Programme

 

Jeudi 4 avril - Vendredi 5 avril 2013

Approches innovantes en matière de réduction de la pauvreté, de cohésion sociale et de progrès dans le contexte de l’après-2015




Pour consulter la version PDF, cliquez ici.

Face aux changements récents survenus dans l’économie mondiale, l’édition 2013 du Forum mondial de l’OCDE sur le développement (FMD) a pour objectif de mieux faire comprendre les répercussions de l’évolution de la dynamique de la pauvreté sur les mesures prises par les gouvernements, les organisations internationales et les autres acteurs pour lutter contre ce phénomène, dans le contexte de l’après-2015.

 Le FMD de 2013 sera la première édition d’un cycle de trois ans qui aura pour thème général « Préparer l’après-2015 ». Ces évènements donneront l’occasion aux décideurs politiques de haut niveau, aux membres de la sphère universitaire, à la société civile et au secteur privé de mettre en commun leurs perspectives et d’examiner les enjeux et les opportunités, ainsi que les enseignements dégagés des politiques et des méthodes mises en œuvre aujourd’hui en matière de lutte contre la pauvreté et de promotion de la cohésion sociale et du progrès. La prise de conscience que la vision exposée dans la Déclaration du Millénaire des Nations Unies – portant sur la mise en place d’un environnement propice à l’éradication de la pauvreté – peut devenir une réalité est peut être l’événement le plus marquant de la lutte contre la pauvreté de ces vingt dernières années. Les forums mondiaux qui se tiendront de 2013 à 2015 s’attacheront à analyser les répercussions de cette prise de conscience sur l’ensemble des acteurs qui travaillent à la réalisation de cet objectif. 

 

13:00 - 14:15

Le forum s’ouvrira sur des allocutions inaugurales consacrées à l’importance d’élaborer des politiques en faveur de la lutte contre la pauvreté, de la durabilité environnementale et de la croissance inclusive reposant sur une approche holistique, et sur les défis posés par cette nécessité. Le poids des considérations d’ordre national dans la recherche d’un accord viable sur le plan politique portant sur des mesures qui touchent aussi bien les individus que l’État (la société) et les liens entre le pays et le reste du monde sera également mis en lumière.

Intervenant:

  • Mr. Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE
  • Mr. Olusegun Obasanjo, Ancien président, République fédérale du Nigéria

Discours de bienvenue de Mr. Erik Solheim, CPrésident du Comité d’aide au développement, OCDE ; Ancien ministre du Développement et de l’Environnement, Norvège.

 

14:15 -17:30   

Session 1 : le défi de la pauvreté – tendances mondiales, incertitudes et cadres d’action nationaux

Deux panels à haut niveau constitués de responsables des politiques et d’experts de différents pays, régions et organisations présenteront leurs points de vue sur les principales évolutions et tendances qui influeront sur les initiatives futures de lutte contre la pauvreté. Ils examineront les facteurs survenant à l’échelle mondiale qui agissent sur les décisions stratégiques prises au niveau national, tels que l’interdépendance croissante entre les pays. Seront également évoqués les facteurs nationaux auxquels sont confrontés les gouvernements qui entreprennent d’améliorer la définition et la mise en œuvre de leurs propres stratégies. Au nombre de ces facteurs figure le rôle joué par les autres acteurs comme les donneurs, le secteur privé, la société civile et les populations pauvres à proprement parler.

Session documents (en anglais):

Document: The next global development agenda, Ending poverty, promoting sustainability (Télécharger PDF)
Résumé (Télécharger PDF)

 

14:15-16:00

Panel 1.1 : Articulation entre les échelons mondial et national

Ce panel s’attachera à mettre en évidence les tendances qui représentent une opportunité pour l’élaboration des cadres d’action nationaux et celles qui constituent davantage des défis à surmonter, ainsi que le rôle joué par les domaines d’incertitude à l’échelon mondial. Ils exposeront leur conception de la pauvreté, la façon dont celle-ci évolue et se maintient dans les économies où ils travaillent.

