Programme

 

Page d'accueil      

 

Forum Mondial sur le Développement 2014 : Innover pour le développement

Mercredi 2 juillet 2014

Centre de Conférences de l'OCDE

2 rue André Pascal, 75016 Paris, France

 

Téléchargez la brochure du Forum

 

9h00 - 9h30 - CONFÉRENCE DE PRESSE

Lancement de l’édition 2014 du rapport de l’OCDE  « Perspectives du développement mondial » : Renforcer la Productivité pour faire face au défi du revenu moyen.

  

9h30 - 10h00 - FORUM MONDIAL SUR LE DÉVELOPPEMENT 2014: OUVERTURE DU FORUM 

Remarques de bienvenue : Angel Gurría, Secrétaire général, OCDE

Discours d’ouverture : Jean-Marc Châtaigner, Directeur général adjoint de la mondialisation, du développement et des partenariats, Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, France

10h00 - 12h00 - L’INNOVATION COMME STRATÉGIE POUR FAIRE FACE AUX DEFIS DU REVENU INTERMÉDIAIRE :
Présentation de l’édition 2014 du rapport de l’OCDE « Perspectives du développement mondial » : Renforcer la Productivité pour faire face au défi du revenu moyen

À l’heure où plusieurs pays à revenu intermédiaire voient s’éloigner leurs chances de converger vers la moyenne des revenus des pays de l’OCDE, l’on peut se  demander si ces pays sont tombés dans ce qu'on appelle le « piège du revenu intermédiaire ». Bien qu’il soit normal que la croissance des économies ralentisse à mesure qu’elles gagnent en maturité, dans de nombreux pays ce ralentissement est tel qu’il risque d’empêcher tout développement futur. Le piège du revenu intermédiaire se caractérise par un ralentissement de la croissance, dû à la difficulté de passer d’une trajectoire de croissance fondée sur l’accumulation de facteurs à une trajectoire fondée sur l’innovation. Cependant, les solides performances enregistrées par plusieurs pays en développement d’Afrique et d’Asie invitent à l’optimisme. D’autres pays marquent pourtant le pas, voire régressent, après avoir connu un épisode initial de croissance encourageant. 

Pour tous ces pays qui ont connu et/ou connaissent une trajectoire de croissance encourageante, l’enjeu fondamental consiste à empêcher la décélération de la croissance et à ne pas tomber dans  le piège de la faible croissance. Comment les pays qui sont pour l’instant « émergents » et qui progressent sur l’échelle des revenus peuvent-ils maintenir leur trajectoire de croissance prometteuse ? La réponse dépend d'un grand nombre de caractéristiques propres aux pays, mais il est sans doute possible d’identifier quelques similitudes.

QUESTIONS:

  • De quelles données probantes dispose-t-on sur la décélération de la croissance et le piège du revenu intermédiaire ?
  • Quelles approches et politiques, notamment en matière d’innovation, peuvent aider les pays à maintenir leur trajectoire de croissance convergente et leur éviter de tomber dans un piège à faible croissance ?
  • Les pays en développement ont-ils des stratégies d’innovation appropriées ?
  • Les outils de diagnostic actuellement employés permettent-ils d’identifier les facteurs qui bloquent le développement ? Une nouvelle boîte à outils  et/ou de politiques est-elle nécessaire ? Les prescriptions de politiques fondées sur ces outils doivent-elles être révisées ?

Présentation du rapportCarl Dahlman, Chef de Recherche sur le développement mondial, Centre de Développement, OCDE

Intervenants :

  • Isher Judge Ahluwalia, Présidente du Comité stratégique, Conseil Indien de Recherche sur les Relations Internationales Économiques (ICRIER), Inde
  • Amadou Ba, Ministre de l’Économie et des Finances, Sénégal
  • Mario Cimoli, Directeur de la Division de la production, de la productivité et de la gestion, Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraibes (CEPAL) | Social expenditure and productivity: a structuralist view on sustainability

Modérateur : Mario Pezzini, Directeur du Centre de Développement, OCDE

12h00 - 12h15 Présentation de l'Index "Engagement pour le développement"

Owen Barder, Directeur Europe, Centre pour le développement mondial (CGD)

12h15 - 14h00 - DÉJEUNER (BUFFET)

 

14h00 - 15h30 - SESSION 2: DES APPROCHES INNOVANTES POUR UNE CROISSANCE PLUS INCLUSIVE 

La coopération internationale a joué un rôle important dans la confrontation des défis structurels qui empêchent la croissance, le support des capacités productives pour le développement, la création de l’emploi productif et l’intégration des pays en développement dans l’économie mondiale. Des nouveaux acteurs et nouvelles approches ont émergé et les partenariats et le financement pour le développement sont de plus en plus reconnus comme des instruments de promotion d’une  une croissance plus inclusive. Toutes les parties prenantes de l’architecture internationale, et notamment les pays partenaires, les agences de coopération et le secteur privé, sont en train d’adapter leurs approches au nouveau paysage de la coopération pour le développement. Des nouveaux modes de collaboration dépassant l’approche traditionnelle Nord-Sud sont de plus en plus utilisés. Des initiatives de dialogues politiques autour de l’appropriation de cadres de politiques et de gestion des résultats par les pays partenaires viennent modifier les interactions entre les diverses parties prenantes de la coopération au développement. Enfin, il existe désormais un intérêt de plus en plus prononcé sur les résultats de la coopération public-privé et sur les conditions permettant de tirer le meilleur profit possible de l’aide publique au développement par  rapport aux autres ressources financières investies en faveur du développement.

