« Des économies résilientes et des sociétés inclusives : donner à chacun les moyens de l’emploi et de la croissance » - Conclusions politiques de la Réunion du Conseil 2014

 

1.           À l’occasion de la Réunion du Conseil au niveau des Ministres de 2014, nous[1] nous sommes assemblés sous la Présidence du Japon, qui célèbre le 50ème anniversaire de son adhésion à l’OCDE, et la Vice-présidence de la Slovénie et du Royaume-Uni.

 

2.           Nous comptons voir s’affermir la reprise mondiale, mais les risques d’évolutions défavorables restent très présents, eu égard notamment aux tensions géopolitiques actuelles. Dans les grandes économies avancées, le chômage a légèrement reflué, la croissance des échanges commence à dépasser celle de la production, et l’investissement se redresse, tandis que les perspectives demeurent inégales pour les principales économies de marché émergentes.

 

3.           Économies résilientes et sociétés inclusives : Sur cette toile de fond, nous avons examiné comment mettre en place « des économies résilientes et des sociétés inclusives » pour créer des emplois et de la croissance, donner à chacun les moyens d’agir et promouvoir le bien-être de nos concitoyens. Nous avons comme objectif commun d’accroître la résilience de nos économies en plaçant la formulation des politiques publiques dans une perspective multidimensionnelle, pour parvenir à mieux appréhender les arbitrages, les complémentarités et les conséquences non intentionnelles des choix stratégiques opérés. Une gestion macroéconomique saine et avisée, notamment l’adoption de politiques budgétaires responsables, la poursuite des réformes structurelles et des rééquilibrages au niveau international sont essentiels pour instaurer une croissance vigoureuse, résiliente et inclusive, prenant en compte des inégalités qui vont en s’accentuant.

 

4.           Pour renforcer la résilience, nous devons améliorer la productivité et la compétitivité de nos économies et de nos industries, en veillant à la solidité du système financier, à la stabilité des financements publics et privés et à l’efficience de l’affectation des ressources. Le capital intellectuel, un internet ouvert, l’innovation, la science et la technologie, tout comme l’entrepreneuriat, ont également une importance primordiale pour procurer de nouvelles sources de croissance face aux enjeux à long terme que représentent le vieillissement de la population et la dégradation de l’environnement. Dans ce contexte, la mise à jour de la Stratégie pour l’innovation revêt de l’importance, de même que les travaux de l’OCDE sur l’économie numérique, notamment à travers les Lignes directrices régissant la protection de la vie privée et les Principes pour l’élaboration des politiques de l’Internet qu’elle a élaborés.

 

5.           Le creusement des inégalités fragilise la cohésion sociale et affaiblit la résilience de la société, ce qui, par là même, compromet la résilience de l’économie. L’un des principaux enjeux consistera à instaurer une croissance inclusive en assurant la protection sociale des citoyens et en leur donnant les moyens d’agir, autant d’éléments susceptibles de renforcer la sécurité humaine. Des marchés du travail offrant suffisamment de flexibilité et de sécurité et des programmes d’éducation et d’acquisition de compétences adaptés, sont propres à faciliter une meilleure inclusion et une plus grande participation des groupes sous-représentés. Nous saluons les initiatives de l’OCDE en direction de ces groupes, dans les domaines notamment de l’égalité hommes-femmes, de l’emploi des jeunes, du vieillissement de la société et de l’intégration des immigrés. Nous reconnaissons également que les politiques régionales et urbaines peuvent jouer un rôle clé pour donner aux citoyens les moyens d’agir et forger la résilience de nos économies et de nos sociétés à tous les niveaux.

 

6.           Nous reconnaissons l’importance du rôle que jouent les pouvoirs publics pour promouvoir des réformes, notamment structurelles, qui renforcent la résilience économique, sociale et environnementale. Nous soulignons qu’il importe de restaurer la confiance des citoyens en appelant les gouvernements à davantage d’ouverture, de transparence et de redevabilité, y compris par la lutte contre la corruption et la mise en place de systèmes fiscaux plus équitables. Nous nous félicitons des progrès accomplis dans le cadre de l’initiative sur l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (BEPS) et adoptons la Déclaration relative à l’échange automatique de renseignements en matière fiscale[2]. Nous adoptons également la Recommandation du Conseil sur la gouvernance des risques majeurs[3] et attendons avec intérêt les approches stratégiques de l’OCDE en matière de gestion et de financement des risques qui aideront les pouvoirs publics à renforcer la résilience.

