A propos du forum

 

Le FMD de 2013 sera la première édition d’un cycle de trois ans qui aura pour thème général « Préparer l’après-2015 ». Ces évènements donneront l’occasion aux décideurs politiques de haut niveau, aux membres de la sphère universitaire, à la société civile et au secteur privé de mettre en commun leurs perspectives et d’examiner les enjeux et les opportunités, ainsi que les enseignements dégagés des politiques et des méthodes mises en œuvre aujourd’hui en matière de lutte contre la pauvreté et de promotion de la cohésion sociale et du progrès. La prise de conscience que la vision exposée dans la Déclaration du Millénaire des Nations Unies – portant sur la mise en place d’un environnement propice à l’éradication de la pauvreté – peut devenir une réalité est peut être l’événement le plus marquant de la lutte contre la pauvreté de ces vingt dernières années. Les forums mondiaux qui se tiendront de 2013 à 2015 s’attacheront à analyser les répercussions de cette prise de conscience sur l’ensemble des acteurs qui travaillent à la réalisation de cet objectif.  

Organisateurs :

- Le Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE

- Le Centre de développement,

- La Direction des statistiques

- PARIS21 (un partenariat mondial rassemblant des statisticiens, des responsables de l’élaboration des politiques, des professionnels du développement et d’autres utilisateurs de statistiques intervenant aux niveaux national, régional et international),

 

Partenaires :

- Jeune Afrique

- Rapport européen sur le développement

- The Africa Report

- Global Development Network (GDN)

 


Approches innovantes en matière de réduction de la pauvreté, de cohésion sociale et de progrès dans le contexte de l’après-2015

 

Les conclusions des réunions pilotées à ce jour par les Nations Unies sur le programme de développement pour l’après-2015 recommandent les thèmes sur lesquels doit être axé le nouveau cadre de développement qu’il conviendra de suivre pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en vigueur aujourd’hui. Parmi les recommandations figurent : éradiquer la pauvreté, diminuer les inégalités, et répondre aux besoins des individus vivant dans la pauvreté en tenant compte de leurs perspectives d’évolution, tout en stimulant la croissance économique et en améliorant la gestion de l’environnement. Ces recommandations sur ces thèmes qui devraient devenir les nouveaux objectifs ont été établies sur la base du bilan tiré des OMD concernant l’évolution de la nature, de la répartition et de la nouvelle compréhension de la pauvreté, de la durabilité environnementale et de l’importance de la croissance économique.

 

Les participants au FMD réfléchiront à la façon dont les responsables publics de l’élaboration et de la planification des politiques, les donneurs bilatéraux et multilatéraux, les groupes de la société civile et le secteur privé pourraient traduire ces recommandations en politiques et programmes qui influeront sur les individus vivant dans la pauvreté. Une meilleure compréhension des multiples facettes de la pauvreté a-t-elle permis aux dirigeants et aux responsables des politiques, et dans l’affirmative, dans quelles circonstances et par quels moyens, de mettre en place des politiques efficaces de lutte contre la pauvreté ? Comment les dirigeants respectent-ils la nécessité d’intégrer les aspects environnementaux du développement durable dans leurs politiques de développement, telle qu’exposée dans le Document final de Rio+20 ? Selon quelle stratégie prometteuse les pays en développement peuvent-ils mener leurs initiatives de lutte contre la pauvreté, de manière à assurer leur croissance tout en veillant à ce que les actifs naturels continuent de fournir les ressources et les services environnementaux sur lesquels repose leur prospérité ? Sur quels points les efforts doivent-ils être davantage dirigés pour élaborer des politiques spécifiques de lutte contre la pauvreté qui tiennent également compte des autres grands objectifs stratégiques auxquels les responsables de l’élaboration des politiques doivent aujourd’hui s’attaquer ? De quelle manière les nouveaux objectifs de développement pour l’après-2015 vont-ils être transformés en politiques et programmes spécifiques qui agiront sur la vie des individus vivant dans la pauvreté ? 