Cette session portera sur la manière dont la coopération public-privé pour l’innovation peut soutenir le développement inclusif et durable. Elle abordera la façon dont les parties prenantes peuvent aider les entreprises des pays en développement à s’engager davantage dans les activités commerciales et d’investissement à l’échelle régionale et mondiale, ainsi qu’à relever les défis et saisir les opportunités associées à la fragmentation croissante des processus de production résultant des chaînes de valeur mondiale.  ? Comment accélérer l’application de la R-D existante dans le secteur de l’agriculture en vue d’assurer la sécurité alimentaire sur le long terme ? Enfin, comment relier les différents courants, complémentarités et arbitrages qui existent entre des domaines tels que la science, l’éducation, le développement du secteur privé, le commerce, l'agriculture, etc.?

QUESTIONS :

  • Comment les gouvernements des pays en développement peuvent-ils effectivement tirer profit des contributions des donateurs et du secteur privé en faveur de la croissance inclusive ?
  • De quelle manière le secteur privé contribue-t-il à la réalisation de ces objectifs, et de quoi celui-ci a-t-il besoin pour renforcer sa contribution ?
  • Alors que de nouvelles approches de coopération émergent, quelles expériences peuvent-elles être considérés comme un succès et comment soutenir une mise en œuvre plus extensive de ces nouvelles approches ?   
  • Comment, en travaillant plus efficacement avec le secteur privé, les donateurs peuvent-ils soutenir la réalisation de ces objectifs ?

Intervenants :

  • Dorothy Ng'ambi Tembo, Directrice éxecutive adjointe, Centre du commerce international
  • Frank Matsaert, President-directeur géneral, TradeMarkEastAfrica
  • Christiane Bögemann-Hegedorn, Directrice générale adjointe, Ministère federal de la cooperation économique et du développement, Allemagne
  • Owen Barder, Directeur Europe, Centre pour le développement mondial (CGD) | Supporting more inclusive growth: How are we doing?

Modératrice : Shada Islam, Directrice des politiques, Friends of Europe 

 

15h30 - 17h00 - SESSION 3: LES POLITIQUES D’INNOVATION AU SERVICE D’UN DÉVELOPPEMENT INCLUSIF

On s’accorde de plus en plus à reconnaître que les bénéfices de la croissance ne se répercutent pas automatiquement à tous les échelons de la société. Partant de ce constat,  la question de savoir quelles politiques – et notamment en matière d’innovation – peuvent favoriser un développement inclusif est devenue de plus en plus pressante.

Par sa capacité à stimuler la compétitivité, la productivité et la création d’emplois, l’innovation peut fortement contribuer à dynamiser la croissance économique et à apporter de solutions aux problèmes sociaux. Il est toutefois nécessaire de mieux comprendre comment l’innovation peut contribuer au développement inclusif. Jusqu’à présent, les politiques d’innovation ont été analysées principalement sous l’angle de leurs effets sur la croissance des revenus. Or, il est peu probable que les effets de ces politiques soient « neutres », au sens où elles sont susceptibles d’affecter certaines personnes ou certains groupes plus que d’autres (« inclusion sociale »). Toutes les entreprises ne sont pas sur un pied d’égalité pour ce qui est de la capacité à innover et accéder aux avantages découlant de l’innovation (« inclusion industrielle »). En outre, les politiques favorables à l’innovation affectent les dimensions géographiques des inégalités industrielles et sociales et confortent les inégalités entre zones urbaines et rurales (« inclusion territoriale »). Il est donc important de tenir compte des implications sociales, industrielles et territoriales des politiques d’innovation. L’inclusion comprend également la démocratisation de l’innovation, c’est-à-dire à l’élargissement du cercle des personnes et des entreprises qui innovent avec succès. 

QUESTIONS :

  • Comment les politiques d’innovation peuvent-elles soutenir les pays en développement dans leur recherche de compétitivité, sans pour autant compromettre l’inclusion industrielle, sociale et territoriale ?
  • Comment développer les initiatives en faveur de l’innovation inclusive afin d’améliorer le bien-être et de faciliter la démocratisation de l’innovation ? Quelles politiques peuvent contribuer à ce que les connaissances et les avantages générés par les « îlots d’excellence » se répercutent dans l’ensemble de la société ?
  • Quelles solutions concrètes peuvent aider les pays à faire concilier leurs objectifs d’innovation et de développement inclusif ? Quels sont les principaux arbitrages auxquels les décideurs politiques doivent faire face et quels outils peuvent les aider à trouver la solution la plus adaptée à leur contexte ? Quels exemples de dispositifs institutionnels ont-ils permis d’avoir des expériences opérationnelles « gagnant-gagnant » ?

 Intervenants :

  • Ramesh Mashelkar, Président de la Fondation nationale indienne pour l’innovation et Président de l’Alliance mondiale pour la Recherche, Inde
  • Carl Dahlman, Chef de Recherche sur le développement mondial, Centre de Développement, OCDE | Innovation Policy For Inclusive Development
  • Yu Shi, Économiste et Coordinatrice adjointe, Ministère de la Science et de la Technologie, Chine
  • Subathirai Sivakumaran, Responsable de la mesure de l’impact, de la connaissance et de la construction des capacités, Initiative “Appel à l'action du secteur privé», Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

Modérateur : Dirk Pilat, Directeur Adjoint de la Direction Science, Technologie et Industrie, OCDE

17h00 - 17h30 - CONCLUSIONS ET SYNTHÈSE

 

 

 

Also Available