Prix

 

Une des principales caractéristiques de la présente édition des Perspectives agricoles reste la hausse des prix des produits agricoles durant les dix prochaines années, par rapport à la décennie antérieure à la crise alimentaire de 2007. Comme il ressort des quatre éditions précédentes, l’ensemble des prix des produits agricoles et alimentaires se maintient à un haut niveau depuis plusieurs années.

 

Évolution des prix à court terme

Actuellement, les prix des produits agricoles de base sont plus élevés qu’à l’ordinaire. Dans les premières années couvertes par les présentes Perspectives, les prix des produits végétaux et animaux devraient diverger, sous l’effet de situations différentes du point de vue de l’offre. Selon les projections, les prix de la plupart des végétaux vont diminuer consécutivement à un rebond de la production, tandis que la contraction du cheptel mondial va limiter la capacité de réaction de l’offre et maintenir les prix de la viande à un niveau élevé.

 

Les prix montent à moyen terme

Les projections annoncent une hausse des prix des produits végétaux comme des produits animaux au cours de la décennie à venir, du fait de la concomitance entre un ralentissement de l’accroissement de la production, un renforcement de la demande, y compris de biocarburants, et un environnement macroéconomique favorable. Les prix des produits de la pêche et de l’aquaculture et des biocarburants augmenteront plus sensiblement que ceux des produits agricoles de base..

 

Corrigés de l’inflation, les prix restent élevés

Sur les dix années à venir, les prix moyens des produits végétaux (céréales, oléagineux, sucre et coton) ne devraient guère changer en termes réels par rapport à la décennie écoulée qui a vu les prix se hisser pendant plusieurs années à des niveaux sans précédents depuis 2007. La moyenne des prix réels de la plupart des autres produits couverts par ces Perspectives devrait, sur 2013-22, se situer nettement au dessus de celle de 2003-12.

 

Baisse de l’inflation des prix alimentaires

D’après des données récentes, l’inflation des prix des produits alimentaires à la consommation est en train de faiblir dans la plupart des pays, car la baisse des prix des céréales vivrières, des graines oléagineuses, du sucre et d’autres produits se répercute le long de la filière, ce qui contribue à contenir l’inflation sous-jacente. Néanmoins, dans la mesure où l’alimentation représente 20 à 50 % ou plus des dépenses des ménages dans beaucoup de pays en développement, l’accessibilité financière des produits alimentaires reste un facteur essentiel de la sécurité alimentaire.

 

 

 

 

Also Available