 

7.           Nouvelles approches face aux défis économiques (NAEC) : En 2012, nous avons lancé l’initiative NAEC en vue de tirer les leçons de la crise et d’actualiser les grilles d’analyse de l’OCDE face à une économie mondiale de plus en plus complexe et interdépendante. Nous nous félicitons des progrès décrits dans le Rapport de synthèse NAEC et attendons avec intérêt le Rapport de synthèse final qui sera présenté à la prochaine Réunion ministérielle. Alors que le chômage et les inégalités demeurent des priorités dans de nombreux pays, nous soulignons combien il est nécessaire d’évoluer vers une croissance plus inclusive. Nous notons également les nouvelles recommandations d’action qui visent à accroître la stabilité macroéconomique, à relever les défis à long terme et à améliorer la formulation des politiques et la coordination internationale de l’action publique.

 

8.           Nous appelons l’Organisation à systématiquement intégrer les résultats de l’initiative NAEC dans les activités de l’OCDE et à proposer un dosage optimal de politiques publiques, en gardant à l’esprit les arbitrages et les complémentarités entre les différentes options, ainsi que l’importance de nos stocks de capital économique, humain, social et naturel. Nous encourageons l’OCDE à poursuivre l’examen de ses méthodes de prévision et à renforcer ses capacités d’anticipation stratégique. Nous encourageons également l’Organisation à suivre l’évolution de la résilience des grandes économies, y compris celle des Partenaires clés[4], et à transposer les résultats obtenus dans les grilles d’analyse de l’Organisation et dans ses recommandations.

 

9.           Une croissance écologiquement viable (« plus verte ») : Nous prenons acte de la nécessité de renforcer notre résilience face aux chocs environnementaux. Nous estimons que le changement climatique est l’un des risques mondiaux les plus universels, et adoptons en conséquence les Conclusions politiques sur le changement climatique de la RCM 2014 de l’OCDE[5].

 

10.         Renforcer le système commercial multilatéral : Nous soulignons que le libre-échange demeure l’un des principaux moteurs de la croissance et de la création d’emplois. Nous réaffirmons nos engagements en matière de statu quo ou de démantèlement des mesures restrictives pour résister au protectionnisme sous toutes ses formes. Dans le prolongement de la Conférence ministérielle de l’OMC qui s’est tenue à Bali en 2013, nous unirons nos efforts pour adopter au plus tôt et mettre effectivement en œuvre l’Accord sur la facilitation des échanges, ainsi que pour élaborer le programme de travail post-Bali. Nous réaffirmons notre engagement à renforcer le système commercial multilatéral fondé sur des règles, en prenant acte des nouvelles réalités du paysage commercial mondial et du rôle des accords commerciaux régionaux et des initiatives multilatérales. Nous encourageons l’OCDE à intensifier ses travaux sur les chaînes de valeur mondiales (CVM), notamment en développant sa base de données sur les échanges en valeur ajoutée (TiVA). Nous nous félicitons du nouvel Indice de restrictivité des échanges de services (IRES) qui aidera les pouvoirs publics à promouvoir l’efficience et la compétitivité. Nous encourageons l’OCDE à favoriser une participation plus active de l’ensemble des économies, y compris des pays en développement, aux échanges internationaux.

 

11.         Promouvoir un climat plus favorable aux entreprises : L’investissement est un autre moteur de l’emploi et de la croissance. Nous soulignons le rôle que joue l’OCDE pour améliorer notre compréhension des mécanismes propres aux flux d’investissement. Nous attendons avec intérêt la mise à jour du Cadre d’action pour l’investissement (CAI) d’ici notre prochaine réunion ministérielle. Nous soutenons également les efforts que déploie l’OCDE, en associant les économies non Membres, pour offrir des règles du jeu équitables aux entreprises notamment grâce à ses analyses concernant les traités relatifs à l’investissement, la neutralité concurrentielle, la conduite responsable des entreprises, la coopération internationale en matière de politique de la réglementation et de mise en œuvre du droit de la concurrence, et les crédits à l’exportation.

