Partager

Développement régional, urbain et rural

Prague : Progresser à la même vitesse

 

La marque que porte une ville contribue fortement à son rayonnement dans la société mondialisée, surtout dans un contexte de concurrence planétaire. Une ville a en effet beaucoup en commun avec un produit commercial. Je représente une très forte marque internationale : Prague, capitale de la République tchèque, forte d'un million d'âmes. L'imaginaire collectif retient surtout son patrimoine culturel (Château de Prague, Pont Charles) ainsi que ses industries phares : science et recherche. Cette perception reflète bien la réalité et est conforme à l'image que souhaite donner notre ville.

Mais ce ne sont pas les seules richesses de Prague, qui possède une autre grande qualité rarement observée dans d’autres villes, une qualité que les habitants considèrent comme allant de soi et qui fait figure de véritable luxe. Je fais allusion à l'équilibre territorial de Prague. En effet, les Pragois peuvent habiter tous les quartiers de la ville et y circuler librement, sans se soucier d'une quelconque ségrégation sociale, culturelle ou économique. Indépendamment de la diversité des quartiers, les gens ont le choix de leur lieu de vie, qu’il s’agisse d’un quartier calme avec des parcs et des rivières, d’un quartier commerçant animé ou d’une banlieue avec pavillons et aires de jeu. Il n'existe aucune ségrégation sociale. Les perspectives de mobilité urbaine, uniquement déterminées par les préférences personnelles, sont un véritable atout pour l’intégration. Cette cohésion permet de faciliter l'intégration sociale des groupes défavorisés de l'ensemble de l’agglomération sans menacer leur identité.

Les avantages de cette homogénéité urbaine apparaissent clairement quand on compare Prague à ce que l’on pourrait appeler les « villes à plusieurs vitesses ». À cause de la structure hétérogène de ces villes, il est difficile de faire face à des défis inégalement répartis sur le territoire et de venir en aide aux quartiers défavorisés, que ce soit sur le front social, culturel ou économique. Le grand risque de cette approche est la marginalisation des plus défavorisés sous couvert de fausses bonnes raisons : en effet, pour améliorer la situation et homogénéiser les niveaux de vie, il faut commencer par prendre conscience des différences de développement et des inégalités en termes de revenus, de logement, d'accès aux soins, de sécurité et de cadre de vie. Je ne prétends pas que Prague ait effectué un sans-faute dans ce domaine, mais au moins la ville progresse à l'unisson, lentement mais sûrement. Cette unicité se retrouve dans la vie quotidienne des Pragois. L’objectif des villes à plusieurs vitesses est l’accélération, et non l’homogénéité d’un lieu présentant les mêmes caractéristiques sur l'ensemble de son territoire. Mais il s'agit d'un pacte faustien : l'aménagement urbain n'est pas une abscisse passant par des points strictement déterminés, mais plutôt un chemin qui part d’un passé irrémédiablement marqué par nos forces et nos faiblesses et qui se dirige vers l'avenir. Un aménagement urbain à l’unisson permet une coopération plus poussée et favorise le partage d'expériences entre les villes et régions, pour le plus grand bénéfice des programmes de jumelage. Les villes partenaires s'apportent un soutien mutuel, comme les membres d'une même famille, et œuvrent de concert à faciliter le développement. Seule une approche à la même vitesse peut entretenir une croissance inclusive à la fois durable et flexible.

Grâce à notre approche inclusive, les habitants peuvent investir les opportunités et les défis de la vie économique, sociale et culturelle et atteindre leurs propres objectifs. Cela suppose d'offrir des services publics de qualité à toutes les catégories de la population et de garantir un niveau de vie minimum dans l'ensemble de la ville dans les domaines de l'éducation, de la santé et de l'emploi. Il faut aussi sécuriser le transport domicile-travail et offrir des logements sûrs et bien équipés. Le caractère inclusif de la ville se manifeste dans la liberté de choix dont jouissent les habitants s'agissant de leur lieu de vie : ils peuvent se décider en fonction de leurs propres goûts, sans devoir se contenter d’un pis-aller.

J'estime que l'inclusion est aussi affaire de partage. Pour assurer un développement urbain écologiquement viable, il convient de prendre en considération la notion de partage entre des groupes dotés de préférences communes, plutôt qu'un simple partage entre individus. Une telle convergence d’intérêts aurait d'autres avantages, dont la croissance économique et le progrès social.

 

Voir www.praha.eu/jnp/en/index.html

Travaux de l'OCDE sur le développement urbain

Travaux de l'OCDE sur la République tchèque

Thématiques du Forum de l'OCDE 2015

L'Observateur de l'OCDE

‌‌‌‌Adriana Krnacova

Adriana Krnáčová
Maire de Prague

‌‌


© L'Annuel de l'OCDE
2015

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)