République slovaque

De nouvelles réformes éducatives s’imposent en République slovaque pour améliorer les performances et l’équité du système scolaire

 

19/02/2016 - La République slovaque, après avoir mené une série de réformes pour améliorer son système éducatif, doit aujourd'hui utiliser ses ressources de façon plus efficace et renforcer l’équité et l’inclusion à l’école, selon un nouveau rapport de l’OCDE.

 

D’après le rapport Examens de l’OCDE des ressources scolaires : République slovaque (en anglais seulement), présenté aujourd'hui à Bratislava par le Secrétaire général de l’OCDE, M. Angel Gurría, et le ministre slovaque de l’Éducation, de la Science, de la Recherche et du Sport, M. Juraj Draxler, le pays a amélioré la façon dont ses établissements scolaires sont financés, a défini des normes et des évaluations axées sur les résultats et a apporté une réponse à la forte diminution des effectifs d’élèves en encourageant le regroupement des établissements publics. Lire le discours du Secrétaire général M. Angel Gurría dans son intégralité. (En anglais seulement).

 

L’OCDE publie également aujourd'hui un Examen de l’enseignement professionnel (en anglais seulement). Ce rapport montre que le gouvernement a collaboré avec les partenaires sociaux pour mettre en œuvre une réforme particulièrement nécessaire de l’enseignement professionnel, et a pour cela adopté une législation qui instaure un système de formation en alternance de qualité élevée au niveau du secondaire, combinant enseignement en classe et apprentissage pratique.

 

S’agissant de l’avenir, l’OCDE précise que, compte tenu du déclin des effectifs d’âge scolaire et des contraintes budgétaires, des mesures supplémentaires devraient être prises pour rationaliser le réseau scolaire. La République slovaque doit également entreprendre la tâche difficile de consolider le corps enseignant, ce qui nécessite de renforcer les moyens de planification, ainsi que la coordination et la collaboration entre les municipalités.

 

« La République slovaque peut améliorer les résultats de son système éducatif ; c’est essentiel pour la croissance et la compétitivité futures, mais aussi pour devenir une société véritablement inclusive », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría. « Le pays doit garder l’ambition de dépenser davantage dans l’éducation, à la fois en termes réels et en pourcentage de son PIB, à mesure que l’économie s’améliore et que les mesures d’assainissement budgétaire sont appliquées. La priorité devrait consister à développer l’éducation préprimaire et à verser aux enseignants et aux chefs d’établissement des salaires plus compétitifs ».

 

Le déclin des effectifs d’âge scolaire a entraîné d’importants problèmes d’inefficience dans l’éducation de base. Entre 2003 et 2013, les effectifs d’élèves ont diminué de 26 %, mais le nombre d’établissements n’a été réduit que de 10 % et le nombre d’enseignants de 7 %. En conséquence, on compte seulement 13 élèves par classe en moyenne dans les écoles élémentaires des petites municipalités, la moyenne de l’OCDE étant de 21 élèves.

 

En outre, le système éducatif slovaque continue de rencontrer des difficultés en termes d’équité et d’inclusion, les résultats scolaires y étant davantage influencés par le milieu socioéconomique des élèves que dans la majorité des pays de l’OCDE. Les élèves roms demeurent mal intégrés dans le système éducatif ordinaire, beaucoup étant placés à part dans des établissements spécialisés. La majorité de la population adulte rom en République slovaque n’a jamais achevé le deuxième cycle du secondaire. Des solutions pourraient consister à reconnaître les compétences acquises par le travail, à développer les possibilités d’enseignement de la deuxième chance et à limiter le recours à la ségrégation scolaire.

 

Selon l’OCDE, dans le contexte budgétaire actuel, gagner en efficacité sera nécessaire. Un niveau accru de coordination et de collaboration est requis entre l’ensemble des 2 900 municipalités responsables de l’enseignement de base. Elles devraient en effet envisager diverses stratégies : regrouper les établissements de petite taille ; mettre en commun les ressources de plusieurs établissements ; et regrouper les établissements de petite taille en les plaçant sous la responsabilité d’une même équipe de direction, avec un budget unique.

 

Pour améliorer l’enseignement professionnel, l’OCDE formule une série de recommandations, notamment : rendre obligatoire une forme d’apprentissage pratique dans tous les programmes d’enseignement professionnel et lier le financement public à une durée de stage minimum ; mettre en place un système complet d’apprentissage assorti d’un cadre juridique désignant les personnes responsables des apprentis ; et encourager le développement de la formation professionnelle post-secondaire en élaborant des programmes plus attractifs d’enseignement professionnel de niveau supérieur.

 

Les rapports « OECD Reviews of School Resources: Slovak Republic » (Examens de l’OCDE des ressources scolaires : République slovaque) et « OECD Reviews of Vocational Education and Training: A Skills beyond School Review of the Slovak Republic » (Examens de l’OCDE sur l’éducation et la formation professionnelles : Apprendre au-delà de l’école : République slovaque) sont disponibles à l’adresse suivante : www.oecd.org/education/oecd-reviews-of-school-resources-slovak-republic-2015-9789264247567-en.htm et www.oecd.org/education/a-skills-beyond-school-review-of-the-slovak-republic-9789264233348-en.htm.

 

Pour de plus amples informations, prendre contact avec la Division des médias de l’OCDE ; (tél. : +33 1 45 24 97 00).

 

Documents connexes