Conférence de presse : Lancement de l'Alliance AGIR

 

 

Quelques représentatifs de haut niveau présent leur visions, impressions et attentes lors de la conférence de presse qui s'est tenue directement après le lancement officielle de l'Alliance le 6 décembre 2012 à Ouagadougou :

 

 

Kristalina Georgieva, European Commissioner for International Co-operation, Humanitarian Aid and Crisis Response:

"We know that every time a crisis hits 80% of the most affected come from the 20% poorest, most vulnerable people." 

Ms. Georgieva underlines that alignment to existing national and regional strategies, better donor co-ordination and long-term commitment are critical to ensure the effectiveness of the Alliance. "We know that every time a crisis hits 80% of the most affected come from the 20% poorest, most vulnerable people. These people with the least access to the corridors of power, it is for them that the Alliance is being formed. [...] We have already identified 500 million EUR over the next three years (2012-2014) to support the objectives of the Alliance and we will make resilience of the most vulnerable people a priority in the next European Development Fund (EDF)." 

Kristalina Georgieva:

“We aim to bring humanitarian assistance and development together.”

"Unless we work together to build the capacity of families and communities, the needs for humanitarian aid will only grow…and then resources will go into helping short-term needs on the expense of the investment in development. For this not to happen, we have to bring the short-term action with an eye on long-term response and connect what we do better but also keeping in mind that there are people that are more vulnerable and often are excluded from development. The Alliance aims to connect humanitarian aid and development with the primary objective to benefit exactly these people."

Nancy Lindborg, USAID Assistant Administrator: 

“This partnership enables us to do a better job of targeting…”

"From the perspective of USAID, we have appreciated the partnership that enables us to do a better job of targeting:  who are the most vulnerable? This is important. Secondly, we put emphasis on increasing these highly nutritious, easily digestible foods that are most appropriate for malnutritioned children under five. This helps ensure that the right people are getting addressed. We have also increased the ways in which we assist vulnerable people: it is not only food. It is helping mothers understand how to ensure that their children have better nutrition, through cash and voucher programmes working in partnership with local governments and partners. We thereby ensure that the most vulnerable can afford food. Finally, as we have been talking about ensuring that even us we move quickly enough to save lives, we work towards linking and integrating our development and humanitarian strategies to prevent crises."

François–Xavier De Donnea, Président du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest

« AGIR, c’est bien plus que de l’argent ! »

« Il s’agit de mettre en place des politiques cohérentes de la part de tous les acteurs. Il s’agit de favoriser la cohérence des politiques, de favoriser des synergies et des synchronisations. Il est vrai que cela pourra amener la mise de moyens supplémentaires sur la table mais l’essentiel est d’éviter les incohérences, c’est d’éviter que des politiques mal conçues de l’aide humanitaire viennent perturber le marché agricole et les producteurs agricoles – donc AGIR, c’est bien plus que de l’argent, c’est une action conjointe synchronisée, coordonnée et cohérente. »

Laurent Sédogo, Ancien Ministre burkinabè en charge de l’agriculture : 

« La résistance a commencé ici à Ouagadougou il y a un peu plus de trente ans avec la création du CILSS… »

« Dans ce contexte de lutte contre l’insécurité alimentaire, le mot résilience apparaît un peu à ce que, dans tout autre contexte de conflit armé qui se traduirait par l’invasion d’une zone, d’un pays, qu’on pourrait appeler de la « résistance ». Nous sommes d’autant plus honorés que pour nous la résistance a commencé ici à Ouagadougou il ya un peu plus de trente ans avec la création du CILSS. Depuis, les États se sont essayés à toutes sortes de moyens et mécanismes, avec l’appui de la communauté internationale, pour résister à ce que nous pouvons appeler l’envahisseur. Aujourd’hui, une arme nouvelle est mise à notre disposition et je pense que maintenant nous voyons de l’espoir. C’est pourquoi je voudrais au nom du gouvernement et du peuple burkinabè remercier les initiateurs, en particulier l’Union européenne, le Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, l’USAID et toute la communauté internationale de nous apporter cet espoir nouveau qui nous fait penser  véritablement que la victoire est proche. C’est cela effectivement que nous allons espérer, que dans le moindre petit village aucune femme, aucun homme, aucun enfant ne dormira le ventre vide et je pense que cette victoire est à portée de nos mains. Le Burkina Faso va certainement veiller à être le témoin de l’histoire encore une fois de plus de ce grand pas que nous sommes en train de franchir. »

Adoum Djimé, Ministre coordinateur du CILSS

« Les trois organisations régionales - la CEDEAO, l’UEMOA et le CILSS - sont au centre de la stratégie AGIR ».

« Nous partons ici convaincus du fait que les trois organisations régionales - la CEDEAO, l’UEMOA et le CILSS - sont au centre de la stratégie. L’Alliance a défini quatre axes stratégiques ; une réunion prochaine va définir à court terme ce que nous comptons faire ; l’horizon 2013, jusqu’à décembre 2013, nous donnera l’occasion de construire cette feuille de route pour nous attaquer au problème de la résilience dans le contexte du changement climatique qui affecte les plus vulnérables. Nous avons tous entendu que nous nous prenons nous–mêmes à témoin que nous allons résolument nous attaquer à cette problématique, les trois A, énoncés par mon amie la Commissaire ici présente, à l’image des trois N du Niger… »

Ibrahima Diémé, Commissaire en charge du développement rural, des ressources naturelles et de l’environnement, UEMOA

« L’humanitaire n’est pas contradictoire au programme de longue durée… »

« Ce qui est important de se souvenir ici, c’est le leadership entre les trois institutions, à savoir la CEDEAO, l’UEMOA et le CILSS qui sont déterminés à travailler ensemble pour la région et pour nos populations. Nous voulons aussi souligner qu’en ce qui concerne la résilience, l’humanitaire n’est pas contradictoire au programme de longue date ; chaque programme a son sens et son objectif. Toutes les actions que nous voulons mener vont être des actions durables ; ce sont des investissements durables qui pourront améliorer les conditions de vie de nos populations. C’est ça notre raison d’être ! »


Marc Lapodini Atouga, ECOWAS Commissioner in charge of Agriculture, Environment and Water Resources

“If we do not empower people to enable them to face the crises, they will still come across the same problems year after year.”

We will make sure that all actions are conducted within the regional policy framework. AGIR is a good initiative. I am convinced if we do not take care of the structural problems, we will need humanitarian aid for ever and that’s not acceptable. As you all know, if we do not empower people to enable them to face the crises, they will still come across the same problems year after year. We all know that climate change is a reality; we all know that households are no longer what they used to be; in the years to come the population will continue to grow; urbanisation will going to be fast. Producers have to deal with this and we have to make sure that long-term structural responses address these challenges in a sustainable manner. Let’s put our efforts together; let’s all move into the same sense…if we all go in different directions we will not succeed. I would like to say thank you for being our partners. […] We will make sure on our side that our resources and all the support you bring to the region will be used in an efficient and responsible manner. This is very important, good governance is a key for the region and the success of the initiative.



 

 

 

Also Available