombreux pays et secteurs, des employeurs ne parviennent pas à trouver de collaborateurs, alors même que le taux de chômage et de sous-emploi des jeunes atteint des sommets. Pour résoudre ce problème, il est important d’améliorer le système d’enseignement professionnel et les dispositifs de formation. Des programmes d’enseignement professionnel bien conçus, associés à des stages mettant en pratique les connaissances acquises, peuvent apporter aux jeunes les compétences recherchées par les entreprises, tout en favorisant la poursuite des études et le passage à la vie active. Le développement de marchés du travail efficaces et flexibles est également déterminant.

Conformément aux recommandations de l’OCDE, les programmes relatifs au marché du travail ont été renforcés, et les dispositifs d’emploi de court terme étendus dans de nombreux pays. Des programmes ciblés peuvent contribuer à empêcher les groupes éloignés du marché du travail de devenir passifs et de se décourager, et donc de perdre leurs compétences.

Autre sujet important que l’OCDE devrait examiner en détail : la progression du taux d’activité des femmes, qui, si elle a été considérable dans la plupart des pays membres depuis cinquante ans, reste encore marquée par de grandes différences entre pays. Le travail a permis l’indépendance économique des femmes dans de nombreux pays. Non seulement les femmes ont pu développer et utiliser leurs compétences professionnelles, mais l’emploi féminin s’est avéré crucial pour l’économie nationale. Cet aspect pourrait gagner en importance dans les années à venir, lorsque le vieillissement de la population pèsera toujours plus sur les finances publiques.

Dans de nombreux pays, un consensus émerge autour de la nécessité de conduire une évaluation des performances économiques portant non seulement sur la progression des revenus, mais aussi sur leur répartition.

Les marchés du travail des pays nordiques sont relativement flexibles et parviennent efficacement à réaffecter les actifs employés dans des secteurs déclinants et faiblement productifs vers des secteurs émergents à forte productivité. Un système de protection sociale complet, allié à des politiques actives de développement du marché du travail, constitue à cet égard un atout important.

Les systèmes de protection sociale des pays nordiques garantissent un accès équitable aux prestations d’assurance sociale et à d’importants services tels que l’éducation et la santé, en favorisant par là même l’égalité des chances. Ce dispositif rend le marché du travail plus flexible et l’économie moins vulnérable aux chocs, facilitant les évolutions structurelles de l’économie et encourageant la prise de risques d’un point de vue économique.

Dans les pays où la rigueur budgétaire s’impose, des mesures d’assainissement des finances publiques seront peut-être nécessaires, mais elles doivent être justes et bien pensées pour protéger les plus vulnérables. Cela permettra d’obtenir un large consensus sur les mesures nécessaires, et également de sécuriser la pérennité et la stabilité de la croissance future.

Plusieurs pays nordiques ont connu des crises profondes au milieu des années 90. Une crise bancaire, à laquelle s’est ajoutée la nécessité de faire de larges coupes budgétaires, a entraîné une brusque montée du chômage et une baisse de la demande des ménages et des entreprises. Si les mesures de rééquilibrage prises par la suite ont réussi, c’est notamment parce que la coopération étroite entre les autorités et les partenaires sociaux a favorisé l’émergence d’un consensus sur la nécessité des réformes. Autre élément important : le partage des efforts a été perçu comme relativement équitable, ce qui a renforcé la confiance des citoyens vis-à-vis de la capacité des pouvoirs publics à faire face à la crise et à remettre l’économie sur le chemin d’une croissance plus durable.

Le sujet de cet Annuel – obtenir une croissance inclusive et restaurer la confiance – est donc bien choisi, et arrive à point nommé. Nous espérons que l’OCDE élaborera une feuille de route lui permettant d’aider les pays à relever ces grands défis.
 

Références et liens recommandés

Cabinet du Premier ministre du gouvernement de Norvège

Travaux de l'OCDE sur la Norvège

Travail de l'OCDE sur l'emploi

Articles de l'Observateur de l'OCDE sur la Norvège

Problématiques du Forum de l'OCDE 2013

Abonnez-vous à l'Observateur de l'OCDE et à l'Annuel de l'OCDE

 

©Guri Dahl/Scanpix–O‚ce of the Prime Minister


Par Jens Stoltenberg, Premier ministre de la Norvège


©L'Annuel de l'OCDE 2013

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe