Partager

Développement régional, urbain et rural

Face aux risques futurs liés à l’eau, les villes ont besoin de nouvelles solutions de financement et d’une meilleure gouvernance

 

13/04/2015 - Une croissance démographique rapide, des infrastructures vieillissantes et de nouveaux risques météorologiques pèsent sur l’aptitude des villes des pays de l’OCDE à approvisionner leurs habitants en eau salubre et à se protéger des inondations et des sécheresses, d’après un nouveau rapport de l’OCDE. Les villes vont devoir réaliser des investissements de grande ampleur et mettre en place un système de tarification et de taxation plus efficace pour financer la modernisation de leurs réseaux d’eau.

 

Dans ce rapport intitulé Eau et villes : Assurer des avenirs durables, l’OCDE constate que les réseaux d’eau urbains des pays de l’OCDE vont, de plus en plus, devoir faire face à des difficultés liées à la détérioration des usines et de la tuyauterie, à la pollution et aux évolutions météorologiques. L’Organisation note aussi que l’actuel mouvement d’urbanisation rapide, qui amènera 86 % de la population de la zone OCDE à vivre en ville d’ici 2050, va conduire les usagers urbains, les agriculteurs et les producteurs d’énergie à s’approvisionner de plus en plus auprès des mêmes bassins hydrographiques.

 

Elle constate également que la nécessité d’intégrer de nouveaux équipements à des infrastructures remontant à plusieurs décennies pour les adapter aux exigences futures pourrait alourdir considérablement les dépenses de fonctionnement et d’investissement.

 

« Les villes de la zone OCDE sont en train d’aborder une nouvelle ère d’incertitude en termes de services liés à l’eau et de sécurité de l’eau », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, en dévoilant le rapport en Corée à l’occasion du 7e Forum mondial de l’eau. « Nous devons trouver de nouveaux moyens de financer et de gérer l’eau. Si, au lieu de poursuivre sur la voie actuelle, nous préparons l’avenir, nous allégerons considérablement la facture. » (lire le discours dans son intégralité)

 

Les mécanismes de financement existants ne permettent pas de faire face au coût de la mise à niveau des vieux réseaux d’eau, en raison de plusieurs facteurs : les restrictions budgétaires actuelles dans le secteur public, la non-prise en compte des coûts futurs dans les tarifs de l’eau et la moindre consommation d’eau des usagers urbains, qui fait baisser les recettes des compagnies des eaux de la zone OCDE. Le rapport recommande de refondre la tarification et la taxation afin de décourager le gaspillage et les pratiques coûteuses et de chercher de nouvelles sources de financement auprès des usagers qui suscitent les coûts les plus élevés.

 

Les villes pourraient aussi améliorer la gestion de leurs installations existantes. L’amélioration de la gestion de l’eau et de la coordination entre les villes et les zones qui les entourent est également indispensable.

 

Le rapport Eau et villes : Assurer des avenirs durables fournit des exemples de gestion de l’eau innovante, à partir d’études de cas et d’enquêtes sur la gouvernance et la réglementation des eaux urbaines. Ainsi, les villes de Paris et de San Francisco ont recours à une eau non potable pour, respectivement, le nettoyage des rues et les chasses d’eau. Elles réalisent ainsi des économies en n’ayant pas à traiter toute l’eau pour la rendre potable.

 

 

Dans ce rapport, l’OCDE recommande aux villes :

 

  • de faire un meilleur usage de la tarification et de la taxation : les taxes devraient être conçues de manière à faire peser une plus grande partie des frais sur ceux qui bénéficient le plus des réseaux d’eau ou qui entraînent des surcoûts. Les tarifs devraient mieux refléter la rareté de la ressource et les coûts liés à la mise à niveau des infrastructures. Par exemple, les promoteurs immobiliers, qui ont besoin d’importants services en matière d’eau, pourraient faire l’objet de nouvelles taxes.
  • de s’appuyer davantage sur des investissements privés en provenance de bailleurs de fonds, de promoteurs immobiliers et d’entrepreneurs afin de financer les nouvelles infrastructures ou les installations telles que les usines de dessalement ou de traitement des eaux usées. Le capital immobilisé dans des infrastructures liées à l’eau pourrait être utilisé pour dégager des liquidités au service de nouveaux projets.
  • de favoriser une gestion innovante de l’eau en modifiant les textes favorisant les technologies anciennes, en faisant en sorte que la tarification et la taxation reflètent le coût réel des pratiques non efficientes et en mettant en place des contrats basés sur les performances récompensant la réalisation d’objectifs tels que la conservation de l’eau.
  • d’encourager la coopération entre les villes et les zones environnantes, par exemple en utilisant les terres agricoles comme zones tampons face aux inondations ou en recourant aux eaux de ruissellement des villes pour l’irrigation en zone rurale, et de mettre en place des institutions capables de gérer l’eau à différents échelons dans le cadre de partenariats entre zones urbaines et zones rurales ou dans le cadre d’une coopération entre municipalités voisines de tailles diverses.

 

  • de donner aux régulateurs du secteur de l’eau, quand ils existent, les moyens de défendre l’intérêt général et de renforcer la transparence en matière d’eau et d’assainissement dans les zones urbaines afin de rendre les prestataires de services plus comptables de leurs actes et d’instaurer plus d’indépendance et de prise en compte des considérations techniques dans la fixation des tarifs.

 

 

Pour obtenir un complément d’information ou solliciter un entretien avec un expert de l’OCDE, veuillez contacter Catherine Bremer, du service des relations avec les médias de l’OCDE (+33 (0)1 45 24 97 00).

 

Une version intégrable de ce rapport est également disponible, ainsi que des informations sur la version électronique et/ou papier de la publication.

 

Pour en savoir plus sur les travaux de l’OCDE dans le domaine de l’eau :

www.oecd.org/environment/water.htm

www.oecd.org/governance/watergovernanceprogramme.htm

 

Autres publications dévoilées à l’occasion du 7e Forum mondial de l’eau :

 

Water: Fit to Finance?

Securing Water, Sustaining Growth 

Water Resources Allocation: Sharing Risks and Opportunities

Stakeholder Engagement for Inclusive Water Governance

The Governance of Water Regulators

 

Documents connexes