Éducation et progrès social

 

Contexte

Le présent projet vise à responsabiliser et à préparer les individus pour le monde de demain, lequel pourra être prospère mais également exigeant, imprévisible et incertain. Les personnes responsabilisées peuvent apporter une plus grande contribution à une société qui repose sur un civisme actif. Elles sont plus à même d’éviter des troubles physiques et mentaux en adoptant des modes de vie sains et en entretenant des relations humaines sereines. Elles sont plus susceptibles de surmonter les épreuves de la vie telles que la victimisation, l’hospitalisation et la désintégration familiale grâce à des stratégies de survie prospectives. L’éducation permet de responsabiliser les individus car elle développe leurs aptitudes cognitives, lesquelles se traduisent notamment par l’alphabétisation et des compétences en matière de résolution des problèmes. En outre, l’éducation renforce les aptitudes non cognitives, telles que l’auto-efficacité et l’estime de soi, lesquelles, comme il a été démontré, permettent tout autant que les aptitudes cognitives de promouvoir la réussite individuelle qui peut évoluer même au-delà de l’enfance.


La possibilité d’apprendre à gérer les difficultés de la vie et à promouvoir sa réussite est une bonne nouvelle pour les acteurs du secteur de l’éducation. Cependant, cette conjecture repose largement sur une base de connaissances récente mais limitée, provenant de quelques pays de l’OCDE  parmi lesquels les États-Unis et le Royaume-Uni. Avant d’instaurer des plans d’action globaux visant à responsabiliser davantage les individus, les responsables politiques chargés de l’éducation, enseignants et parents ont manifestement besoin d’informations plus étoffées et de meilleure qualité couvrant plus largement les contextes socioéconomique, culturel, ethnique et linguistique. Les acteurs du monde de l’éducation doivent également pouvoir mieux cerner les types et la nature des aptitudes cognitives et non cognitives qu’il convient d’encourager et mieux comprendre  leurs modalités d’action. À cette fin, le présent projet vise à :

  • Analyser le rôle que les aptitudes cognitives et non cognitives  jouent dans l’émergence de mesures tendant au bien-être et au progrès social dans les pays de l’OCDE, et
  • Préciser comment il est possible de favoriser l’émergence des aptitudes essentielles dans des environnements d’apprentissage formels, non formels et informels, incluant la famille, l’école et la communauté.

Ce projet a pour objectif à long terme  de traduire ces résultats en instruments utiles pour les acteurs du monde de l’éducation. L’un de ces instruments sera un ensemble de recommandations pratiques qui donneront aux dirigeants politiques des idées et des orientations pouvant être adaptées à des contextes nationaux précis. Il pourra également s’agir d’une boîte à outils que pourront utiliser les responsables politiques, les administrateurs d’école et les enseignants pour identifier les groupes à risque, les aptitudes qu’il convient de renforcer et les plans d’action concrets à mettre en œuvre. Le troisième instrument sera un examen critique des référentiels de compétences existants qui permettra de déterminer si les lignes de réflexion conceptuelle et les pratiques liées aux principales compétences reposent sur des données probantes.

 

Contact

ceri.contact@oecd.org

 

L'équipe

Koji Miyamoto

Katarzyna Kubacka

Hiroko Ikesako

Cindy Luggery-Babic

 

 

Related Documents

 

CERI - Les retombées sociales de l'éducation

 

Also Available