 

Ce FMD a pour but d’aider les responsables des gouvernements, les représentants de la société civile, les chefs d’entreprise et les spécialistes, qui doivent tous intégrer les tendances mondiales et nationales dans le cadre du programme de développement pour l’après-2015, à affiner leurs politiques et programmes de lutte contre la pauvreté. La difficulté à laquelle ils sont confrontés consiste à traduire des enjeux complexes et reliés entre eux en politiques et interventions spécifiques en faveur du développement. Le Forum peut contribuer à informer leur position sur la façon dont les objectifs de réduction de la pauvreté aux échelons national et mondial peuvent être formulés, ainsi que sur la nature de ces objectifs. Les participants s’efforceront d’élargir la compréhension des liens entre l’évolution actuelle et le type de politiques et de stratégies innovantes nécessaires pour y faire face. Face à la reconnaissance croissante de l’importance de nombreuses dimensions du développement pour la diminution de la pauvreté, le FMD portera également sur les capacités dont ont besoin les gouvernements pour être en mesure de concevoir et de suivre les politiques appropriées.

 

Le FMD donnera la possibilité aux participants d’exprimer leurs inquiétudes quant à la façon dont l’évolution du concept de pauvreté influe sur les politiques nationales. Au cours de la dernière décennie, des découvertes considérables ont été faites sur le rôle de la croissance économique dans l’augmentation des revenus des populations pauvres et sur le type d’interventions les plus efficaces pour réduire la pauvreté absolue. Les participants se pencheront sur des stratégies de mesure ne se limitant pas au revenu absolu mais qui tiennent mieux compte du concept de pauvreté.

 

Les participants au FMD se demanderont de quelle manière les concepts plus vastes de cohésion sociale, de bien-être et de progrès pourraient être utilisés lors de l’élaboration des stratégies de lutte contre la pauvreté pour l’après-2015. Il est par ailleurs de plus en plus admis que les inégalités s’étendent au-delà du revenu et s’expriment dans d’autres caractéristiques comme le sexe, l’âge, l’origine, la classe sociale et le statut au regard du marché du travail. Ces inégalités définissent, ensemble, le niveau d’inclusion (ou d’exclusion) sociale tel qu’il existe dans différents pays. L’importance, pour les individus du monde entier, de facteurs autres que ceux qui concernent exclusivement les revenus est de plus en plus reconnue. Ces facteurs influent sur la qualité de vie des individus et en particulier sur les perspectives d’accroissement de la mobilité sociale d’une génération sur l’autre. Ces facteurs sont notamment la santé, l’éducation et la capacité des individus de prendre des décisions informées, d’agir en tant que citoyens responsables et d’améliorer l’avenir de leurs enfants.

La durabilité doit devenir la priorité de toutes les initiatives en faveur du développement. À cette fin, il conviendra de prendre des mesures visant à investir dans les actifs qui sont essentiels pour le bien-être des générations futures, et à les préserver, qu’il s’agisse des biens publics mondiaux ou des actifs nationaux (actifs environnementaux locaux, liens avec la communauté et relations familiales). Ces actifs sont touchés par le développement économique des autres pays et sont fondamentaux pour la mise en place d’actions collectives.

 

La palette et le rôle des acteurs du développement évoluent eux aussi. L’importance des acteurs non publics, tels que les ONG, la société civile, les fondations, le secteur privé, les organisations de travailleurs et les individus qui ont émigré pour des raisons professionnelles et qui envoient des fonds dans leur pays d’origine a considérablement augmenté. Ces acteurs font entendre une voix inédite au sein des débats et apportent de nouvelles ressources. Les politiques et stratégies de lutte contre la pauvreté et de promotion du développement devront à l’avenir rechercher les moyens de tirer parti de cette évolution et des innovations technologiques et scientifiques qu’elle peut favoriser.

 

 

 

Also Available