Modérateur:

  • Mr. Jon Lomoy, Directeur, Direction de la coopération pour le développement, OCDE


Intervenants:

  • Mr. Donald Steinberg, Administrateur-adjoint, Agence des États Unis pour le développement international USAID
  • Mr. Gyan Chandra Acharya, Secrétaire général adjoint et Haut Représentant pour les pays les moins avancés (PMA), les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement (UN-OHRLLS)
  • Mr. Otaviano Canuto, Vice-président de la Banque mondiale et chef du Réseau de la réduction de la pauvreté et de la gestion économique (PREM)
  • Ms. Sabina Alkire, Directeur, Oxford Poverty and Human Development Initiative (OPHI), Département du Développement International , Université d'Oxford
  • Abdalla Hamdok, Secrétaire exécutif adjoint, Commission économique des Nations-Unies pour l'Afrique  (UNECA)

QUESTIONS:

  • Quelles implications l’évolution récente de la pauvreté a-t-elle sur les politiques que doivent mettre en œuvre les pays qui n’ont pas encore atteint les OMD initiaux?
  • Comment les politiques nationales de lutte contre la pauvreté peuvent-elles faire face aux enjeux qui se posent au niveau mondial et saisir les opportunités qui surviennent à cette échelle ?
  • Quels sont les cadres d’analyse utiles pour aider les pays et les autres acteurs qui soutiennent les efforts déployés par ces derniers, à comprendre et concevoir des politiques de lutte contre la pauvreté adaptées à chaque contexte national ?

 

16:00-17:45

Panel 1.2 : La nature pluridimensionnelle des stratégies de lutte contre la pauvreté : interactions et arbitrages

Les membres de ce panel axeront leurs débats sur les nouveaux éclairages qui entourent les liens entre la pauvreté, l’environnement et la croissance, et examineront de nouvelles stratégies vertes et inclusives. Une attention particulière sera accordée aux interactions entre différents domaines dans lesquels des arbitrages sont peut-être nécessaires et les complémentarités peuvent être mises à profit. Concilier les stratégies de lutte contre la pauvreté, la protection de l’environnement et la gestion durable des ressources est la priorité suprême pour les pays en développement dont l’économie et la société dépendent en grande partie, directement ou indirectement, du capital naturel.    

Cette session mettra en lumière les liens entre la réduction de la pauvreté, la gestion des ressources naturelles et la croissance, autant d’enjeux qui sont au cœur de la protection sociale et de la croissance pro-pauvres dans les pays en développement.   

Modérateurs:

  • M. Mario Pezzini, Directeur, Centre de développement, OCDE


Intervenants:

  • Ms. Emele Duituturaga, Co-présidente du Partenariat des OSC pour l’efficacité du développement (POED)
  • Mr. Miguel Veiga-Pestana, Vice-président, responsable des Affaires extérieures au niveau mondial et des relations avec les médias, Unilever
  • Dr. Mok Mareth, Ministre de l’Environnement / Président du Conseil national sur la croissance verte, Cambodge
  • Mr. Peter Moors, Directeur Général de la Coopération au Développement, Service Public fédéral des Affaires étrangères, Commerce extérieur et  Coopération au développement, Belgique
  • Mr. Kim Sung-Hwan, Ministre des Affaires étrangères et du commerce, Corée
  • M. Xu Huaqing, Directeur général adjoint, Centre National de la Stratégie sur le changement climatique et la coopération internationale, Directeur général adjoint, Centre National de la Stratégie sur le changement climatique et la coopération internationale

 

QUESTIONS:

  • Quel bilan les pays tirent-ils de leur utilisation de divers instruments d’action ou d’autres outils permettant à la fois de lutter contre la pauvreté et de promouvoir, de manière efficiente, un développement durable sur le long terme ?
  • Outre la pauvreté, la durabilité environnementale et la croissance, existe-t-il d’autres grands enjeux ou domaines d’action susceptibles d’avoir un impact important sur les objectifs de lutte contre la pauvreté (sécurité, gouvernance et État de droit, considérations liées au développement régional, par exemple) ?
  • Comment d’autres facteurs peuvent-ils améliorer les politiques et la réalisation des objectifs de lutte contre la pauvreté (fragilité de l’État, égalité homme-femme, innovations scientifiques et technologiques, et capacité statistique, par exemple) ?
  • De quelle manière les instruments de mesure, y compris les indicateurs de la cohésion sociale et de la croissance verte, contribuent-ils au processus plus vaste de définition et d’élaboration des politiques de développement pour l’après-2015 ?
  • Quel rôle les organismes d’aide au développement jouent-ils pour faire avancer ce programme d’action ?

 

17:45 - 18:00

Thèmes Emergents  

Synthèse des thèmes par les intervenants et membres des panels par M.  Erik Solheim, Président du Comité d’aide au développement, OCDE ; Ancien ministre du Développement et de l’Environnement, Norvège.



18:30 - 19:30

Réception

19:30

Dîner [sur invitation uniquement]

  • Mr. Duncan Green, Conseiller en stratégie, OXFAM Grande-Bretagne, auteur de "De la pauvreté au pouvoir"


vendredi 5 avril 2013

09:15 – 10:00

Discours de bienvenue et allocution inaugurale

Discours de bienvenue de M. Pawel Wojciechowski, Président du Comité directeur du Centre de développement de l’OCDE, et ancien Ministre des Finances, Pologne

Allocution inaugurale:

  • Ms. Heather Grady, Vice-présidente, Fondation Rockefeller
  • Mr. Ahmed Lahlimi Alami, Haut Commissaire au Plan, Royaume du Maroc

 

10:00-11:45

Session 2 : au-delà de la lutte contre la pauvreté : le défi de la cohésion sociale dans les pays en développement

Au cours des vingt dernières années, le nombre des individus vivant dans la pauvreté absolue ainsi que les taux de pauvreté ont chuté dans les pays en développement. Ce phénomène est dû à la croissance économique rapide, mais également à l’adoption de politiques énergiques de lutte contre la pauvreté, en particulier dans le cadre des OMD. Si l’objectif de diminution de la pauvreté reste une priorité, il convient aujourd’hui de viser d’autres objectifs, d’ordre social. À cet égard, la cohésion sociale, en ce qu’elle participe de trois dimensions complémentaires – l’inclusion sociale, le capital social et la mobilité sociale – représente un défi important pour les responsables de l’élaboration des politiques. L’adoption et la diffusion rapide des innovations institutionnelles, telles que les transferts en espèces soumis à conditions, les dispositifs de garantie d’emploi et l’épargne sociale ont contribué à la réduction de la pauvreté dans de nombreux pays en développement, mais ont également entrainé une fragmentation des systèmes sociaux, susceptible d’approfondir les divisions qui existent au sein de la société.

Modérateur:

  • Mr. Duncan Green, Conseiller en stratégie, OXFAM Grande-Bretagne, auteur de "De la pauvreté au pouvoir"


Session documents (en anglais):

Résumé (Télécharger PDF)


Panellists:

  • Mr. Alan Hirsch, Professeur et directeur, Graduate School of Development Policy and Practice, Université du Cap, Afrique du Sud
  • Mr. Pierre Jacquet, Président du Global Development Network (GDN)
  • Dr. Shirin Sharmin Chaudury, Ministre de l’Egalité hommes-femmes et de l'Enfance, République populaire du Bangladesh
  • Mr. Trinh Cong Khanh, Directeur Général du département des politiques en faveur des minorités ethniques, Comité national sur les minorités ethniques, Viet Nam

QUESTIONS:

  • Quelles doivent être les priorités du nouveau programme d’action en matière de cohésion sociale ?
  • Quelle est la panoplie de mesures la plus efficace face aux multiples facettes de la cohésion sociale ?
  • Quelles sont les innovations institutionnelles qui ont amélioré l’inclusion et la mobilité sociales des populations vulnérables et victimes de discriminations ?
  • La mise en œuvre de programmes recouvrant toutes les dimensions de la cohésion sociale est-elle réalisable dans les pays en développement

