Slovénie

Slovénie : Stimuler l’investissement et la productivité par l’amélioration des compétences et des réglementations

 

05/09/2017 - Après une longue récession, l’économie slovène connaît une reprise marquée par une plus grande fermeté de la croissance, une baisse du chômage, des finances publiques plus saines et un retour de la convergence des revenus avec les économies plus avancées d’Europe. Il faut maintenant d’autres réformes pour accroître l’investissement, renforcer la productivité, améliorer le niveau de vie et veiller à ce que tous les Slovènes bénéficient d’une croissance inclusive, souligne l’OCDE dans un nouveau rapport.

 

La dernière Étude économique de l’OCDE sur la Slovénie attire l’attention sur les progrès considérables accomplis par l’économie slovène, dont le taux de croissance attendu en 2017 s’établit maintenant à un niveau supérieur à 4.5 %[1]. L’ouvrage présente un ensemble d’options qui aideront la Slovénie à soutenir l’expansion en cours tout en faisant face au vieillissement de la population et au ralentissement de l’investissement qui a limité la croissance de la productivité.       

 

L’Étude, présentée à Ljubljana par le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría et le ministre des Finances de la Slovénie, Mateja Vraničar Erman, indique les domaines prioritaires dans lesquels devront être engagées des actions, en particulier des réformes visant à renforcer la croissance économique, à développer les possibilités d’emploi, à stimuler l’investissement et à améliorer l’environnement économique.

 

« Ayant traversé des moments très difficiles, la Slovénie connaît aujourd’hui une impressionnante amélioration de sa situation économique », a déclaré M. Gurría. « Même si sa croissance dépasse maintenant celle de bien d’autres pays de l’Union européenne, le pays doit veiller à ne pas se relâcher. La poursuite des réformes est un processus sans fin, surtout pour une petite économie ouverte comme la Slovénie, qui doit s’adapter en permanence à l’évolution de la situation internationale pour rester compétitive et assurer à ses citoyens une croissance durable et inclusive ».

 

Presentation of the OECD Economic Survey of Slovenia

Photo: Slovenian Ministry of Finance. 

L’Étude précise que, pour soutenir la reprise, le pays devra remédier aux facteurs de blocage du marché du travail, comme la persistance du chômage de longue durée qui touche plus particulièrement les travailleurs peu qualifiés et les travailleurs âgés, et les pénuries de compétences qui empêchent plus d’un tiers des entreprises de trouver de la main-d’œuvre suffisamment qualifiée.

 

L’Étude recommande d’investir davantage dans les programmes destinés à aider les travailleurs à maintenir leurs compétences ou à se reconvertir pour reprendre pied sur le marché du travail. Des mesures nouvelles seront nécessaires pour préparer les jeunes à des carrières brillantes dans des entreprises concurrentielles, novatrices et intégrées à l’échelle mondiale, en particulier des formations nouvelles et de meilleure qualité à destination des chômeurs et un enseignement professionnel et universitaire renforcé pour la prochaine génération de travailleurs.

 

La viabilité des finances publiques sera indispensable également à la poursuite de l’essor économique. Le déficit budgétaire et la dette publique ont diminué en pourcentage du PIB et s’infléchissent à la baisse, mais les tensions sur les dépenses qu’entraînera le vieillissement de la population continueront de s’accentuer à long terme si rien n’est fait. L’Étude recommande des mesures destinées à limiter la hausse des coûts des pensions, l’objectif principal étant de relever l’âge légal et l’âge effectif de la retraite, et celle des coûts des soins de santé et des soins de longue durée.

 

Le maintien de la prospérité économique exigera aussi des gains de productivité plus rapides et davantage d’investissements. Pour y parvenir, l’Étude souligne la nécessité de procéder à des réformes de la réglementation, d’appliquer plus strictement le droit de la concurrence, de simplifier les procédures judiciaires et de réduire les obstacles à l’entrée sur le marché, en particulier dans les professions réglementées.

 

L’Étude relève également que le renforcement de la gouvernance des entreprises publiques, puis la mise en place de programmes de privatisation, notamment dans les secteurs concurrentiels, et la réduction du nombre d’entreprises publiques considérées comme stratégiques doivent rester prioritaires.

 

Une synthèse de cette Étude économique, contenant ses principales conclusions, est consultable à l'adresse suivante : http://www.oecd.org//fr/eco/etudes/etude-economique-slovenie.htm.

 

À l’occasion de sa visite à Ljubljana, le Secrétaire général de l’OCDE a rencontré des hauts fonctionnaires et des membres de l’Assemble nationale de Slovénie et présenté une deuxième publication qui constitue un autre aspect des travaux par pays de l’Organisation : OECD Reviews on Local Job Creation – Employment and Skills Strategies in Slovenia.

 

Ce rapport recense les principales mesures prises en Slovénie pour aider les travailleurs à trouver des emplois de meilleure qualité au niveau local, tout en stimulant la productivité et l’inclusion. Il analyse les activités locales dans le cadre d’études de cas réalisées dans les régions de la Drave et du sud-est de la Slovénie, qui investissent toutes deux dans les compétences, la formation et les activités d’entrepreneuriat pour accroître la compétitivité générale et la productivité des entreprises,.

 

L’OCDE souligne que les disparités régionales observées en Slovénie sur le plan des capacités de mise en œuvre peuvent faire obstacle à la création d’emplois et au développement économique. L’Organisation recommande à cet égard de :

 

  • créer des conseils locaux pilotes composés de municipalités, d’employeurs, de services d’aide à l’emploi et d’organisations de formation clés dans le cadre d’un plan d’action pour l’emploi, en les chargeant de coordonner les politiques régionales en faveur de l’emploi et du développement économique ;

 

  • renforcer l’implication des employeurs dans les programmes de développement des compétences en offrant davantage de possibilités de formation et d’apprentissage, tout en permettant aux plateformes locales de gouvernance à destination des employeurs d’indiquer aux prestataires de services d’enseignement et de formation professionnels leurs besoins futurs en matière de compétences ;

 

  • travailler en collaboration plus étroite avec les employeurs pour améliorer l’utilisation des compétences sur le lieu de travail par des programmes de formation à la gestion et la promotion des pratiques professionnelles performantes, ce qui améliorerait la qualité du capital humain en Slovénie.

 

 Les journalistes souhaitant obtenir de plus amples informations sont invités à prendre contact avec la Division des médias de l’OCDE (+33 1 45_24 97_00).



[1] Note : Des données nouvelles diffusées par les autorités ont conduit les auteurs à revoir leurs estimations à la hausse après l’impression de l’Étude économique de l’OCDE sur la Slovénie. C’est ce qui explique l’écart avec les estimations données dans l’édition imprimée, qui indiquent une croissance du PIB de 3.8 % en 2017.

 

Documents connexes