Royaume-Uni

Stimuler les compétences permettrait d’augmenter la croissance et la productivité au Royaume Uni

 

20/11/2017 - Le Royaume-Uni affiche des niveaux record d’emploi et de très faibles taux de chômage par rapport à la plupart des pays de l’OCDE. Toutefois, la croissance de la productivité du travail y reste faible et les perspectives d’emploi de nombreux adultes sont restreintes par leurs faibles compétences de base en lecture, écriture et mathématiques. Afin de stimuler la croissance, la productivité et les revenus, le Royaume‑Uni devrait encourager l’apprentissage des adultes tout au long de leur vie et promouvoir une meilleure utilisation des compétences, d’après un nouveau rapport de l’OCDE.

 

Selon Getting Skills Right: United Kingdom, le niveau d’instruction est en hausse au Royaume-Uni, avec 42 % des adultes titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur, contre 34 % dans l’ensemble de l’OCDE. Seize pour cent de ces diplômés ont suivi des études scientifiques, plus que dans n’importe quel autre pays de l’OCDE, et près de la moitié des diplômés en sciences sont des femmes.

 

La part des jeunes adultes suivant un enseignement professionnel et une formation est passée à 43 % mais reste inférieure à de nombreux autres pays d’Europe. L’apprentissage y est également moins répandu, et n’est le choix que d’environ 24 % des élèves de l’enseignement secondaire du deuxième cycle, contre 59 % en Suisse et 41 % en Allemagne.

 

Les réformes récentes de la réglementation de l’apprentissage devraient se traduire par un meilleur alignement du contenu des formations sur les besoins des employeurs. Si la nouvelle taxe d’apprentissage devrait également inciter les employeurs à faire preuve de davantage d’initiative en matière de formation, les auteurs du rapport précisent qu’il conviendra de veiller à privilégier une formation de qualité, afin de dissuader les employeurs de faire passer une formation existante pour un apprentissage.

 

Le Royaume-Uni reste confronté à des difficultés dans la mise en adéquation de l’offre et de la demande de compétences. Les emplois peu qualifiés continuent de représenter une proportion élevée, alors que la part des emplois hautement qualifiés demeure faible par rapport à l’offre croissante de travailleurs affichant des niveaux de qualification plus élevés. Parmi les pays couverts par l’Enquête de l’OCDE sur les compétences des adultes, le Royaume-Uni ne se classe que derrière l’Espagne pour ce qui est de la proportion des emplois peu qualifiés (22 %) alors que la demande d’emplois plus qualifiés ne parvient pas à répondre à l’offre, seul un tiers des emplois exigeant un enseignement supérieur.

 

Environ 40 % des travailleurs britanniques sont soit surqualifiés, soit sous-qualifiés pour l’emploi qu’ils occupent, et ils sont le même pourcentage à travailler dans un domaine différent de celui qu’ils ont étudié. La base de données de l’OCDE sur les compétences pour l’emploi révèle en outre des pénuries de connaissances liées à l’éducation et la formation, les services de santé et les disciplines des STIM. Le rapport estime que des efforts plus intensifs doivent être déployés pour améliorer l’utilisation des compétences et stimuler l’innovation et la croissance dans les secteurs de la connaissance.

 

L’OCDE recommande entre autres au Royaume-Uni de :

 

Renforcer les services d’orientation professionnelle. Il conviendrait de multiplier les interactions entre les employeurs et les établissements d’enseignement secondaire, et l’accès aux services d’orientation professionnelle devrait être élargi de manière à s’adresser aux personnes occupant un emploi, ainsi qu’aux chômeurs.

 

Promouvoir l’apprentissage tout au long de la vie. Il serait possible de rendre plus attractifs les Advanced Learner Loans (prêts contingents octroyés par le gouvernement aux personnes âgées de plus de 19 ans pour financer leurs études) pour les travailleurs peu qualifiés en faisant bénéficier ceux qui choisissent d’occuper des emplois dans lesquels il existe une pénurie de main-d’œuvre d’une exemption de remboursement. La mise en place de comptes individuels de formation ou de congé de formation rémunéré portant sur les compétences recherchées sur le marché du travail pourrait également permettre d’obtenir des résultats.

 

Communiquer plus efficacement sur l’utilité de la formation. Il convient de multiplier les initiatives visant à convaincre les employeurs de la rentabilité des investissements dans la formation. L’instauration de dispositifs rassemblant plusieurs entreprises pourrait également inciter davantage de petites et moyennes entreprises à proposer des formations.

 

Les journalistes qui souhaitent obtenir des renseignement supplémentaires sont invités à contacter Katharine Mullock de la Division des compétences et employabilité (Tél. : + 33 1 45 24 19 17) ou la Division des médias de l’OCDE (Tél. : + 33 1 45 24 97 00). 

 

Coopérant avec plus d'une centaine de pays, l'OCDE est un forum stratégique international qui s'emploie à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien-être économique et social des populations dans le monde entier.

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)