 

12:30 – 14:00

Déjeuner - présentation : Après - 2015 : des partenariats efficaces au service du développement dans un monde qui change


Les auteurs de l’édition 2013 du Rapport européen sur le développement (ERD 2013)[1]donneront un aperçu préalable des conclusions du Rapport, qui a pour objectif de contribuer au débat sur le programme d’action en faveur du développement pour l’après-2015. Partant du constat que le monde dans lequel nous vivons connaît des mutations profondes depuis 2000, et face aux tendances et aux enjeux auxquels il est raisonnable de s’attendre au cours des 20 à 30 prochaines années, le Rapport européen sur le développement 2013 "Après-2015: Action au niveau mondial pour un avenir inclusif et durable" s’efforce de dégager les moteurs potentiels d’un partenariat mondial pour le développement pour l’après-2015, dont l’objectif est de lutter contre la pauvreté dans les pays les plus démunis, de façon inclusive et durable. Trois de ces moteurs sont mis en évidence : les flux d’argent (financement du développement), les flux de biens et de services (échanges) et les flux d’individus (migrations). L’analyse contenue dans le Rapport est étayée par quatre études de cas de pays préparées par des instituts de recherche locaux et une dizaine de documents de référence rédigés par des spécialistes et des universitaires.

En s’inspirant de ces études et des exemples qu’elles contiennent, les auteurs du rapport présentent une série de recommandations en vue d’une action internationale collective dans le cadre d’un programme d’action en faveur du développement pour l’après-2015, et plus spécifiquement pour l’Union européenne.

La présentation de certaines des principales idées et conclusions du Rapport sera suivie par des débats.

Modératrice:

  • Dr. Hildegard Lingnau, Conseiller principal, Analyse stratégique et thématiques transversales, Direction de la coopération pour le développement, OCDE

Intervenants:

  • Dr. James Mackie, Chef d’équipe ERD 2013, Centre Européen de Gestion des Politiques de Développement (ECDPM)
  • Dr. Stephan Klingebiel, Equipe principale ERD 2013, Institut allemand de développement /Deutsches Institut für Entwicklungspolitik  (DIE)
  • Dr. Claire Melamed, Equipe ERD 2013, Institut de Développement d'Outre-mer (ODI)

QUESTIONS:

  • De quelle manière les politiques des finances, des échanges et des migrations pourraient-elles soutenir plus efficacement un développement inclusif et durable et la diminution de la pauvreté, et venir ainsi en complément des améliorations des politiques de coopération pour le développement ?

  • À quel échelon (mondial, régional, national) les efforts visant à renforcer la cohérence des politiques sont-ils susceptibles d’avoir les retombées les plus importantes ? Dans quels domaines peut-on s’attendre à ce qu’ils soient le mieux acceptés et mis en œuvre ?
  • De quelle manière les pays plus avancés peuvent-ils contribuer le plus utilement au développement mondial après 2015 ? 

Le Rapport Européen sur le Développement 2013 est un rapport indépendant rédigé par un consortium de chercheurs de l'ODI, du DIE et de l'ECDPM et est soutenu par la Commission Européenne et sept états membres de l'Union Européenne. 

 

14:30 – 16:15

Session 3 : l’adoption de nouvelles façons de mesurer la pauvreté, le bien-être et le progrès, et ses implications pour le renforcement de la capacité statistique

Ces derniers mois, les appels à placer les concepts globaux de bien-être des individus et de progrès des sociétés au cœur du programme d’action à l’appui du développement pour l’après-2015 se sont multipliés. Ainsi, dans leur Résolution 65/309, les Nations Unies réclament une approche plus « globale du développement » qui repose sur la notion de bonheur et de bien-être durables, et invitent les pays à élaborer de nouvelles mesures qui tiennent compte de l’importance de la recherche du bonheur et du bien-être pour le développement afin d’orienter leurs politiques nationales.

