Produits laitiers - Perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO 2013-2022

 

La consommation mondiale de produits laitiers devrait augmenter plus vite que la production, avec une hausse des exportations des États-Unis, de l’Union européenne, de Nouvelle-Zélande, d’Australie et d’Argentine.

 

» Voir la base de données pour les produits laitiers

 

Situation du marché

Tirés par une solide croissance de la demande d’importation émanant des pays en développement, les prix internationaux des produits laitiers ont fortement  augmenté tout au long de l’année 2010 et jusqu’au début du premier semestre 2011, culminant à des niveaux proches de ceux observés lors de la flambée des prix des produits de base de 2007/08.  Une forte rentabilité et d’excellentes conditions de pâturage en Océanie et dans certaines parties de l’Amérique du Sud ont suscité une réaction de l’offre qui a fait chuter les prix. Cette baisse des prix s’est poursuivie jusqu’au second semestre de 2012. Elle s’est accompagnée d’une expansion du volume des exportations.

La demande continuant d’augmenter, surtout en Chine, les prix se sont stabilisés à des niveaux nettement supérieurs à ceux atteints lors de la précédente période de baisse de 2009. Les sécheresses de 2012 aux États-Unis et dans la Fédération de Russie ont fait monter les prix des céréales et conduit à un ralentissement de la croissance de la production laitière aux États-Unis et dans l’Union européenne ainsi qu’à une hausse des prix des produits laitiers.  Le redressement des prix s’est intensifié au début de 2013, l’annonce de conditions météorologiques beaucoup plus sèches en Océanie ayant commencé à affecter les attentes du marché quant à la disponibilité des produits. La situation de l’offre est tendue à court terme, mais elle devrait s’améliorer à moyen terme dans des conditions météorologiques normales, ce qui devrait maintenir les prix à des niveaux moins élevés qu’en 2011.

 

Principaux éléments des projections

  • La production mondiale de lait devrait dépasser, en 2022,  de 168 Mt le niveau qu’elle atteignait pendant les années de référence (2010-12) et cet accroissement devrait être imputable pour l’essentiel (74 %) aux pays en développement. L’Inde est, à elle seule, à l’origine de 29 % du changement observé dans  les approvisionnements mondiaux en lait. Le taux de croissance moyen des approvisionnements mondiaux pendant la période couverte par les projections est estimé à 1.8 %, soit un recul par rapport  aux 2.3 % enregistrés au cours de la précédente décennie. Ce ralentissement s’explique par la pénurie croissante d’eau et de terres propices dans les pays en développement.

  • La consommation de produits laitiers en équivalent lait doit augmenter, en moyenne, d’environ 2 % par an dans les pays en développement. L’expansion de la demande s’explique par le fort accroissement des revenus, l’essor démographique, la poursuite de l’occidentalisation des  régimes alimentaires et l’élargissement de l’accès aux moyens de réfrigération. La consommation doit, par contre, augmenter en moyenne d’à peine 1 % par an dans les pays développés.

  • Une remontée des prix internationaux des produits laitiers est amorcée – en termes nominaux, les prix devraient dans l’ensemble  continuer de s’affermir pendant toute la période de projection, mais en termes réels, ils baisseront à partir de 2014, surtout dans le cas du beurre. D’après les perspectives établies, les prix réels seront, en moyenne, sensiblement plus élevés pendant la prochaine décennie qu’au cours des années 2003 à 2012.

  • Une expansion générale des échanges de produits laitiers est attendue au cours des dix prochaines années. Parmi les principaux produits, les échanges de beurre, de fromage et de lait écrémé en poudre vont probablement augmenter en moyenne de 1.6 à 2.1 % par an. Cette progression des échanges sera essentiellement imputable à l’expansion des exportations des États-Unis, de l’Union européenne, de la Nouvelle-Zélande, de l’Australie et de l’Argentine. Les présentes Perspectives prévoient une forte expansion des exportations américaines de beurre, de fromage, de lait écrémé en poudre et de lactosérum en poudre avec des accroissements de 54 %, 35 %, 63 % et 29 %, respectivement, par rapport à la période de référence (2010-12).

 

 

 

Also Available