Slovénie

La Slovénie et l'OCDE

 




Faits marquants

En signant la convention relative à l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques le 21 juillet 2010, la Slovénie s'engage ainsi à tout mettre en œuvre pour atteindre ses objectifs fondamentaux.

 

En mars 1996, la Slovénie a demandé à adhérer à l’OCDE. Le Conseil de l’OCDE au niveau des Ministres a adopté le 16 mai 2007 une résolution visant à ouvrir des discussions avec la Slovénie en vue de son adhésion à l’Organisation.

 

Le 30 novembre 2007, le Conseil de l’OCDE a approuvé la « feuille de route » pour l’adhésion de la Slovénie pour l'adhésion de la Slovénie et de quatre autres éventuels nouveaux membres.

 

Le 10 mai 2010, les pays de l’OCDE ont invité  la Slovénie à devenir membre de l’OCDE.

 

 

 

Samuel Žbogar, Ministre des Affaires étrangères de la Slovénie, lors d'une conférence de presse à Paris le 21 janvier 2010 suite à la signature de l'accord sur les privilèges et immunités diplomatiques de l'OCDE.

Quel rôle joue la délégation?

Comme chacun des pays membres, le gouvernement slovène dispose d’une représentation permanente auprès de l’OCDE, composée d’un ambassadeur et de diplomates.

 

En tant que membre du Conseil, l’ambassadeur de la Slovénie, en concertation avec ses pairs, approuve le programme de travail et détermine le volume du budget annuel, les contributions étant établies en fonction du poids économique de chaque pays.

 

Par ailleurs, les membres de la délégation slovène suivent le travail des différents comités de l’OCDE ainsi que les activités du Centre de développement dont la Slovénie est membre.


Enfin, les délégations jouent un rôle essentiel de communication entre le Secrétariat de l’OCDE et les autorités nationales. Elles représentent la position de leur gouvernement lors des négociations multilatérales, indiquent les domaines pour lesquels leur gouvernement sollicite l’expertise de l’OCDE et s’efforcent de donner un écho aux recommandations de l’OCDE dans leur pays. Elles sont ainsi garantes de la bonne adéquation entre le travail de l’OCDE et les problématiques nationales.

 

Quels sont les bénéfices d’une appartenance à l’OCDE ?

Les bénéfices pour les pays sont multiples. L’OCDE – par ses études par pays et la production régulière de données statistiques et économiques comparatives – fournit aux Etats membres un précieux outil d’analyse et de suivi de leur politique économique, sociale et environnementale. Les pays bénéficient également de l’expertise unique accumulée à l’OCDE, notamment l’examen par les pairs, et d’un accès à l’ensemble des travaux de recherche et d’analyse effectués par le Secrétariat. Couvrant la totalité du champ économique et social, ces travaux ne pourraient être menés par un seul pays.

 

Au-delà de l’activité de veille économique, l’OCDE constitue avant tout un forum d’échanges où comparer les expériences nationales, identifier des bonnes pratiques et trouver des réponses à des problèmes communs devient possible. L’OCDE ayant à ce jour des relations de travail avec plus de 100 économies non membres, l’appartenance à l’Organisation permet donc aussi à chaque pays, dans un contexte d’interdépendance accrue exigeant des solutions globales, de tirer profit du dialogue et de la concertation avec l’ensemble des acteurs de la scène mondiale.


>> Derniers travaux de l'OCDE sur la Slovénie

>> Consultez la note d'information (en anglais seulement) pour des informations sur le processus d'adhésion de la Slovénie à l'OCDE.

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)