14:00 – 15:15

Panel 3.1 : Mesurer le bien-être et le progrès dans les pays en développement

La notion de bien-être est au premier rang des travaux récents menés par l’OCDE sur la mesure du progrès « au-delà du PIB ». La complexité et les multiples facettes de ce phénomène, qui englobe une palette de résultats économiques et non-économiques ayant une influence sur la vie des individus, sont bien comprises. L’Initiative de l'OCDE pour une vie meilleure, lancée en 2011, repose sur un cadre comprenant 11 critères, qui porte sur les réalisations et les inégalités moyennes, les conditions objectives et les aspirations des individus, le contexte actuel et celui qui sera en vigueur demain (à savoir, la durabilité). Les applications concrètes du cadre passent par le biais d’un ensemble d’indicateurs permettant de comparer les performances des pays et d’établir un suivi des progrès accomplis.

Modératrice:

  • Ms. Martine Durand, Chef-statisticienne et Directrice de la Direction des statistiques, OCDE


Session documents (en anglais):

Résumé (Télécharger PDF)


Intervenants :

  • Mr. Khalid Soudi, Observatoire des conditions de vie de la population, Haut Commissariat au Plan, Maroc
  • Mr. Allister McGregor, Institute of Development Studies (IDS), Royaume-Uni
  • Ricardo Aparicio, Directeur Général Adjoint, Conseil national d’évaluation des politiques de développement social (CONEVAL), Mexique

QUESTIONS:

  • Est-il possible et réaliste de mesurer le bien-être et le progrès dans les pays en développement ?
  • Quel est le lien entre des concepts complexes tels que la pauvreté, la cohésion sociale et le progrès ?
  • Quels sont les exemples les plus prometteurs de mesures statistiques de ces concepts complexes ?

 

15:15-16:15

Panel 3.2 : Le renforcement de la capacité statistique dans le nouveau programme de développement pour l’après-2015

Définir des objectifs sans avoir mis en place les systèmes statistiques qui seront utilisés pour suivre les progrès accomplis est au mieux inutile, au pire contreproductif. Les objectifs de développement doivent tenir compte des réalités et des priorités de chaque pays, mais doivent également être mesurables. Cela signifie que le renforcement de la capacité statistique, qui a été globalement négligé au moment où les OMD ont été définis, doit désormais avoir une importance fondamentale dans tout cadre de suivi. Les innovations récentes dans les domaines de la production, de la diffusion et de l’utilisation des données donnent à penser qu’il est réellement possible de franchir certaines étapes du développement de la capacité statistique. Des mégadonnées ouvertes, ainsi que de nouvelles formes d’engagement public-privé entre les utilisateurs et les producteurs de données offrent des possibilités inédites de surmonter les dichotomies en vigueur et les contraintes liées aux ressources dans la production de statistiques.

Modérateur:


Session documents (en anglais):

Résumé (Télécharger PDF)

Intervenants:

  • Mr. Espen Pryzd, Banque mondiale, Cambodge
  • Ms. Gay Tejada, Commission nationale de coordination des statistiques, Philippines 

 

QUESTIONS:

  • Quels enseignements avons-nous tirés des OMD et du renforcement de la capacité statistique ?
  • Comment les experts en statistique peuvent-ils mettre à profit l’innovation en matière de production et de diffusion de données pour accélérer le rythme de transmission des informations aux utilisateurs et aux responsables des politiques, tout en continuant de respecter les normes de qualité et de transparence ?
  • Quels sont les exemples de pays/bonnes pratiques en matière d’innovation dans le domaine des statistiques, et comment les reproduire ?

 

16:15-17:00

Conclusions : Conclusions et suite à donner au Forum

Discours de clôture:

  • Amina Mohammed, Conseillère spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la Planification du développement après 2015.

Présentation des principaux thèmes et enseignements du forum et proposition de marche à suivre pour l’avenir.

  • Mr. Jon Lomoy, Directeur, Direction de la coopération pour le développement, OCDE
  • Mr. Mario Pezzini, Directeur, Centre de développement, OCDE
  • Ms. Martine Durand, Chef-statisticienne et Directrice de la Direction des statistiques, OCDE




    





 

 

 

Also Available