 

12.         Partenariats au service de la résilience mondiale et rayonnement mondial de l’OCDE : Nous pensons que l’OCDE peut contribuer au développement inclusif et durable de l’économie mondiale en consolidant les partenariats noués avec divers pays ou régions, dans le cadre notamment d’une approche régionale conforme à la Résolution sur le renforcement du rayonnement mondial de l’OCDE. Nous réaffirmons qu’il importe de partager les normes et les pratiques optimales de l’OCDE avec les Partenaires clés, et de renforcer leur participation aux travaux de l’Organisation dans des domaines présentant un intérêt commun et des avantages mutuels. Nous nous félicitons du lancement officiel du Programme régional pour l’Asie du Sud-Est et appelons l’OCDE à prendre les dispositions qui s’imposent pour en assurer la mise en œuvre. Nous nous félicitons également des progrès des processus d’adhésion de la Colombie et de la Lettonie. Nous réaffirmons notre engagement à coopérer étroitement avec le Costa Rica et la Lituanie, conformément à la Résolution du Conseil mentionnée précédemment. Nous appelons l’OCDE à poursuivre ses efforts pour aider les pays Partenaires à surmonter les défis auxquels ils sont confrontés, et notamment le « piège du revenu intermédiaire » partout où le risque est présent. Nous soutenons le rôle que joue l’Organisation dans le renforcement de la gouvernance mondiale.

 

13.         Le développement comme tremplin pour l’autonomie : L’OCDE devrait continuer de jouer un rôle actif face aux enjeux du développement, notamment en accompagnant par ses contributions le processus d’élaboration du programme de développement pour l’après-2015. Nous sommes déterminés à veiller à l’intégration systématique de la Stratégie de l’OCDE pour le développement et à en suivre la pleine mise en œuvre. Dans ce contexte, nous nous félicitons des travaux consacrés à la cohérence des politiques au service du développement et au partage des connaissances, et des contributions aux initiatives mondiales telles que le Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement. Nous œuvrerons aux côtés de nos partenaires pour leur apporter notre concours afin qu’ils utilisent pleinement un large éventail de ressources au service du développement, y compris le financement provenant de sources privées, les recettes intérieures et la coopération Sud-Sud, en complément de l’aide publique au développement (APD) qui demeure un instrument essentiel à l’appui du développement, en particulier pour les pays où les besoins sont les plus grands.

 

14.         Améliorer l’efficience de l’Organisation : Nous restons déterminés à renforcer l’efficience, l’efficacité et l’impact de l’OCDE. Nous nous félicitons du rôle du Secrétaire général dans la proposition de nouvelles initiatives, notamment ses Orientations stratégiques. Nous poursuivons les travaux engagés dans le cadre de l’examen de la gouvernance de l’OCDE, dans l’optique de mener cet examen à son terme d’ici la fin de 2014. Nous attendons également avec intérêt les résultats du projet sur l’optimisation des ressources (V4M).



[1]                  Ministres et Représentants de l'Allemagne, de l'Australie, de l'Autriche, de la Belgique, du Canada, du Chili, de la Colombie, de la Corée, du Danemark, de l'Espagne, de l'Estonie, des États-Unis, de la Finlande, de la France, de la Grèce, de la Hongrie, de l'Irlande, de l'Islande, d'Israël, de l'Italie, du Japon, de la Lettonie, du Luxembourg, du Mexique, de la Norvège, de la Nouvelle-Zélande, des Pays-Bas, de la Pologne, du Portugal, de la République slovaque, de la République tchèque, du Royaume-Uni, de la Slovénie, de la Suède, de la Suisse et de la Turquie, ainsi que de l'Union européenne.

[2]                  La Déclaration relative à l’échange automatique de renseignements a été adoptée par les pays Membres de l’OCDE ainsi que par l’Afrique du Sud, l’Arabie saoudite, l’Argentine, le Brésil, la République populaire de Chine, la Colombie, le Costa Rica, l’Inde, l’Indonésie, la Lettonie, la Lituanie, la Malaisie et Singapour.

[3]                  La Recommandation a été adoptée par les pays Membres de l’OCDE, et la Colombie, le Costa Rica, la Lettonie, le Maroc et la Tunisie y ont également adhéré lors de son adoption.

[4]                  Les Partenaires clés de l’OCDE sont l’Afrique du Sud, le Brésil, la République populaire de Chine, l’Inde et l’Indonésie.

[5]                  Les Conclusions politiques sur le changement climatique de la RCM ont été adoptées par les pays Membres de l’OCDE, la Colombie et la Lettonie se joignant à ces Conclusions.

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe
  • Topics list